Passage secret de la Tess
CONNECTE TOI MA PATATE OU ALORS ENREGISTRE TOIIIIIII



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hold me >> Ft. Kurt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 1:20

Personnage utilisé : Venise Morlevent






Cela fait deux jours que la soirée philosophie est passée. Deux jours que je ne parles plus à Kurt. Et qu’il fait comme si rien ne s’était passé, ce soir là. J’aimerais pouvoir faire comme lui. Continuer d’avance, sans regarder derrière moi. Mais j’en suis pas capable. Le passé me rattrape toujours. Proche comme lointain.


J’ai voulue m’entraîner jusqu’à tard le soir, hier. Luka n’était pas vraiment d’accord, soit disant que c’est pas productif. Et il avait raison. J’ai même réussis à me blesser. On a pas réussit à se mettre d’accord une seule fois. Mes nerfs sont à vifs en ce moment. Il l’a bien compris. Ce n’est pas la première fois que je m’acharne sur lui, que je danse jusqu’à saigner pour passer mes colères et mes peines. Il m’a laissé faire, sans rien dire, m’aidant à extérioriser du mieux qu’il pouvait. Et il a fallut que me torde cette fichue cheville. Luka m’a sermonné, m’a ramené chez Bart en me portant sur son dos, en me faisant la morale et me disant que si j’avais des problèmes, je pouvais aussi lui en parler. Je sais qu’il s’inquiète pour moi. Sauf que je ne peux tout simplement pas lui dire la cause de mes troubles. Parce qu’il s’énerverait. Et n’arrangerait absolument rien.


J’arrive au campus en boitant, Luka me rejoint, m’accompagne jusqu’à mon casier. Aujourd’hui nous avons cours ensemble en première heure. Avec tout le monde d’ailleurs. Sport. Je vais pouvoir me défouler pour le reste de la journée. Bart m’a fait une dispense. Il sait très bien que je ne vais pas la donner. Surtout que le cycle commence par la gym. Pourquoi me priver de ce que je sais faire ? Et ce n’est sûrement pas le regard pleins de sermons de Luka qui va m’empêcher de faire sport.


Toute la classe se dirige vers les vestiaires, les filles et les garçons se séparent dans un brouhaha sonore. Je n’adresse la parole à personne. Je ne suis proche de personne dans la classe. Comme d’habitude. Je n’aime pas les autres. J’ai du mal à m’ouvrir. Avec moi c’est tout ou rien. Je n’aime pas m’attacher pour rien. Je me change, enfile mon legging de sport et mon crop top puma blanc, lorsque j’entends des ricanements dans mon dos. Des ricanements qui ne peuvent appartenir qu’à un seul groupe de personne. C’est pas le moment de venir me faire chier, ma petite Jilian. Parce que ta tronche va pas rester longtemps dans le même état, sinon. Miraculeusement, je fais preuve d’un sang froid extrême, place mes bandes musculaires sur ma cheville et quitte le vestiaire, en m’assurant que cette catin de Jilian et sa bande sortent avant moi. Je rejoins Luka dans la salle de gym, m’assois proche de lui sur le praticable, pose ma tête sur son épaule en soupirant. Deux jours que je ne dors presque pas. Ça commence à se sentir. Le reste des élèves arrive, dont Kurt et sa bande, qui s’installe en face de nous. J’évite tout contact visuel avec lui, salut Aiden avec un maigre sourire. Je me redresse quand le prof s’avance, nous explique le contenu du cours. Se familiariser avec les agrès. En gros on peut faire ce qu’on veut, tant que c’est de la gym. Je fais mes étirements avec Luka en quatrième vitesse, et me dirige vers les barres asymétriques, que personne ne semble vouloir utiliser. Parce que tout le monde reste bêtement sur le praticable, à rigoler ou à faire n’importe quoi.


« Lucky, tu peux me faire la courte échelle s’il te plaît ? »


Je dis, en français. Mon anglais se fait rare en ce moment. Il secoue la tête, croise les bras. Il est sérieux là ? Il va pas commencer à me faire chier, lui aussi.


« Luka. Je te demande pas grand-chose.
- Il n’en n’est pas question, Vee. Tu es dispensée de sport. » Dit-il en pointant ma cheville du doigt.


Je grogne, je tourne mes poignets pour les échauffer.


« Je fais ce que je veux. J’ai pas besoin de cette dispense. Je vais très bien.
- Moi j’estime que tu en as besoin. Alors je ne vais sûrement pas t’aider à te faire encore plus mal. Mais vas-y, fait ! Débrouille-toi ! Mais ne viens pas pleurer vers moi quand ta cheville aura triplé de volume. »


Et il s’éloigne, pour aller rejoindre un groupe de garçon qui partage les mêmes options que lui. Ok. Très bien. Il veut le prendre comme ça, il n’y a pas de soucis. J’ai pas besoin de lui. Je recule, prend de l’élan comme si j’allais effectuer une diagonale sur le praticable et saute, pour essayer d’atteindre la barre la plus haute. Je veux commencer mon enchaînement de cette barre. Et je le ferais.

HRP:
 

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 2:27




Exactement ce que je craignais. Venise m'évite. Je n'arrive pas à discuter avec elle. Et malgré tous mes efforts, je n'arrive jamais à lui arracher plus de deux mots. J'ai pas dormis la nuit qui a suivit notre cours de philo, mais la nuit suivante je ne pouvais que tomber de sommeil. Un sommeil bien peu réparateur. Ma culpabilité me ronge, j'ai l'impression de porter une étiquette "menteur" dans le dos et une étiquette "déloyal" sur le front. Le destin n'arrête pas de la mettre sur mon chemin, en plus de ça. Aujourd'hui, c'est collectif obligatoire pour les Tigers. Je râle à chaque fois auprès du coach pour qu'il nous supprime ces séances obligatoires. Deux par cycles.

- De toute façon, ça peut pas faire de mal! Surtout la gym, vous serez plus souples après ça.

Ouais, t'as raison, plus souples après deux séances. Lui faire changer d'avis, c'est peine perdue. C'est donc à reculons qu'Aiden, moi et les autres passons les portes des vestiaires à reculons. Les autres nous dévisagent, pas habitués à nous voir là. Aiden ricane, se moque de ces "corps de phasmes". S'il voulait améliorer ses relations aux autres, c'est raté. On a mis nos sweat des Tigers, pour marquer notre mécontentement face au sport collectif. J'ai pas d'heures à perdre pour de la gym. Encore, si c'était de la course, ça serait vraiment bénéfique. Mais là... Venise s'est installée avec Luka, je tente de me concentrer sur l’exubérant Aiden et ses répliques acerbes. Venise lui sourit, il se tourne vers moi avec un sourire de gamin. Oui, c'est bon Aiden, j'ai vu qu'elle t'avait souris. Je plante mon regard sur Venise, attendant qu'elle m'accorde un regard... qui ne vient pas. Il faut se faire à l'idée, Kurt, tu viens de te prendre un râteau. Et si t'en as pas l'habitude, ça devait bien arriver un jour. Après tout, tu ne peux pas t'accrocher à quelque chose qui n'avait même pas commencé. Attends, qu'est ce que je suis entrain de faire là? Je secoue la tête, me laisse tomber au sol. Aiden vient claquer des doigts devant mes yeux.

- Debout princesse, il faut faire des trucs si on veut pas se faire remarquer par le prof. Il nous déteste déjà, il ne va pas se gêner pour faire une note pour le coach si on participe pas. Et le coach, j'ai pas envie qu'il me tombe dessus, mon bulletin est pas ouf alors si en plus le centre envoie une mauvaise appréciation à la maison, mes parents vont-
- Te tuer. Je me redresse. J'ai compris, tes bourgeois de vieux vont te demander de renvoyer la xbox pour punir le prince Aiden.

Il me regarde, éberlué. Un peu blessé, peut-être. Je me masse les temps.

- Désolé je suis... à cran.

Je me redresse, me dirige vers les barres déjà empruntées par Venise. Enfin, du moins tente-t-elle de s'y accrocher. Je glisse mes mains dans mes poches, me plante à côté de l'agrès. Comment démarrer la conversation?

- T'as besoin d'aide?

Puisque Luka vient de la laisser tomber, évidemment. De toute façon, elle risque de m'envoyer chier. Mais autant tenter quelque chose tant qu'elle est seule.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 3:03

Personnage utilisé : Venise Morlevent






J’arrive pas à atteindre cette putain de barre. Je suis quand même censée avoir une bonne détente. Et je ne fais que l’effleurer à chaque fois. Je grogne, lâche des insultes en français et descend du tapis pour me remettre de la magnésie sur les mains. J’ai eue la bonne idée d’oublier mes maniques dans mon casier. Qui va se retrouver avec des steaks sur les mains ? C’est bibi. Bien fait. J’espère que la douleur me fera sortir de cet état de pseudo déprime. Je me retourne, remonte sur le tapis et croise un regard que je ne connais que trop bien.


« Tu as besoin d’aide ? »


Qu’est-ce qu’il me veut ? Pourquoi est-ce qu’il revient vers moi ? Il veut finir ce qu’il a commencé ? Faire de moi une autre de ses conquêtes et m’oublier juste après ça ? Même pas en rêve. Je me frotte les mains, créant un petit nuage blanc au dessus de celle-ci. Mes yeux se lèvent vers la barre, je vais l’avoir cette fois si.


« Tu vas me faire la morale toi aussi ? « Nan Venise c’est pas bien de faire sport olala tu vas te faire mal ! » Je suis pas en sucre. J’ai pas besoin de toi. »


Je crache presque ses mots, sans même un regard pour lui. Peut-être que je lui fais de la peine. Qu’au fond il veut juste bien faire. Mais je n’arrive pas à lui donner ma confiance. Alors que tout mon être me crie de le faire. Je plie les jambes, jusqu’à ce que mes fesses atteignent la hauteur de mes genoux, mes lèvres se serrent, je saute. Mes doigts s’accrochent à la barre, un sourire se dessine sur mon visage. Et je glisse. Tombe, me rattrapant sur un pied, le genou plié, une jambe en avant dans une figure pas vraiment gracieuse. Je me relève, honteuse. J’ai dit que je n’avais pas besoin d’aide. Bon, ok, juste un tout mini peu. Ma fierté se brise lorsque je me tourne vers lui, relevant légèrement les yeux pour le regarder, penaude.


« Pardon… Je suis un tout petit peu à cran… Est-ce tu peux… »


Je lui montre la barre du bout du doigt, je me place, espérant qu’il accepte sans rien dire. Ses mains viennent se poser sur mes hanches, je saute légèrement pour l’aider à me porter, même si je ne dois pas être très lourde. Mes mains se referment enfin sur la barre, je retrouve le sourire et me hisse en avant, les bras tendu, le bas du ventre collé sur la barre en bois.
HRP:
 

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 12:14




Elle évite mon regard avec le plus grand soin. Je tourne la tête, cherche Aiden du regard. Pourquoi je suis venu là ? J'étais bien, allongé au milieu du tapis. Le prof peut l'envoyer, sa note. Je m'en carre le cul. Comme si le coach en avait quelque chose à foutre de notre comportement. Lui, ce qu'il veut, c'est des résultats. Et tant qu'on ne l'insulte pas ouvertement ou pas trop méchamment, il ne mord pas. Du moins, il ne fait pas trop mal. Venise se frappe les mains, éparpillant la magnésie dans les airs.

- Tu vas me faire la morale toi aussi ? « Nan Venise c’est pas bien de faire sport olala tu vas te faire mal ! » Je suis pas en sucre. J’ai pas besoin de toi.

Je hausse un sourcil. Elle est redevenue la garce prétentieuse et hargneuse de la rentrée. Celle qui m'avait envoyé chier des les premières minutes. Je serre les dents. Retour à la case départ. Ou plutôt, fin de la course. On est peut-être pas fait pour être plus que des camarades de classe, elle et moi. Je hausse les épaules, me détourne. Pas besoin de moi, hein. Moi non plus, j'ai pas besoin de toi Venise Morlevent. J'ai besoin de personne à part de moi même et encore... Comment puis-je me faire confiance alors que je suis incapable de me raisonner en compagnie de Venise? Un bruit sourd m'indique que cette dernière est certainement retombée. Je me retourne, elle me regarde, penaude.

- Pardon… Je suis un tout petit peu à cran… Est-ce tu peux…

Je soupire. Est-ce que je peux quoi? T'as besoin d'aide en fait? Quand ça t'arrange seulement alors. Je hoche la tête, m'avance. Qu'est ce qui me prends? Je ne m'écrase pas si facilement d'habitude. Je dois vraiment être crevé pour ne plus avoir la force de me battre. Mes mains se posent sur ses hanches, mon cerveau se souvient de la douceur de sa peau. La chaleur m'envahit instantanément. C'est sûr, mon corps a une mémoire de formes. Je propulse Venise en hauteur. Elle est extrêmement légère! Un poids plume pour une âme d'acier. Je viens me placer sur le côté pour l'observer. Elle sourit. Et je suis un peu soulagé. Je n'ose pas parler, lui demander si elle se sent bien ou quoi que ce soit d'autre. Elle risque de se braquer et de m'envoyer chier. Je me contente de croiser les bras, la fixant d'un air neutre. Des ricanements se font entendre. Le serpent est de sortie...


Les pompom girls aussi, ont le droit aux entraînements collectifs. Quand c'est gym, j'impose l'équipe aux leçons, pour le plus grand malheur de toutes les cruches qui n'ont pas le niveau pour faire partie de l'équipe. Le prof accepte d’accueillir quatre filles en plus, sachant qu'il y a déjà les Tigers avec nous aujourd'hui. On va bien s'amuser.

Tout le monde s'est un peu dispersé. Je suis restée avec Kat et les deux autres, dont je ne me souviens même plus le prénom. Je les appellerai par des chiffres, ou par la couleur de leurs cheveux. Aux agrès, frenchie est en pleine galère. Mon sourire s'étire. Elle a l'air mal, pauvre petit oiseau. On l'avait déjà remarqué, dans les vestiaires. Tant mieux, si elle pouvait éviter de tenter de nous faire de l'ombre avec son manque de talent, on lui en sera reconnaissantes. Une forme familière s'avance vers elle, je déchante. Kurt. Qu'est ce qu'il fait, à toujours traîner dans ses pattes? Kat a l'air de remarquer mon regard défait, elle se glisse à mes côtés.

- Qu'est ce que je t'avais dis, chérie? Tu l'as perdu, ton petit capitaine. Il n'a d'yeux que pour les jolies cuisses de la gymnaste...
- Mmh, pas sûr que ça soit réciproque, regarde.

Kurt se détourne d'un air renfrogné. Qu'est ce qu'il se passe, ils se sont disputés ou quoi?

- Oh j'adore les ragots et les histoires! fait Kat en battant des mains. Tu penses qu'ils ont couchés ensemble?
- Ça m'étonnerai, Kurt l'aurai déjà laissée tomber sinon.
- Prends pas ton cas pour des généralités, chérie...

Je lui lance un regard acide qui la fait taire. Kat sait qu'elle est la seule dont j'accepte les paroles limite insultantes, mais parfois, il vaut mieux pour elle qu'elle se taise. Mes yeux se posent sur Aiden, qui est entrain de lutter avec un de ses coéquipiers. De temps en temps, ses yeux vont se poser sur Venise. Oh, mais attendez... Allons semer un peu de chaos et récolter quelques informations. Je me redresse, sautille vers Aiden. Le combat s'arrête, ses yeux remontent le long de mes jambes. Je hausse un sourcil. Ne te gène pas, Aiden chéri. Il sourit, m'attrape les genoux et me fait tomber sur le tapis. Je pousse un cri de surprise, heurte le sol en l'insultant de tous les noms. Il se retrouve au dessus de moi, tout fier.

- Ça t'amuse? Kurt, il ne perd pas de temps lui au moins...

Aiden tourne la tête, fixe Venise soulevée par Kurt. J'en profite pour le pousser au sol, il ne réplique pas. Kat me rejoint avec une des deux filles, une petite rouquine. Je la considère d'un regard hautain.

- Ça vous dit d'aller croquer de la gymnaste?

Je ricane, sautille joyeusement dans la direction des agrès. Les deux autres me suivent, je viens me planter derrière Kurt, à quelques mètres de l'agrès.

- Les gymnastes françaises ne sont plus ce qu'elles étaient. En compétition aussi il te faut un marche-pied? C'est pas contre toi, Kurt, t'es un très joli marche pied, je roucoule.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 12:45

Personnage utilisé : Venise Morlevent






J’inspire profondément. Mes bras tremblent légèrement, mes muscles qui se réveillent doucement n’aime pas trop resté dans la même position. Je m’apprête à basculer en avant, quand une voix retentit.


« Les gymnastes françaises ne sont plus ce qu’elles étaient. En compétition aussi il te faut un marche pied ? C’est pas contre toi, Kurt, t’es un très joli marche pied. »


Je bascule en arrière, pendue dans le vide, les bras tendues, je prends de l’élan, afin que mes pieds se pose sur la petite barre. Je me retourne face au vide, tourne la tête en direction de la voix. Jilian. Et sa bande de catin. Je lui lance une regard venimeux, rempli de toute la méchanceté dont je suis capable. Je vais te montrer ce que sont les gymnastes françaises. On m’a formé dans la meilleure école de Paris. Pas comme toi et ton patelin pourri. Après ça, je me ferais une joie de te défigurer.
Je pousse sur mes jambes, effectue un soleil pour me retrouver en équilibre sur la barre du haut. Et je déroule mon enchaînement. Diverses figures, je fais en sorte de me compliquer la tâche. Pour rendre ça plus spectaculaire. Et bien écraser Jilian après ça. J’effectue ma sortie en triple vrille, atterrit sur le tapis. Une douleur me transperce toute la jambe droite. Je perds l’équilibre, me rattrape en deux pas. Mauvaise sortie. J’aurais perdue des points en concours. Je me mords la joue, inspire profondément, tente d’oublier la douleur. Je n’ai pas mal. C’est dans ta tête. Je vais bien. Je me retourne vers Jilian qui ricane, m’avance en tentant de ne pas boiter. Je vais lui refaire le visage à cette catin. C’est pas le moment de me chercher.


« Je vais plutôt me servir de ta gueule comme marche pied tu vas moins rigoler, pétasse. Vient me voir, on va s’amuser. »


Je m’avance encore, le regard furibond. Ma voix est calme, posée, signe de mon intense colère. Mais soudain, quelque chose me retiens, je me retourne, fusille Kurt du regard.


« Lâche-moi, Kurt. Je vais juste apprendre la vie à N°69 »


Grand sourire à la limite du sadisme, je prononce toujours son numéro en français. Et ici, il n’y a que deux personnes qui peuvent comprendre. J’espère qu’ils vont trouver ça drôle.

HRP:
 

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 13:23


- Les gymnastes françaises ne sont plus ce qu'elles étaient. En compétition aussi il te faut un marche-pied? C'est pas contre toi, Kurt, t'es un très joli marche pied.

Je lève les yeux au ciel. Quelle garce. Venise lui envoie un regard acide, entame son enchaînement. La bouche entre-ouverte, je l'observe évoluer dans les airs. Elle est si gracieuse! A chacun des figures, mes tendons protestent. Comment c'est possible, d'être souple comme ça? Je retiens mon souffle à chaque fois qu'elle lâche la barre. Jilian s'est tue, mes oreilles l'en remercient. Je suis trop subjugué par l'enchaînement pour me concentrer sur autre chose. Venise tente une sortie affreusement compliquée, se réceptionne mal, j'arrête de respirer. Jilian ricane, je me tourne vers elle, les bras croisés. Je m'apprête à l'insulter, mais entend les pas de Venise qui se dirigent vers la vipère.

- Je vais plutôt me servir de ta gueule comme marche pied tu vas moins rigoler, pétasse. Vient me voir, on va s’amuser.

Elle passe à ma portée. Hop hop hop, Venise Morlevent, là tu t'apprête à faire une connerie. Rentrer dans le jeu de Jilian, c'est ce qu'il y a de pire à faire. Je lui attrape le coude, l'attire à moi et referme mes bras sur son corps plus léger qu'une plume. Elle m'envoie un regard amer, je secoue la tête.

- Lâche-moi, Kurt. Je vais juste apprendre la vie à N°69.

J'ai un petit sourire. Elle l'a appelé pareil que l'autre soir, avant qu'on aille regarder les étoiles. Avant le début de la fin. Jilian la regarde sans comprendre, je serre les dents à ce souvenir. Un rire tonitruant retentit dans tout le gymnase. Aiden arrive vers nous en trottinant, riant toujours.

- T'as entendus comment elle l'a appelé? Ah bah non, je suis bête, t'y comprends rien.

Je décèle comme de la moquerie, dans son ton. Et de l'amertume, dans son regard. Je le dévisage sans comprendre. Qu'est ce qu'il a, à être chiant comme ça? Il se pose à côté de Jilian, la détaille de haut en bas et hausse les épaules.

- J'y avais même pas pensé. Bien joué Venise!

Ses derniers mots sont en français. Cette dernière veut se détacher de mes bras, je serre l'emprise.

- Non, ne rentre pas dans son jeu, elle n'en vaut vraiment pas la peine, je chuchote. Il était génial, ton enchaînement.

La vipère ricane, ses yeux brûlants se plantent dans les miens. Elle ne veut pas se taire, pour une fois?

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 14:31

Personnage utilisé : Venise Morlevent






J’ai un grand sourire. Je l’ai dit assez fort pour qu’il l’entende. Son rire monte à travers tout le gymnase, Jilian se retourne, le fusille du regard. Aiden arrive en trottinant, ne pouvant s’empêcher de continuer à rire. Je regarde Jilian, hausse les sourcils, provocante. T’as ta petite armée derrière toi, je peux très bien construire la mienne. Et je suis sûr que les personnes que tu comptais rallier à ta cause peuvent me tomber dans les bras en un claquement de doigt. Comme Aiden par exemple. Son rire a attiré l’attention de tout le monde, tous nous regarde, se demandant ce qu’il se passe. Luka ne regarde que moi. Ne regarde que les bras de Kurt qui me tiennent, comme une camisole. Ses yeux brûlent d’un éclat que je ne saurais définir. Mais il est tout sauf gentil.


« T’as entendus comment elle l’a appelé ? Ah bah non, je suis bête, t’y comprend rien. »


Le ton d’Aiden est froid. Il dévisage Kurt. Qu’est-ce qu’il se passe, entre eux ? Ils ne sont pas censé être meilleur ami ? Je suis trop énervée pour me poser la question. Le regard du blond détaille Jilian, il se tourne vers moi, grand sourire.


« J’y avais même pas pensé. Bien joué Venise ! »


Je ricane, j’adore voir les yeux de Jilian resté figé, comme deux billes remplis de… Niaiserie. Elle a l’air complètement débile comme ça. Elle est si pathétique. Les bras de Kurt me donne chaud. Pas la même chaleur que l’autre soir, certes, mais mon corps à tendance à très bien se souvenir de ses caresses. Ce qui me donne encore plus chaud. J’essaye de me dégager, je ne veux plus me retrouver contre sa musculature, surtout pas devant tout le monde. Je ne suis pas un chiffre. Je ne suis pas comme Jilian. Mais il est trop fort pour moi, je n’arrive pas à me sortir de là. Sa bouche glisse près de mon oreille. J’ai envie de lui donner un coup de tête.


« Non, ne rentre pas dans son jeu, elle n’en vaut vraiment pas la peine. Il était génial ton enchaînement. »


Venise Morlevent rentre toujours dans le jeu des autres. Elle fonce toujours la tête la première dans les embrouilles. Ça ne changera probablement jamais. Pourtant, sa dernière phrase me fait me détendre d’un coup. Pourquoi est-ce que je me ramollis comme ça ? Je me fiche de son avis. Bien sûr qu’il était génial mon enchaînement. Pourquoi ça me fait si plaisir qu’il me dise ça ? Je grogne, lâche un long soupire. Je tourne la tête vers lui, capte enfin vraiment son regard.


« C’est bon. Tu peux me lâcher, je suis calme. »


Il s’exécute, je respire enfin normalement. Jilian ricane encore, ses yeux se plantent dans ce de Kurt. Qu’est-ce qu’elle veut encore ? Elle cherche la merde. Elle sait quelque chose. Et elle va l’utiliser contre Kurt, si ce n’est pas déjà fait. La colère remonte, je lutte intérieurement pour ne pas craquer. Je passe devant Kurt, fait en sorte que le regard de Jilian se pose sur moi, et non sur Kurt. Je croise les bras détaille Jilian de haut en bas, regard plus qu’hautain. Et je tourne la tête vers Aiden.


« Enfin Aidy, ça se voit quoi ! Je comprends pas comment tu as pu ne jamais y penser. Tu me déçois un peu, là. »


Grand sourire complice et moqueur, deux gamins qui parle ouvertement de leur souffre douleur comme s’il n’était pas là. Si tu voulais t’amuser à me mettre plus bas que terre, Jili chérie, tu vas très vite comprendre que tu t’es plantée de personne à qui t’en prendre. Je suis une lionne. Je ne me soumets jamais. La reine de la savane, c’est moi.


« Pourquoi tu traîne avec ce genre de personne ? Tu vaut mieux que ça, tu ne crois pas ? Et me dis pas que c’est juste pour amuser ton membre inférieur. Les garçons comme toi méritent bien mieux. »


Je dis sérieusement, en français. À vrai dire, je n’aime pas faire ce que je fais. Profiter des gens. Je ne pourrais certainement plus regarder Aiden en face après ça. Mais j’ai juste besoin de lui comme soutien pour arracher la tête de ce serpent. Lui faire perdre tout son prestige. Je m’avance souplement vers Jilian, petit sourire provocant. Je n’aime pas ses ricanements. Je n’aime rien chez elle. Je vais la mettre plus bas que terre. Et je vais sortir victorieuse de ce jeu que je m’apprête à lancer. Tout le monde verra Jilian Banksy se faire ridiculiser par la petite française.


« Assez rigolé. Tu t’es bien foutue de ma gueule, tu provoques, mais est-ce que tu peux mieux faire, pétasse ? La gymnaste française t’as montré ce qu’elle savait faire. Et c’était juste un échauffement. Un petit tour de chauffe pour se mettre en jambe. Tu as beau rouler du cul, j’aimerais bien savoir s’il n’est pas trop lourd pour te permettre de décoller plus haut que tes talons aiguille. Comment t’as fait pour devenir la capitaine des pompomgirls ? Oh, je sais. Les sucettes ça doit bien aider. » Ma langue se colle contre ma joue pour former une petite bosse, j’hausse les sourcils, regard tendancieux. « Allez, Jili chérie. Montre-moi que tu sais faire autre chose qu’écarter les cuisses. »


D’un geste de la main, je lui présente le praticable. J’ai hâte de la ridiculiser.
HRP:
 

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 15:26




Venise grogne, se tourne vers moi, plante ses yeux dans les miens.

- C’est bon. Tu peux me lâcher, je suis calme.

Je ricane, lève les mains en l'air. Nous n'avons pas la même notion de "calme". Elle se détache de moi, c'est comme si le froid revenait mordre mon torse. Je croise les bras, pour lutter contre les assauts gelés de la déception. Venise vient se placer entre l'étrange regard de Jilian et moi.

- Enfin Aidy, ça se voit quoi ! Je comprends pas comment tu as pu ne jamais y penser. Tu me déçois un peu, là.

Je plisse les yeux, jette un regard à un Aiden hilare. Les deux francophones complices s'attirent mes foudres. Et celles de Jilian. Je déteste avoir quelque chose en commun avec cette vipère, mais il faut avouer que nous sommes dans le même bateau. On reste aussi stupides l'un que l'autre face à la complicité de Venise et Aiden.

- Pourquoi tu traîne avec ce genre de personne ? Tu vaut mieux que ça, tu ne crois pas ? Et me dis pas que c’est juste pour amuser ton membre inférieur. Les garçons comme toi méritent bien mieux.
- T'en sais rien, je suis peut-être un flemmard qui aime la... facilité.

Les yeux d'Aiden se braquent sur moi. Regard étrange, entre acide et moqueur. J'aimerai bien savoir parler français, là maintenant tout de suite. Parce que je sens que je suis dans la merde, mais je ne comprends pas pourquoi. Et Aiden sait très bien que je déteste ne pas comprendre ce qu'il se passe. Mes yeux passent de lui à Venise. Bon sang, que quelqu'un m'explique ou je vais devenir fou. Venise louvoie vers Jilian, se rapprochant de la vipère qui ne sourit plus du tout.

- Assez rigolé. Tu t’es bien foutue de ma gueule, tu provoques, mais est-ce que tu peux mieux faire, pétasse ? La gymnaste française t’as montré ce qu’elle savait faire. Et c’était juste un échauffement. Un petit tour de chauffe pour se mettre en jambe. Tu as beau rouler du cul, j’aimerais bien savoir s’il n’est pas trop lourd pour te permettre de décoller plus haut que tes talons aiguille. Comment t’as fait pour devenir la capitaine des pompomgirls ? Oh, je sais. Les sucettes ça doit bien aider.

Quelques ricanements s'éparpillent, très discrets, tous venus d'Aiden ou des filles qui ne sont pas sous la coupe de la vipère. Personne n'ose se mettre Jilian Banksy à dos. Venise provoque Jilian avec sa jolie bouche. Je pince les lèvres. Il faudrait peut-être que j'aille l'arrêter, avant qu'elle ne provoque un raz de marée qu'elle ne saurait endiguer. Je vois bien la haine et la jubilation monter dans les yeux de la reine des abeilles.

- Allez, Jili chérie. Montre-moi que tu sais faire autre chose qu’écarter les cuisses.

Jilian siffle une insulte, ses yeux se posent un instant sur moi. Regard plein de menaces. Elle a compris quelque chose. Je sais à ses yeux qu'elle est loin de s'avouer vaincue.

- Je trouve que tu parles beaucoup de mes cuisses, frenchie. Qu'en est-il des tiennes? Elles ne te permettent pas de garder le chien en laisse? Si tu as besoin de leçons pour savoir comment garder ton chéri sous tes hanches, appelles moi, lollipop.

Ses yeux se posent un instant dans les miens. Je serre les dents. Jilian se détourne, se dirige vers le praticable. Elle entame son enchaînement, grand sourire aux lèvres. On ne peut nier qu'elle a fière allure, souple comme elle est. En même temps, les pompomgirls ont une formation de gymnaste. Je viens m'appuyer contre un mur, regard soucieux distillé dans la haine qui m'habite. Grand écarts, rondades... Le tout en prenant soin de mettre ses atouts en valeur. Elle tient sa réputation de reine des abeilles à merveille. Aiden vient se planter juste à côté de moi, je me penche vers lui.

- Qu'est ce qui te prends, d'être aussi remonté? C'est à cause de ce que j'ai dit tout à l'heure? Je t'ai déjà dit que je suis à cran en ce moment, désol-
- Non, mon vieux. Laisses tomber, siffle Aiden.
- Tu m'expliqueras?

Il ne répond pas, Jilian termine son enchaînement. Kat et les deux autres applaudissent, leur cheffe suprême fait une révérence. Ses yeux brûlants se posent un instant sur moi, elle rejoint Venise. Aiden se détache, se rapproche d'elles. Je ne bouge pas, bras croisés.

- Je sens beaucoup d'animosité, dans cette pièce. Elle chasse des mouches invisibles d'un air dégoûté. Frenchie, tu n'as pas honte de perturber des choses qui étaient là avant toi?

Elle semble s'adresser à tous, tournant lentement sur elle même à mesure qu'elle distille son poison dans les airs d'un air goguenard.

- Certains feraient bien de revoir le penchant de leur loyauté, avant que... ça n'éclate au grand jour.

Grand sourire. Ses yeux se posent dans les miens puis voguent sagement vers Aiden. Enfin, elle finit par se détourner et va rejoindre gentiment Kat qui la prend dans ses bras d'un air niais. Et je suis dans la merde. Jusqu'au cou.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 17:22

Personnage utilisé : Venise Morlevent






Le regard de Jilian se pose une nouvelle fois sur Kurt. Je commence à en avoir marre de ces petits coups d’œil. Il y a quelque chose qui m’échappe. Et Kurt sait quelque chose. Je tourne vers lui, tandis que Jilian se dirige vers le praticable. Je lui lance un regard interrogateur, quelque peu menaçant. Il a intérêt à tout me raconter après ça. Je réalise vraiment que Bart m’a réellement sauvé la mise. J’ai faillit donner mon corps à cet homme.


« Je trouves que tu parles beaucoup de mes cuisses, frenchie. Qu’en est-il des tiennes ? Elles ne te permettent pas de garder le chien en laisse ? Si tu as besoin de conseil pour savoir garder ton chéri sous tes hanches, appelles moi, lolipop. »


Quel chien ? Quel chéri ? J’éclate de rire, alors qu’elle commence son enchaînement, essayant de l’embellir en creusant les reins, mettant sa poitrine en avant et ses fesses en l’air. C’est dommage, elle aurait pu être vraiment douée. Mais j’avais bien raison. Son cul est vraiment trop lourd pour lui permettre d’atteindre le niveau au-dessus. Condamnée à rester chez les bouseux. Comme c’est triste petite Jili. Mes yeux se posent sur Kurt, appuyé contre le mur il semble comme… soucieux. Il adresse quelques mots à Aiden, semble se faire remballer. Je fronce les sourcils. Qu’est-ce qu’il se passe enfin ? Le capitaine est entrain de lâcher les rênes ? Il ne semble pas savoir pourquoi tout lui échappe. J’ai… de la peine pour lui. Les toutous de Jilian applaudissent, elle a finit sa prestation. Elle s’approche, démarche de princesse, Aiden s’approche aussi. J’ai tellement envie de brûler ses longs cheveux de catin.


« Je sens beaucoup d’animosité, dans cette pièce. Frenchie, tu n’as pas honte de perturber des choses qui étaient là avant toi ? »


Perturber quoi ? Ta relation avec Kurt ? Je n’y suis absolument pour rien. Je n’ai trompé personne, moi.


« Certains feraient bien de revoir le penchant de leur loyauté, avant que… ça n’éclate au grand jour. »


Son regard se pose une nouvelle fois sur Kurt, se fait plus insistant. Lentement, il dérive vers Aiden. Et soudain je comprends. Enfin il me semble. Kurt s’est bien foutu de ma gueule. Et je suis tombée dans le piège, la tête la première. Il a faillit m’avoir. J’ai envie de vomir. Il me dégoûte. Comment ai-je pu ressentir quoi que ce soit pour lui ? Comment ai-je pu m’abandonner à ses caresses ? Je n’ai pas de mot pour décrire mon dégoût. Et ma peine. Je me tourne vers Kurt, le regard suppliant. Dit moi que ce n’est pas ce que je crois. Dit moi que tu es un homme bien. Dit moi que tu n’as pas prit mon cœur pour le déchirer ensuite. Rien ne vient. Je baisse les yeux. Une vague de colère m’envahit. Je vais bientôt exploser.


« Écoute-moi bien, catin. Je sais pas ce que tu crois, mais le seul chien que je vois ici, c’est toi. T’es une brave bête, Jili ! » Je me penche en avant, met mes mains sur mes cuisses, même position que quand on caresse un chien. « Je ne tiens personne en laisse et personne ne me tiens. Je suis libre comme l’air. À la différence de toi, chérie, personne ne me donneras de numéro. Surtout pas lui. »


Je me tourne vers Kurt, regard remplie de peine. Et de déception. Je m’avance sur le praticable, réalise mon enchaînement avec toute la passion donc je suis capable. Sauter, voler, je me sens légère. Vraiment libre. Je souris toujours quand je fais quelque chose que j’aime. Cette fois, mon sourire est las. On m’a encore brisée. Je ne suis pas faîtes pour aimer. Être aimée. Je termine mon enchainement avec un double salto, je me tourne vers Jilian, fait une révérence avec un sourire venimeux.


« Ton enchainement était pathétique, ma reine. On aurait dit un dindon sur ressort. Si tu as besoin de conseils pour paraître plus gracieuse, appelle moi, lolipop. »


Et je me tourne, pour tomber nez à nez avec Luka. Faux sourire sur le visage, j’ai l’impression d’être un enfant pris en flagrant délit.


« Tu as fait ton show ? Tu es contente ? Allez viens. T’en a assez fait pour aujourd’hui. »


Ses mots sont durs, son ton est doux. Il a parlé en français. Il ne veut pas que tout le monde comprenne que je vais encore me faire engueuler. Il écarte une de mes mèches blondes de mon visage, secoue la tête en soupirant. Sa main vient se placer sur ma nuque, il me ramène contre lui, mon bras vient s’enrouler autour de sa hanche. Et il me sort de la salle.



J’aurais bien voulue m’abandonner à son étreinte. Parce que ses bras m’auraient certainement réconforté mieux que n’importe quelle sucrerie. Mais Luka ne l’entend pas de cette oreille. Il m’amène je ne sais où, m’entraine à travers la salle, passe sous les gradins. Il me lâche, s’écarte, croise les bras. Je m’assoie sur une barre fer, lâchant un long soupire. C’est parti pour le sermon du jour. Soudain il s’agenouille, me prend la cheville délicatement. Je grogne.


« Vee, montre-moi ta cheville, s’il te plait. »


Je grogne encore, le laisse faire. Ses doigts glisse sur ma peau, ses mains manipule ma cheville avec une grande délicatesse. Il pourrait devenir kiné. Ça lui irait bien. Il s’arrête quelque instant, comme perdu. Qu’est-ce qu’il a lui aussi ? Il se relève, comme légèrement troublé. Il soupire, croise de nouveau les bras, s’appuie contre l’échafaudage des gradins.


« Venise… » Je n’aime pas quand il m’appelle par mon prénom. Ça finit toujours mal après. « Qu’est-ce qu’il se passe en ce moment ? Tu es… différente. Tu ne me parles presque plus. On ne fait plus rien ensemble. Depuis que tu es arrivées à Cerf-Blanc, on a même pas passé un moment ensemble. À part pour les entraînements. Je… Je pensais qu’on était inséparable, tous les deux. Vee et Luka, Luka et Vee. Tu te souviens qu’avant, on ne pouvait pas dire nos prénoms séparément ? On a fait les quatre cent coups ensemble. Tu te souviens au collège ? On avait construit un tipi et on avait dessiné un ciel étoilé sur la toile. On éclairait tout ça avec une pile de lampe de poche. Notre prof nous avait cherchés pendant des heures. Une pluie d’heures de colles, qu’on avait fait ensemble. Et quand tu as voulu sauver ce chat en haut d’un arbre et que tu es tombée. J’ai eu la peur de ma vie ce jour là. J’aurais pas supporté de te perdre. » Il s’approche, sa main s’avance vers mon visage, il attrape délicatement mon collier, caresse mon pendentif avec la constellation du lion du bout des doigts. « Le crabe et le lion. On avait écrit un poème sur nous deux. »


Je me souviens d’absolument tous les vers de ce poème. On avait onze ans. Même après tant d’années, je n’ai pas pu l’oublier.


« Mais de toute façon, maintenant tout a changé. Plus rien ne sera comme avant. Tout est de la faute de Kurt Hook. »


Il a comprit. Il sait. Luka lit en moi comme dans un livre ouvert. Il connait tout mes secrets. Tous les recoins cachés de mon esprit. Je n’ai rien besoin de dire à Luka pour qu’il connaisse la cause de mes tourments. Je baisse la tête, vaincue. Il se détourne. S’éloigne de moi. Je n’ai même pas le force de le rattraper. De comprendre pourquoi il est si fâché. De comprendre pourquoi il a voulu me mettre au fond du gouffre, pour me laisser seule après. Laisse-moi seule, Luka. Je n’ai besoin de personne.

Je reste un moment sans bouger, la tête dans les mains. J’aimerais pleurer, mais les larmes ne viennent pas. Ma nuque commence à chauffer, je décide de m’évader. Fuir la fin du cours et rentrer chez moi pour le reste de la journée. Je me relève, me retourne. Croise deux orbes vertes. Je le regarde un instant, l’envie de courir dans ses bras m’échappe aussi vite que je me détourne de lui. Je ne peux pas aimer un poison. Je ne suis pas faites pour toi, Kurt Hook. Même avec toute la volonté du monde.

HRP:
 

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   Dim 15 Oct - 19:48




Les répliques de Jilian semblent atteindre leur cible. Le regard de Venise change, glissant de la colère au dégoût. Ses yeux se plantent dans les miens. Ça y est, elle a compris quelque chose. Je ne peux rien lui rendre de plus qu'un regard honteux. Je ne sais pas trop ce qu'elle a compris, mais je peux lui expliquer. Je veux m'expliquer. Je ne veux pas être condamné à mort sans un procès.

- Écoute-moi bien, catin. Je sais pas ce que tu crois, mais le seul chien que je vois ici, c’est toi. T’es une brave bête, Jili ! Je ne tiens personne en laisse et personne ne me tiens. Je suis libre comme l’air. À la différence de toi, chérie, personne ne me donneras de numéro. Surtout pas lui.

Je serre les dents. Aiden aussi, braque son regard sur moi. Un regard brûlant de colère, de déception. Mes yeux vont de l'un à l'autre. Si un regard pouvait tuer, je serai mort. Deux fois. Ils vont me laisser m'expliquer, oui ou merde? C'est qu'un putain de malentendu envenimé par Jilian. Enfin, pas vraiment. J'ai une énorme part de responsabilité là dedans. En fait, si depuis le début j'étais resté dans mon coin, Aiden serait peut-être avec Venise. Si je n'étais pas intervenu, si je n'avais pas accepté d'aider Aiden, je serai resté dans ma routine. Au lieu de ça, Venise Morlevent à défoncé la porte et est entrée dans ma vie. La peine dans son regard me fait l'effet de couteaux chauffés à blanc qu'on me plante dans le ventre. La fatigue n'aide pas, je sens que je vais bientôt m'effondrer comme une poupée de chiffons. Au lieu de ça, je fixe un point devant moi. Tous les bruits s'étanuent, petit à petit. Je m'efforce de me souvenir des paroles d'une des musiques de Nirvana et je la fredonne tout bas. "All apologies". Concentre toi sur la mélodie, Kurt. Tu connais cette chanson par coeur. Elle est inscite en toi. Mes yeux viennent se poser sur Venise qui enchaîne les figures parfaitement exécutées. Il n'y a plus rien d'autre qu'elle, dans mon champ de vision. Tout le reste est blanc. Le sol, le plafond, les murs. L'environnement s'est effacé, j'ai l'impression de rêver. Et "All Apologies" qui tourne en boucle dans mon crâne.

Lorsqu'elle met un point final à l'enchaînement, tout reviens à la normale. Je me frotte les yeux, me détourne pour chercher à croiser le regard d'Aiden. Bien sûr, il est entrain d'applaudir bien fort. Pense à la musique Kurt, ça va t'aider.

Everything is my fault,
I'll take all the blame...


Je me frotte à nouveau les yeux. Ces deux vers tournent en boucle dans ma tête.

- Ton enchaînement était pathétique, ma reine. On aurait dit un dindon sur ressort. Si tu as besoin de conseils pour paraître plus gracieuse, appelle moi, lolipop.

J'entends à peine la réplique, Luka vient attirer Venise autre part. Et moi je reste seul. Le prof arrive, ordonne la dispersion générale. Et je finis le cours au milieu des autres Tigers qui s'extasient devant les mouvements des duellistes. Aiden reste silencieux, tout comme moi. Je décide de me lever pour quitter l'endroit plus vite et perçoit la voix de Luka qui s'adresse à Venise. En anglais. Je me fige, m'installe à l'écart, dans l'ombre.

- ...on ne pouvait pas dire nos prénoms séparément ? On a fait les quatre cent coups ensemble. Tu te souviens au collège ? On avait construit un tipi et on avait dessiné un ciel étoilé sur la toile. On éclairait tout ça avec une pile de lampe de poche. Notre prof nous avait cherchés...

Des souvenirs qu'ont les enfants. Des souvenirs que n'ont pas les Kurt Hook. Qu'ils n'auront jamais. Les seuls souvenirs de mon enfance se résument à la bagarre, aux disputes et à la vision de Roxane détruite par sa propre existence.

- Mais de toute façon, maintenant tout a changé. Plus rien ne sera comme avant. Tout est de la faute de Kurt Hook.

Je serre les dents. Venise ne réplique pas, j'en suis d'autant plus blessé. J'aurai aimé qu'elle se défende, qu'elle m'insulte, qu'elle s'insurge. Au lieu de ça, elle ne renie pas l'influence que j'avais sur elle, dans un sens. Je ne pensais pas l'avoir tant touchée. Je me déteste d'autant plus de l'avoir blessée, d'avoir tout gâché. Je suis vraiment le roi des abrutis au pays des tocard. Au bout de quelques instants, Luka s'en va. Un peu plus tard, Venise se retire également. Elle se fige, mes yeux croisent les siens. Et elle se détourne.

- Venise. Venise attends! Je peux t'expliquer, j'ai-

Mes jambes refusent de bouger. Elle est partie. Pas de procès pour les tocards. Ils sont condamnés à mort d'avance.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hold me >> Ft. Kurt   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hold me >> Ft. Kurt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Personnages : Frere Kurt
» Palmares de Kurt Angle
» Kurt Wagner / Diablo {Terminée}
» Brock Lesnar vs Kurt Angle vs Crimson vs Chris Wells vs Zack Ryder vs Wade Barrett
» Kurt Hummel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passage secret de la Tess :: Gymnase-
Sauter vers: