Passage secret de la Tess
CONNECTE TOI MA PATATE OU ALORS ENREGISTRE TOIIIIIII



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Dim 5 Nov - 3:14

Personnage utilisé : Eijiro Calore







La rencontre entre Heather et Kurt ne s’est absolument pas passé comme prévu. Heather s’est emballée, Kurt s’est braqué. Et maintenant ma sœur déteste notre frère et notre frère doit nous détester. Nous voilà bien avancé.


Cela fait maintenant deux jours que je suis arrivé dans cette université, deux jours que je ne me sens absolument pas à ma place. Les cours sont horriblement chiant, je ne comprends pas grand-chose, je passe mon temps à rêvasser ou à observer le gens de ma classe. Ou plutôt à repérer mes potentiels plans dragues. Personne ne sort vraiment du lot, sauf cette fille, au premier rang. Elle a l’air gentille. Aussi douce que l’éclat de ses cheveux. Et puis surtout, elle n’arrête pas de me regarder. Je suis certain qu’elle accepterait de boire un verre avec moi. J’aimerais mieux la connaître. Savoir pourquoi elle a l’air si passionnée en cours d’histoire. Peut-être qu’elle pourrait m’aider à comprendre quelque chose à ses foutus cours ?


Je n’ai pas eu le temps de lui parler en sortant des cours. On s’est regardée, elle m’a lancé un petit sourire, que je n’ai pas oublié de lui rendre, et est sorti de la salle en rejetant ses cheveux en arrière. Madame veut faire la mystérieuse, elle a l’air de savoir s’y faire en matière de charme. Et moi je me suis contenté de la regarder en souriant, comme un con. Je suis du genre fleur bleue, à adorer observer la beauté des gens. Je tombe sous le charme des gens. Mais je ne tombe pas amoureux. Je ne pourrais jamais regarder quelqu’un comme Kurt regardait Venise dans la salle de danse. Au fond ça me fait un peu chier. J’adore m’amuser, changer de partenaire régulièrement. La stabilité me fait peur. Mais en même temps elle m’attire. Peut-être qu’un jour je trouvais quelqu’un qui me fasse franchir le pas. Peut-être.


Ce soir je ne dors pas chez Heather. Je vais enfin m’installer au centre. C’est la première fois que je m’installe dans un internat. Ça me fait chier. J’aime bien ma tranquillité. J’aime pas qu’on vienne me faire chier quand je peux enfin m’enfermer dans ma bulle. Et je sens que là, on va venir me faire chier. J’espère au moins pouvoir être dans la chambre de Kurt. Encore faut-il qu’il dorme au centre.
Je gare ma moto sur le parking du centre, pose l’antivol, caresse la selle de mon petit bijou. J’ai travaillé dur pour pouvoir me payer se trésor. Elle est certainement plus importante que ma vie. Parce que bordel, j’en ai chié pour l’avoir. Casque et sac de sport à la main, je jette mon étui à guitare sur mon épaule et entre dans le centre. Le maître internat m’accueille, me conduit jusqu’à ma chambre. Génial, je suis dans la plus grande. Celle où il y a le plus de monde. Celle où j’ai le plus de chance de me faire chier. Géniaaal. Je frappe à la porte, entre sans attendre une quelconque réponse. Tête baissé, je me dirige directement vers le lit qui semble libre, pose mon casque en soupirant. Je sursaute quand un petit bruit retentit derrière moi. Je me tourne en soupirant. Fait face à Kurt.


« Heeeey ! Salut… »


Ouais, je suis pas vraiment à l’aise là. J’ai un peu peur qu’il m’envoie chier. J’ai vraiment pas envi que mon frère me déteste. Et puis… Il est quand même mon idole. J’ai tellement entendu parler de lui et de ses exploits au baseball qu’il est un peu plus que mon frère. Je ne demande pas qu’il m’apprécie. Juste qu’il me parle comme si j’étais son alter égo.


_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Dim 5 Nov - 23:20


Le dernier cours de la journée est un cours de Lettres Classiques. Le seul cours où je suis... absolument seul. Aucun autre gars du centre n'a pris cette option, pour la simple et bonne raison qu'elle n'intéresse personne, en général. D'ailleurs, on est peu nombreux dans ce cours. Comme disait Aiden, il faut être timbré pour aimer se faire rincer le cerveau avec tous ces textes d'auteurs morts. Mais y'en a qui sont intéressants, qui ont influencés notre époque. Il suffit d'avoir un peu de sensibilité. Un rire cristallin retentit dans la salle, je tourne la tête et aperçoit le toutou ambulant de Jilian: Kat. Ah. J'avais oublié son existence, à celle là. Je pousse un grand soupir, détourne le regard alors qu'elle m'adresse un immense sourire. Ouais. Je suis pas si seul que ça, finalement, dans ce cours. Elle et sa copinent piaillent pendant toute l'heure au fond de la classe. Parfois j'entends mon prénom qui sort et ça m'agace. Avant, j'en aurait peut-être profité un peu. Pas pour Kat, mais pour sa copine. Kat ne m'a jamais attiré. Pourtant, elle est loin d'être hideuse. Mais j'en sais rien, peut-être qu'elle a manifesté trop de... de j'en sais rien. Je sais même pas pourquoi j'y pense alors que j'ai Venise. J'ai un petit sourire, griffonne dans le coin de ma feuille de cours. Il faudrait que je lui écrive quelque chose, pour me distraire de ce cours plutôt ennuyeux. Je tapote le bout de mon stylo contre le bureau, agacé par les murmures que j'entends maintenant à propos de Venise. Encore cette histoire? Ils n'en ont pas marre? Non: les charognards ne donnent pas la mort. Ils en effacent les traces. Toutes ces chiennes continueront de parler tant qu'elles n'auront rien trouvé d'autres à raconter. Je leur envoie un regard venimeux qui les fait taire jusqu'à la fin de l'heure. Ou au moins ont-elles eu la décence de parler moins fort.

Ce soir, pas d'entraînement. Et puis, c'est l'heure du grand retour. Le retour du roi. Comme dans le Seigneur des Anneaux. Je suis comme Aragorn. J'ai perdu ma couronne. Sauf que là, personne ne me la rendra jamais. Y'a pas de Sam, ni de Frodon. Personne pour sauver le royaume. Et y'a un nouveau roi sur le trône. J'espère qu'il crèvera comme Joffrey Baratheon. Bon, ok, j'y vais peut-être un peu fort. Et puis, Aiden est utile à l'équipe. Il est très rapide. Lui et moi, on est très courtois l'un envers l'autre. Et je préfère m'éloigner quand je sens que je vais dire une connerie qui pourrait vexer sa seigneurie. Je suis rentré tôt, pour ne pas croiser toutes ces sales tronches. Y'avais Thomas, au bout du couloir, entrain de discuter avec un de ses chiens de potes. Sac sur l'épaule, je les dévisage et rentre dans ma chambre. Rien n'a bougé. Tout est absolument... comme avant. Sauf qu'en fait, si en surface c'est calme, en eaux troubles et bien... c'est le chaos. Je m'approche de mon lit, jette mon sac au sol, tire ma valise hors du dessous de mon lit. Là non plus, rien n'a bougé en plus d'une semaine. Je met un peu d'ordre lorsque le souverain de ces lieux entre. Regard en biais, il fait comme si je n'étais pas là et farfouille dans notre placard commun. Quelques instants après, il arrête de fouiller et pose ses yeux sur moi. Je relève la tête, le fixe un instant. Aiden hausse les épaules, prend enfin la porte. Il a un grain, c'est pas possible autrement. Qu'est ce qu'il a, à me provoquer comme ça? Mes yeux se posent sur le mur à ma droite. Il y a trois fines tâches écarlates, à gauche de la fenêtre. Mon poing droit fourmille, je fait bouger lentement mes doigts pour les désengourdir. Pendant trois secondes, c'est comme si je venais juste de frapper Thomas. Je me redresse, me craque les doigts, me laisse tomber sur le lit et rabat ma capuche sur ma tête en soupirant. Que c'est chiant, d'être ici. Avant, j'adorais vivre là, dans cette chambre. Comme une famille. Je nous revois, la porte toujours ouverte, à huit dans cette chambre à quatre places, se disputer la console, un peu de musique... Les vannes d'Aiden, les derniers ragots, les copines des uns, les copines des autres, les conquêtes du grand Kurt... Billy entrain de se battre avec James, les gars de la chambre d'à côté entrain de s'engueuler en jouant à Fifa et Thomas à la fenêtre entrain de fumer. Ouais. Avant, ce tableau était parfait. Absolument parfait, même. Mes yeux glissent sur cette chambre vide, froide, sans couleurs. C'était nous, les couleurs du tableau. Mais on a déchiré la toile. On en a arraché et éparpillé les morceaux. Et y'a des morceaux que je veux voir brûler.

La soirée avance, je passe mon temps à échanger des textos avec Venise, mon sweat remonté sur le nez. Elle me manque déjà. J'ai négocié quelques jours de présence à l'internat, le reste je les passerai avec elle, dans ses bras. Et puis j'ai plus le droit d'approcher Thomas à moins de dix mètres, sauf pendant les entraînements. Ses chiens de potes me regardent comme si j'étais un déchet. En plus de me mettre Aiden à dos, maintenant j'ai une partie de l'internat. Super. Bon, ça n'est pas une grosse partie de l'internat mais... Je me plaint de tout ça à Venise, par texto, alors que je donnerai tout pour être à ses côtés. Bref. La vie ici est passée de "paradisiaque" à "absolument merdique". Mais dans un sens, ça me permet d'apprécier pleinement mes soirées avec Venise. Ses doigts qui passent et repassent sur mon échine me manquent. Je lui envoie un message pour lui signifier, lorsque quelqu'un passe la porte. Eijiro. Ah. J'éteins l'écran de mon téléphone, plante mes yeux dans les siens alors qu'il semble enfin se rendre compte de ma présence.

- Heeeey ! Salut…

Je lâche un "Salut" des plus neutres, laisse s'installer le blanc. Il ne faut pas laisser s'installer le blanc. Un ange passe, je viens m'installer au bord du lit, ma capuche toujours sur la tête.

- Écoutes Eiji... Je voulais heu... m'excuser pour mon emportement de l'autre soir. Je... C'est juste que c'est un peu brutal, comme annonce.

Je fait craquer mes poings, attrape la balle de base-ball qui se trouve sur ma table de chevet et me met à la tourner dans tous les sens, comme si je voulais trouver une sorte d'ouverture cachée.

- C'est... Je veux pas que tu penses que je vous déteste ou un truc du genre... Enfin c'est... J'ai pas de famille, ok? J'en ai jamais eu. Y'a toujours eu que ma mère et puis moi. Alors me rajouter un frère et une sœur c'est... un peu brutal. Il me faut du temps.

Je replante mes yeux dans les siens. Ouais. J'ai besoin de temps. Toujours plus de temps. Et la nuit passée avec Venise et puis toutes ses petites attentions m'ont fait réfléchir. Je ne dois plus me laisser aller à la colère. Plus jamais. Elle ne doit plus me dominer.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Lun 6 Nov - 0:43

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Il remue dans son lit, je reste là, comme un con, à l’observer. Il range son téléphone, plante ses yeux dans les miens. J’ai pas vraiment l’habitude d’être si mal à l’aise. Je pourrais presque me mettre à me dandiner sur mes pieds comme un enfant qui a fait une bêtise pour tenter de faire disparaître ce mal être. Va-t-il m’envoyer chier et me demander de changer de chambre ? Il va devoir se débrouiller avec le maître d’internat si c’est ça.


« Salut. »


Okkkk. Bon on va pas dire que c’est la salutation la plus gentille que j’ai jamais entendu. Mais c’est pas la plus méchante. J’ai qu’à dire que c’est… Neutre. Comme si on se connaissait pas tous les deux. Dans un sens c’est vrai, en plus. Je sais pleins de trucs sur lui. Mais lui il ne sait absolument rien. Je serre les dents quand il se redresse, vient s’assoir sur le bord de son lit, sa capuche cachant légèrement son visage.


« Écoutes Eiji... Je voulais heu... m'excuser pour mon emportement de l'autre soir. Je... C'est juste que c'est un peu brutal, comme annonce. »


Il se craque les doigts, je retiens mon souffle. Il ne va quand même pas me frapper ? J’ai pas envie de me faire virer de l’internat dès le premier jour parce que je me suis défendu contre un mec. Mais il se contente d’attrape sa balle de baseball sur sa table de nuit et de la rouler entre ses mains. Je lâche un petit soupire discret.


« C'est... Je veux pas que tu penses que je vous déteste ou un truc du genre... Enfin c'est... J'ai pas de famille, ok? J'en ai jamais eu. Y'a toujours eu que ma mère et puis moi. Alors me rajouter un frère et une sœur c'est... un peu brutal. Il me faut du temps. »


J’hoche la tête. Bon, au moins il ne nous déteste pas. C’est déjà pas mal. Je pose mon sac au sol, le pousse sous mon nouveau lit d’un coup de pied. Lentement, je pose ma guitare au sol, m’agenouille et ouvre la fermeture Éclair pour sortir le trépied de l’étui.


« Je sais. Venise nous l’a dit… Gentiment. » Je lâche un petit ricanement. « Elle a du caractère ta copine ! Elle a remit Heather à sa place comme jamais personne ne l’a fait. Et elle lui a fait ouvrir les yeux aussi. J’espère qu’elle ne nous déteste pas maintenant. Heather semblait déjà l’apprécier.»


Je dis ça tout en montant le trépied. Je me redresse, fait craquer mes genoux en me relevant et pose lentement ma guitare sur son socle. On me l’a offerte, un cadeau de ma sœur. J’y tiens peut-être plus qu’à ma moto. Même beaucoup plus. Je me tourne vers Kurt, plante mes yeux dans les siens.


« Heather est pas là mais je peux parler en son nom. Tu sais les jumeaux, la connexion entre les deux patati patata… Bref, on est désolé, nous aussi. On voulait pas que ça se passe comme ça. On était super heureux de rencontrer notre frère, surtout moi, on a pas vraiment fait attention à ce que tu pouvais penser de la situation. » Je me gratte la nuque, gêné. Il n’a peut-être pas besoin de savoir que son petit frère l’idolâtre. « Ça prendra le temps que ça prendra pour que tu nous acceptes dans ta famille. En attendant on peut juste être… Des potes ? C’était cool de passer du temps avec toi la dernière fois. »


Et ça me ferait vraiment chier si mon frère et coéquipier ne veuille pas m’adresser la parole. J’espère que Venise avait raison et que Kurt n’est pas un connard finit qui ne veut jamais entendre raison.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Lun 6 Nov - 23:09


Eiji opine du chef, je lance ma balle en l'air avec désinvolture. C'est la balle que j'avais attrapé lors d'un home-run des Blue-Jays, quand j'étais jeune. C'est l'un de mes porte-bonheur, je suppose. Je crois pas trop à ces conneries, mais je tiens quand même à cette balle. Comme à ma chaîne et aux pendentifs qui y sont rattachés.

- Je sais. Venise nous l’a dit… Gentiment.

Il ricane, j'ai un petit sourire. Je vois exactement comment elle a pu leur dire. Je commence à un peu la connaître, après tout.


- Elle a du caractère ta copine ! Elle a remit Heather à sa place comme jamais personne ne l’a fait. Et elle lui a fait ouvrir les yeux aussi. J’espère qu’elle ne nous déteste pas maintenant. Heather semblait déjà l’apprécier.

Si elle a du caractère? Je lâche un petit rire. Je n'en doute pas une seule seconde. Elle sait se faire aiguille comme elle sait se faire douce. Venise m'impressionne, m'intrigue. Et je crois qu'elle n'aura de cesse de le faire. J'en sais rien, si Venise déteste Heather ou non. Faudrait lui demander, à l'occasion. J'ai bien vu que Heather commençait déjà à l'apprécier. Elle était entrain de la dessiner! Est-ce qu'on dessine les gens qu'on ne connaît pas? J'en sais rien. Après tout, moi j'ai écris un poème à Venise. Et je ne la connaissais pas non plus. Eiji sors une magnifique guitare qu'il pose sur un trépied. Alors c'est un musicien? J'ai une petite pensée pour ma batterie qui dors depuis des années dans ma chambre, chez Roxane. Elle sommeille, tranquille. Quand je la vois, je me dis que c'est encore une chose que je n'ai pas su faire aboutir, dans ma vie. Je remet à demain le moment où je la dépoussiérerai à chaque fois. Et depuis des années, elle n'a pas bougé. Je me souviens que j'en jouais quand j'étais vraiment, vraiment énervé. Au lieu de taper sur des trucs, je me déchaînais à la batterie. Un des copains de Roxane m'a appris à en jouer. En fait, c'est bien le seul de ses mecs que j'ai jamais toléré. Il était sympas, Marc. Dommage qu'il ne soit pas resté.


- Heather est pas là mais je peux parler en son nom. Tu sais les jumeaux, la connexion entre les deux patati patata… Bref, on est désolé, nous aussi. On voulait pas que ça se passe comme ça. On était super heureux de rencontrer notre frère, surtout moi, on a pas vraiment fait attention à ce que tu pouvais penser de la situation.

Je hoche la tête. C'est clair qu'elle n'y est pas allée de main morte. Elle doit pas faire les choses à moitié, quand elle s'y met. Et puis pour le peu que j'ai parlé avec elle, elle a l'air d'être sacrément têtue et bornée. On risque de pas trop s'entendre, elle et moi. Surtout si elle est aussi bornée et râleuse que moi. Je ferai peut-être mieux de demander à Eiji, mais il risque de mal le prendre. J'en sais rien. Je sais pas ce que je dois faire, comment je dois réagir. Je marche un peu sur des œufs. Eiji passe sa main dans sa nuque, d'un air gêné. Je suis aussi gêné que lui, à la différence que je fais tout pour le masquer.


- Ça prendra le temps que ça prendra pour que tu nous acceptes dans ta famille. En attendant on peut juste être… Des potes ? C’était cool de passer du temps avec toi la dernière fois.
- Des potes? je marmonne.

Ouais. C'était très cool, même. Et puis Eiji s'y connaît, en base-ball. Il a de l'avenir. Il se démène. Et il ne déconne pas. J'ai vu tout ça en une seule séance. D'habitude, ça prend du temps. Ce gars là est polyvalent, il sait tout faire. Et en plus, il est sympas. Ouais. On peut être potes. Et puis, un jour peut-être, on pourra être frères. En attendant, on partage notre chambre au centre. Et je vais me remettre à la batterie. J'ai un grand sourire, rattrape ma balle pour l'immobiliser entre mes mains.

- C'est d'accord. Mais je suis pas sûr que tu me supporte longtemps. Je suis du genre un peu... colérique, il paraît. Enfin, c'est ce que le directeur a noté dans mon dossier. Et impulsif, aussi. Mon poing droit part facilement.

J'ai un grand sourire goguenard, fend l'air d'un grand crochet du droit. Je me redresse, me plante devant Eiji et ricane avant de lui envoyer un coup de poing amical dans l'épaule.

- Allez. Bienvenue en enfer, Eiji. Tu vas voir, c'est pas si horrible ici. Le maître d'internat est un petite traînée de collabo, mais on fait avec. Il est un peu sourd. Donc si t'as envie de partir de là, passe par la fenêtre de la chambre. Ah et puis notre autre colocataire s'appelle Billy. Le receveur, tu sais? Il est cool, tu vas voir. Et si ça n'a pas changé alors... le dernier c'est le nouveau roi. Aiden. Avant y'avait Thomas, mais s'il était resté, j'aurai certainement commis un meurtre. Je ne supporte pas les violeurs, je fais d'un ton acide.

Surtout pas quand ils s'attaquent aux gens que j'aime. Et vu qu'ils sont peu nombreux, les gens que j'aime... Ça restreint vite le partage de mes sentiments.

- Écoutes, on à qu'à-

La sonnerie de mont téléphone retentit, je fixe l'écran. Venise. Mon regard s'éclaire immédiatement, je repose mes yeux sur Eiji un instant.

- Je te laisse, désolé. Je décroche, commence à quitter la chambre. Oui bébé?

Ma main ouvre brusquement la porte. Je rentre en plein dans Aiden, pousse un juron de surprise. Un regard en biais, je le dévisage et il fait de même. Alors que je m'enfonce dans le couloir, Aiden entre dans la chambre. Depuis combien de temps est-il ici?


Ils sont frères. C'est quoi ces conneries encore? Le nouveau est le frère de Kurt? Non mais... Y'a un truc qui tourne pas rond avec cet endroit. Je recule vers le mur du couloir, m'y appuie un instant, sonné par la nouvelle. Depuis tout ce temps il avait un frère et il ne me l'a jamais dit. Enfin, il avait pas l'air de savoir. Quoi que, j'en sais rien. Je m'attends à tout, avec ce gars là. Il peut cacher des tours dans sa manche. C'est ce qu'il fait tout le temps. Une sonnerie de téléphone retentit. Je ferai peut-être mieux de me barrer, c'est un peu suspect. Mais quand je les ai entendu parler... j'ai pas pu m'empêcher d'écouter. Y'a personne, dans le couloir. Jusque là, y'avait Thomas et ses copains. Ils sont étrangement silencieux, tous. J'aime pas ça. Quand Thomas est silencieux, c'est qu'il boue à l'intérieur. Et qu'il prépare un mauvais coup. Y'a trop de tension, dans ce centre. Des clans qui n'existaient pas avant commencent à doucement se créer. Et dans une équipe, ça ne doit pas être acceptable. Heureusement que certains font preuve d'un peu de maturité. Je suis plutôt impressionné que Kurt n'ai pas déjà sauté à la gorge de Thomas pendant les entraînements. Ils ne cessent de se provoquer discrètement. Mais une parole de travers, une étincelle et puis... boom.

Et puis il y a le nouveau. Eijiro. Il est marrant, celui là. Il rayonne. Eiji apporte un peu de légèreté dans toute cette tension. Et vu que Thomas est parti, il va être dans ma chambre, maintenant. C'est cool. La porte s'ouvre sur Kurt qui ne fait tellement pas attention à moi qu'il me rentre dedans. Il est au téléphone. Peut-être avec Venise? Rien que d'y penser j'ai envie d'attraper son téléphone et de le balancer contre le mur. Je recule un peu devant le regard amer de Kurt. Il est complètement fermé, depuis... depuis cette soirée. Impossible de discuter avec lui. Je m'heurte à un mur de glace. Enfin, j'ai pas vraiment essayé de lui causer sérieusement. Mais à chaque fois que je veux lui adresser la parole, je n'y arrives pas. Je n'y arrive plus. Et puis, quand j'y arrive, c'est pour qu'on finisse par s'embrouiller. J'arrive toujours pas à digérer sa trahison. Et dire qu'au début de l'année, c'est lui qui me disait de foncer comme si elle ne l'intéressait pas du tout. Et dire que maintenant, il passe ses soirées chez elle. Avec elle. Contre elle. Et ça me fout la rage.

Je passe la porte alors que Kurt s'éloigne en discutant avec Venise. Je le devine aux nombreux "bébé" qui sortent de sa bouche. Et à son ton enjoué. Comment ce type fait-il pour passer si vite d'une haine monstrueuse à un tel... rayonnement? Au fond, peut-être que ce que les autres racontent de lui est vrai. Je m'en suis juste jamais rendu compte. Je me mettais des œillères, parce que lui et moi on était frères. Mais j'ai un certains recul, maintenant. Eiji est là, avec sa guitare. C'est un musicien? On en a pas, au centre. C'est drôle, ce type ne cesse de me surprendre.

- Bienvenue dans le palace cinq étoiles, je lâche, un sourire au coin des lèvres. Ah, t'as déjà trouvé ton lit? C'est cool. Bon. Y'a des consignes que je devrai te donner j'imagine. A moins que l'autre te les ai déjà donné?

Je viens farfouiller dans mon placard, en sort un sweat bleu à l'effigie des Blue-Jays de Toronto que j'enfile. Je me gratte le sommet du crâne, vais fermer la porte. Plus personne dans les couloirs. A nouveau, je viens me planter devant Eiji, bras croisés.

- Bon je vais pas y aller par quatre chemins. C'est quoi cette histoire de fraternité? Hook et toi vous êtes frères? Il t'as pistonné pour que t'entre dans l'équipe, c'est ça?

J'ai un léger sourire moqueur. Allez Eiji. Bouge toi de m'expliquer qu'est ce que c'est encore que cette histoire. Parce que j'en ai marre des ragots et des trucs cachés qui finissent par mal tourner.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Mar 7 Nov - 1:11

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Il a l’air de prendre en considération ce que je lui ais dit. Il a l’air surpris que je lui propose de rester « potes » pour le moment. Mais personnellement, je préfère cent fois ça plutôt qu’il soit mal à l’aise face à moi parce que je suis son frère. Je me contenterais d’apparaître comme son pote. Et quoi qu’il en soit, il semble apprécier cette vision des choses. Un grand sourire se dessine sur son visage, il rattrape sa balle et arrête de jouer avec.


« C'est d'accord. Mais je suis pas sûr que tu me supporte longtemps. Je suis du genre un peu... colérique, il paraît. Enfin, c'est ce que le directeur a noté dans mon dossier. Et impulsif, aussi. Mon poing droit part facilement. »


Je lâche un petit ricanement alors qu’il envoie son poing fendre l’air devant moi. Je crois que l’impulsivité c’est de famille. Et je crois que je suis le plus touché. Sauf que je sais bien le cacher, à la différence de Kurt. J’ai appris à me battre tout jeune alors que notre connard de père nous avait abandonné et que ma tendre mère commençait lentement sa descente aux enfers. Les rues de Cerfblanc sont loin d’être saine. Il faut bien savoir se défendre pour protéger sa famille. Alors moi aussi, mon poing droit part facilement. Trop facilement. Je suis pourtant un chic type, excentrique et drôle, enfin je crois, mais à l’intérieur, je suis une vraie boule de colère. Mieux vaut ne pas trop me chercher. Kurt doit être pareil. Il se relève, vient me bousculer en m’envoyant une bourrade de son poing dans l’épaule. On ricane en concert. Putain, qu’est-ce que c’est bien d’avoir un grand frère.


« Allez. Bienvenue en enfer, Eiji. Tu vas voir, c'est pas si horrible ici. Le maître d'internat est une petite traînée de collabo, mais on fait avec. Il est un peu sourd. Donc si t'as envie de partir de là, passe par la fenêtre de la chambre. Ah et puis notre autre colocataire s'appelle Billy. Le receveur, tu sais? Il est cool, tu vas voir. Et si ça n'a pas changé alors... le dernier c'est le nouveau roi. Aiden. Avant y'avait Thomas, mais s'il était resté, j'aurai certainement commis un meurtre. Je ne supporte pas les violeurs. »


Aiden. Ou celui que j’ai qualifié dans mon cerveau comme « boucle d’or ». Ouais bon, je sais, j’ai un peu de mal avec les prénoms. Faut pas m’en vouloir, mon cerveau est un peu bizarre. Je l’aime bien ce blondinet. Il veut se donner un style de princesse, chose que je déteste. Mais ça a l’air si facile de le faire chier. Je vais bien m’amuser.


« Écoutes, on à qu'à- »


Sa phrase se fait couper par la sonnerie de son téléphone. Il le sort de sa poche, son visage s’illumine. Je n’ai même pas besoin de regarder l’écran de son téléphone qui est la personne qui l’appelle. Il est vraiment dingue d’elle, c’est assez… J’en sais rien. Je pensais pas que ce soit possible qu’un membre de la famille des Yume puisse réellement tomber amoureux. Je ne comprends vraiment pas tout ce qu’on raconte sur mon frère.


« Je te laisse, désolé. Oui bébé ? »


Je ricane alors que Kurt s’avance pour quitter la chambre. Je retourne m’occuper de l’amour de ma vie sans faire attention à ce qu’il se passe derrière moi. C’était peut-être pas une bonne idée de la ramener ici. Ils vont me l’abîmer, ces sauvages. Ou me la voler. Ou je sais pas. Mais j’y tiens beaucoup trop. Heather s’est ruinée pour me l’acheter. Je suis le plus heureux des frères de pouvoir partager mon amour de la musique avec ma sœur. On a ce petit don, un peu inutile, sauf pour draguer, qui nous permet de chanter et d’accorder nos voix à la perfection. Ça doit être parce qu’on est jumeaux.


« Bienvenue dans le palace cinq étoiles. Ah, t'as déjà trouvé ton lit? C'est cool. Bon. Y'a des consignes que je devrai te donner j'imagine. A moins que l'autre te les ai déjà donné? »


Je sursaute, me tourne pour fusiller Aiden du regard. Il pouvait pas s’annoncer au lieu de rentrer comme ça ? Il vient récupérer un sweat bleu dans son placard qu’il enfile avant de se diriger vers la porte et de la fermer. Ça devient tout de suite plus intime. Un petit sourire se dessine sur mon visage alors qu’il reporte son attention sur moi.


« Bon je vais pas y aller par quatre chemins. C'est quoi cette histoire de fraternité? Hook et toi vous êtes frères? Il t'as pistonné pour que t'entre dans l'équipe, c'est ça ? »


Je lâche un ricanement franc, me laisse tomber sur mon lit. Qu’est-ce qu’il cherche exactement ? Des renseignements pour enfoncer encore plus Kurt ? Désolé boucle d’or, j’entrerait certainement pas dans vos engueulades de gamin, même si j’en meurs d’envie, juste pour voir jusqu’où ça peut aller. Je me penche en avant, pose mes coudes sur mes genoux, place ma tête entre mes mains jointes.


« Alors comme ça en plus d’être capitaine tu es le maître d’internat ? Que de privilège pour une si jolie tête blonde… »


Je ricane, lui lance un regard provocant.


« Désolé boucle d’or, je viendrais pas servir tes petites envies de vengeance. Qu’est-ce que ça change si c’est réellement mon frère ? Tu vas piquer une crise de jalousie parce que t’es plus le seul dans son petit cœur ? Il ne m’a pas pistonné. Je me suis fais tout seul. Comme un grand. »


Je plisse les yeux, l’observe un instant. Je n’aime pas trop ce ton qu’il prend avec moi. J’ai envie de lui arracher son sourire moqueur. À coup de dent s’il faut.


« C’est pour quoi toute cette intimité ? Tu veux que je te montre comment j’ai été… pistonné ? »


J’hausse les sourcils, rire provocant et sourire tendancieux. J’adore déstabiliser les gens. Je pourrais passer des heures à faire ça chaque jour, à observer leur réaction devant mon comportement de mec beaucoup trop aguicheur. La drague c’est un jeu pour moi. Et j’adore les jeux. Autant que ma propre vie.


_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Mar 7 Nov - 22:23


Eiji ricane, prend place sur son lit. Je le suis du regard, les bras toujours croisés.

- Alors comme ça en plus d’être capitaine tu es le maître d’internat ? Que de privilège pour une si jolie tête blonde…

Je hausse un sourcil, m'apprête à le remettre franchement en place. Ce sale gosse est insolent. Et on est pas insolent avec moi. Je suis pas le maître d'internat, mais je suis le capitaine. Les capitaines accueillent les nouveaux. Et en plus, il est dans ma chambre. On partage le même lit en hauteur. Et Kurt va certainement dégager ses affaires pour les mettre dans le placard de Billy. Alors on va partager le même placard. Ça veut dire que je vais devoir ranger? Je déteste ranger. Surtout quand c'est mon propre bordel. Avant, y'avait pas besoin de ranger, c'était cool. Quand je prenais les trucs de Kurt et qu'il prenait mes trucs à moi, pas besoin de faire de rangement. Ce qui était à moi était à lui, ce qui était à lui était à moi. Sauf sa balle de base-ball. Et sauf son pull des Yankees. On ne plaisante pas avec les Yankees.

- Désolé boucle d’or, je viendrais pas servir tes petites envies de vengeance. Qu’est-ce que ça change si c’est réellement mon frère ? Tu vas piquer une crise de jalousie parce que t’es plus le seul dans son petit cœur ? Il ne m’a pas pistonné. Je me suis fais tout seul. Comme un grand.

Je fronce les sourcils. Moi? Jaloux de ce petit insolent? Non, merci, sans façon. Ma vie est chouette. Enfin, en ce moment c'est un peu la tempête mais ça tend à s'améliorer. Ça s'améliore même déjà, regardez, je suis capitaine! Et puis j'ai éliminé un traître de ma vie. Je ne suis plus dans son cœur, il n'est plus dans le mien. C'est comme ça. Et ça ne changera plus. Jamais. Un léger blanc, Eiji m'observe. J'ai bien envie de lui demander ce qu'il a, à me mater de la sorte. J'aime bien être vu, mais là, c'est un peu gênant.

- C’est pour quoi toute cette intimité ? Tu veux que je te montre comment j’ai été… pistonné ?

Son sourire tendancieux me fait ouvrir et fermer la bouche. Je reste coi devant tant de provocation. Eiji est un sale gosse. Je sens mes joues s'empourprer légèrement sans que j'en saisisse la raison. Je plante mes deux mains sur mes hanches, secoue la tête de droite à gauche.

- Vas chier. Tu dis des conneries.

Je me détourne, passe ma main sur ma xbox qui répond à mon contact d'un doux bruit de démarrage. Ouais. Les xbox sont tactiles. J'adore allumer ma xbox. C'est étrangement satisfaisant. J'attrape une manette, allume la télé, me dirige vers le lit de Kurt, par habitude. Et juste avant de m'asseoir, je me retourne pour regarder sa place. Merde. J'ai plus le droit de m'installer là, je suppose. Je pousse un petit soupir, me pose au sol, le dos calé contre son lit. J'appuie un coude sur mon genoux, tourne la tête vers Eiji.

- Ça te fait quoi, que je ferme la porte? Avant, cet endroit était comme un moulin. On entre, on sort, on brasse de l'air... Mes yeux se braquent sur l'écran de télé. Maintenant tout est différent. Il va falloir te faire à l'idée que cet internat est... enfin c'est entrain de changer.

Je démarre The Witcher III, dernier jeu utilisé par... Kurt. Je pousse un juron quand je vois toutes les places de sauvegarde qu'il utilise. Je vais pouvoir faire de la place. C'est un truc de dingue comme ce type est partout. Il s'est incrusté partout! En fait, on partageait vraiment tout. Ça lui allait bien. Je ne m'en suis pas rendu compte, mais peut-être que ce type m'utilisait. Y'a qu'à regarder comment cette histoire avec Venise s'est terminée. Kurt arrive toujours au bon moment, pas vrai? Il rafle la mise, toujours bien placé. Tout ça, c'est terminé maintenant. Je ne me laisserai plus jamais faire de la sorte. Il est temps qu'on me voit comme "Aiden Lord, le capitaine des Tigers" et pas comme "le petit frère de Kurt". De toute façon, il semble en avoir un nouveau, de petit frère. Une de mes parties est lancée, je  suis au milieu de nul part. Bon. Je peux jouer et discuter en même temps, j'en suis sûr. Ça ne doit pas être trop compliqué de se montrer sympas avec un nouveau...

- Admettons que ça soit ton frère. Ça veut dire que vous avez le même père? Kurt déteste son père. Il déteste tout ce qui se rapproche de son père, de près comme de loin.

Je parle comme si je le connaissais. Je me suis rendu compte que je ne connaissais pas grand chose de lui. Je ne me suis jamais rendu compte à quel point il pouvait être un immense connard. En fait non: je ne voulais juste pas voir cette partie de sa personnalité. Je hausse les épaules.

- T'es pas tombé sur le bon frère, mon pauvre vieux. Prépare toi à l'entendre râler et grogner à longueur de temps. Enfin, depuis qu'il s'est trouvé sa copine là, ça va mieux. Tant mieux. Ça me fera des vacances.

Mon ton est très amer. Je décapite un noyeur d'un grand coup d'épée, lâche un chapelet de jurons en français. Enfin, plutôt en québécois. Je suis le roi des insultes, quand je suis agacé. Heureusement que personne ne pige quoi que ce soit au français, dans cet endroit.

- Ah et tu peux mettre des affaires dans mon placard si tu veux. Kurt va dégager les siennes bientôt. Il a certainement peur que je lui pique des trucs... il oublie parfois que dans tout ça, c'est pas moi le fautif.

Nouveau chapelet d'insultes. J'adore ce jeu. Ça détend. Et je ne gueule pas souvent, alors il faut bien trouver un moyen de se défouler, dans ce monde de focus.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Mer 8 Nov - 0:48

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Ma phrase à son petit effet, mon sourire s’agrandit pour se transformer en un sourire victorieux, le genre de sourire qu’un gamin aborde quand il a gagné à une partie de loup touche touche. Sauf que là, je ne jouais pas à loup touche touche. Enfin, pas encore. Aiden reste là comme un con, à ouvrir et fermer la bouche comme un poisson. Ses joues s’empourprent légèrement, je ne peux m’empêcher de me dire qu’il est vraiment mignon. Con et mignon. J’en ferais bien mon quatre heures. Mais il semble un peu sainte nitouche sur les bords.


« Vas chier. Tu dis des conneries. »


Rooh, ça va c’était qu’une petite plaisanterie. Princesse Aiden s’en va allumer sa console et la télé, se dirige vers le lit de Kurt pour certainement s’y assoir. Mais il s’arrête devant, bloque. S’assoit par terre. Comme c’est mignon. Ils se sont engueulés alors il touche plus à ses affaires. C’est si enfantin. Il va falloir grandir un peu et arrêter ses embrouilles à la con. Même moi je suis pas capable d’être si gamin.


« Ça te fait quoi, que je ferme la porte? Avant, cet endroit était comme un moulin. On entre, on sort, on brasse de l'air... »


Avant. Avant que quoi ? Que Kurt vienne casser la gueule de ce Thomas ? Ou avant qu’Aiden et Kurt décide de faire les machos et de faire un concours pour serrer le premier Venise ? Faudrait je pose la question à l’un d’eux. Juste pour savoir lequel des deux a été le plus con avant que Kurt tombe aussi raide dingue de Venise. Aiden commence une partie sur ce qui semble être The Witcher. J’ai jamais eu de console chez moi. Je me débrouillais toujours pour gratter l’hospitalité d’un pote. Ça marchait toujours. J’ai qu’à faire pareil avec Aiden. Peut-être que je pourrais même gratter autre chose avec lui...


« Admettons que ça soit ton frère. Ça veut dire que vous avez le même père? Kurt déteste son père. Il déteste tout ce qui se rapproche de son père, de près comme de loin. »


Je me fige. Père. Ahah. C’était pas vraiment le mot à prononcer. Bien sûr que Kurt déteste son père. Tous ses descendants détestent le grand Anar. Je hais Anar. De tout mon être. Il a eu du bol de s’être barré avant que je puisse apprendre à me servir de mes poings. Parce que maintenant, je pourrais certainement le tuer tellement ma rage envers lui est puissante. Le tuer à mains nus. Je sens mon pouls battre dans mes tempes. Ma mâchoire se contracte, mes fossettes se dessinent sur mes joues. Félicitation Aiden, tu viens de me mettre en rogne pour la soirée. J’avais pas besoin qu’on me rappelle que mon frère me potentiellement me détester parce que je suis le fils de ce connard d’Anar.


« T'es pas tombé sur le bon frère, mon pauvre vieux. Prépare toi à l'entendre râler et grogner à longueur de temps. Enfin, depuis qu'il s'est trouvé sa copine là, ça va mieux. Tant mieux. Ça me fera des vacances. »


Je sers les poings le fusille du regard. La colère se met à bouillir en moi. Je déteste sa façon de parler de Kurt. Je déteste sa façon de parler de Venise. Je déteste sa façon de vouloir détruire tous mes putains d’espoirs. De détruire toute la joie que j’ai ressentit quand Heather m’a annoncé qu’on avait un frère et qu’on allait aller dans la même université que lui. Aiden ne peut pas comprendre ce que ça fait. Et il se permet de juger avec ses faux airs de gamin prétentieux. Mon poing fourmille. J’ai envie de casser quelque chose. J’ai envie qu’il arrête de me parler.


« Ah et tu peux mettre des affaires dans mon placard si tu veux. Kurt va dégager les siennes bientôt. Il a certainement peur que je lui pique des trucs... il oublie parfois que dans tout ça, c'est pas moi le fautif.
- Putain mais tu peux pas la fermer un peu ?! »


Je décide de craquer avant que ça ne soit vraiment trop tard. Au moins comme ça s’est dit, c’est fait, j’aurais pas à essayer de lui casser la gueule.


« Parle pas de cette raclure qui fait figure de père dans nos vies. Juste ça. Et évite de parler de Kurt aussi. J’en ai rien à foutre de votre embrouille à deux balles parce que vous connaissez pas le respect envers les filles, ok ? Vous avez prit Venise pour un putain d’objet et tu t’étonnes que t’es perdu ton meilleur ami ? Je dis Venise mais ça aurait pu être n’importe quelle fille. »


Je me tourne et m’agenouille pour récupérer mon sac sous mon lit. Mes genoux lâchent un craquement sombre, je grogne. Putain de temps de merde. Je pose mon sac de sport sur mon lit, l’ouvre, farfouille dedans et en sort mon sweat adoré, sweat à l’effigie de mon groupe préféré, Twenty One Pilots. Je le pose doucement sur mon litre, retire ma veste de moto et la jette sur mon lit, laissant s’entrechoquer bruyamment les coques de protections. Je retire mon tee-shirt m’étire pour faire craquer mes épaules. Je sais pas vraiment pourquoi mais dès qu’il fait froid, tout mes os se mettent à craquer comme si j’avais prit quatre-vingt-dix ans d’un coup. Je baille, attrape et enfile mon sweat. Je lâche un soupire, baille une nouvelle fois. Aiden s’est replongé dans son jeu. Il a sûrement pas apprécier mon ton cassant et préfère bouder comme une princesse. Je m’approche, vient m’assoir par terre à ses côtés. Je passe une main dans mes cheveux, laisse mon tête tomber en arrière sur le matelas.


« Est-ce que mon impulsivité te permet de te faire comprendre que oui, Kurt est bien mon frère ? Je voulais pas paraître si méchant, excuse-moi. Faut juste pas que tu parles de mon père. C’est tout.»


Je soupire, ferme les yeux un court instant. Je me redresse, me penche un peu vers Aiden.


« The Witcher III ?  Pas mal. Tu permets beau blond ? Histoire que je t’apprennes comment jouer. »


Je lui prend délicatement la manette des mains, lui adresse un petit clin d’œil moqueur, grand sourire aux lèvres. Je veux pas m’engueuler avec mon capitaine. Il a l’air d’être très chiant et un peu con, mais je suis sûr qu’en plus d’être terriblement mignon, il est sympa. J’ai juste pas l’habitude des princesses.  

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Ven 10 Nov - 20:24


J'ai l'habitude d'aller trop loin. De parler trop vite. J'ai aucun filtre, pas de barrières. Mes parents m'ont appris à bien parler, devant leurs invités. Mais sinon, on ne m'a pas interdit grand chose. Je suis un gosse pourrit gâté et j'en ai bien conscience. Mais tout ce que je dis ou je fais, n'est pas toujours bien prit. Souvent, lorsque j'ai parlé, il est déjà trop tard. Kurt avait pris l'habitude de mes manières. Eiji n'a pas même partagé une nuit dans notre chambre. Il ne sait pas comment je fonctionne. Comment ma haine parle toute seule, parfois. Pourtant je ne suis pas un garçon violent, au contraire de Kurt qui s'énerve sur tout ce qui bouge et qui ne bouge pas au moins trois fois par jour. Et là, je sais que je suis allé trop loin. Mon bonne conscience me dit "oops", ma raison m'ordonne de m'excuser et ma fierté crie plus fort encore de continuer. J'entrouvre la bouche pour laisser parler la raison, lorsque Eiji s'emporte.

- Putain mais tu peux pas la fermer un peu ?!

J'ai un léger sursaut, n'ose pas le regarder en face. J'ai ce que je mérite.

- Parle pas de cette raclure qui fait figure de père dans nos vies. Juste ça. Et évite de parler de Kurt aussi. J’en ai rien à foutre de votre embrouille à deux balles parce que vous connaissez pas le respect envers les filles, ok ? Vous avez prit Venise pour un putain d’objet et tu t’étonnes que t’es perdu ton meilleur ami ? Je dis Venise mais ça aurait pu être n’importe quelle fille.

Je serre les dents. S'il s'y met lui aussi... Au moins aurai-je Billy pour me tenir compagnie, si les deux frères décident de faire leur groupe de leur côté. Je me sens bien seul, dans cette petit chambre. Elle me semble à l'instant aussi vaste et aussi vide qu'un désert. Sauf que c'est un désert plongé dans l'ombre. On y voit rien, et il fait froid. Venise n'est pas un objet. On a été bien cons. J'ai été bien con. Ça aurait dû se passer d'une autre manière. On a joué les connards. Le pire, c'est qu'Eiji a raison. Ça aurait pu tomber sur n'importe quelle fille. Mais Kurt est tombé amoureux de Venise et ses sentiments ont été les grains de sable dans la machine bien huilée. Pourtant, tout était parfait. Il devait apprendre à la connaître, me glisser quelques trucs et puis voilà. Mais Kurt n'a pas pu faire autrement que de s'attacher réellement à elle, alors qu'il ne s'attache à personne, d'habitude. Rien qu'à voir comment il traite les filles, habituellement...

Eiji soupire, se détourne pour fouiller dans son sac alors que je continue de réfléchir à mes actes. Il est bien le seul à avoir réussi à me faire ne serait-ce qu'un peu réfléchir... Quand Kurt a appelé, alors qu'il était avec Venise je n'ai pas pu m'empêcher de partir, de fuir. Et puis, Billy a bien essayé de me faire la morale mais... Ça n'avait pas d'effet non plus. Bien sûr, que je culpabilise! Mais j'ai encore la trahison de Kurt au travers de la gorge. Je ne peux pas juste aller m'écraser devant ce type. Eiji retire son tee-shirt, j'oublie soudain ce à quoi j'étais entrain de penser. Il a un de ces dos que tous les sportifs rêvent d'avoir. J'entrouvre légèrement la bouche, sans m'en rendre compte. Qui est ce sale gosse arrogant, qui me fait oublier l'univers qui gravite tout autours de moi? Il enfile son sweat, je braque à nouveau mon regard sur l'écran, les joues brûlantes. Qu'est ce qui m'arrive? La fatigue, certainement. Je dors mal, depuis... et bien, depuis le commencement de tout ça. Après la gym, quand Venise a écrasé Jilian dans un enchaînement parfait. Eiji vient s'installer à côté de moi, je tâche de cacher mon trouble. Trouble qui n'a pas lieu d'être. Trouble qui prend sa source dans mes tourments, pour sûr.

- Est-ce que mon impulsivité te permet de te faire comprendre que oui, Kurt est bien mon frère ? Je voulais pas paraître si méchant, excuse-moi. Faut juste pas que tu parles de mon père. C’est tout.

Je hausse les épaules, marmonne une excuse. Oh, je viens de m'excuser? Oui, peut-être. J'ai bien envie d'oublier ce soudain élan de... courtoisie. Ces deux là ont des problèmes avec leur père. Mais Kurt m'en avait déjà parlé. Est-ce que c'est pareil pour Eiji? Est-ce qu'il l'a connu? Peut-être qu'il sait où il est? La question c'est est-ce que Kurt veut savoir? En tout cas, pour l'instant je trouve à Eiji et Kurt quelques points communs. Je ne sais pas si ça m'amuse ou si ça m'effraie. Je n'avais pas besoin d'un autre traître dans ma vie. J'espère simplement qu'Eiji n'est pas comme ça. Ça me ferai mal de devoir me défendre encore et encore contre deux personnes à la fois. Nouveau blanc, Eiji se redresse, se penche vers moi.

- The Witcher III ? Pas mal. Tu permets beau blond ? Histoire que je t’apprennes comment jouer.

Je hausse un sourcil alors qu'il me prend délicatement la manette des mains. Ses doigts effleurent les miens, j'ouvre la bouche et la referme aussitôt. Eiji m'ôte les mots de la bouche. J'arrive pas à saisir ce qu'il m'arrive, dans cette pièce froide. Mais j'ai soudain un peu plus chaud qu'il y a quelques instants. C'est très léger et très agréable, je pousse un petit soupir, lève les yeux au ciel et croise les bras sur mon torse.

- Tu m'apprendras pas à jouer. Je suis le meilleur.

Je redresse le menton d'un air faussement pompeux. Ma console, mon jeu. Je l'observe se déplacer sur l'immense carte avec aisance, sans parler. Mes yeux se posent un instant sur lui. Je le détaille pensif, avant de reporter mon attention sur l'écran.

- J'ai fais des trucs stupides, je dis d'un air penaud. Mais même si j'ai joué au con, avec Venise, c'est Kurt qui a détruit tout ça. Attends avant de t'énerver! Y'a des... trucs que tu sais pas, ok? Et que je m'en vais t'expliquer avant que je ne passe que pour l'enfoiré de service. Y'a pas d'un côté le connard que je suis et de l'autre Kurt le chevalier servant qui arrive sur son cheval blanc hein.

Alors je m'attelle à lui expliquer l'histoire. A partir du moment où Venise est arrivée en classe, quand Kurt était encore avec Jilian. Quand il m'a dit qu'il irait lui parler. Enfin bref, tout jusqu'à la fin. Parfois, je me rends compte que je parle avec un peu trop de véhémence. Eiji a pas l'air très d'accord qu'on parle mal du frère qu'il vient de se découvrir. Je suppose que moi non plus, je serai pas d'accord si je me découvrais un petit ou un grand frère. J'avais un grand frère. Mais ce grand frère s'est trouvé un autre petit frère. Un vrai cette fois. Je m'imagine pas la galère si j'apprenais que mon paternel, lors d'un de ses voyages, avait trompé maman avec une fille d'un soir. Et s'il lui avait fait un gosse? Et si elle venait l'embrouiller pour du fric? Et hop, voilà comment obtenir un petit frère ou une petite sœur. Ça doit être pire avec les sœurs. Et si c'était moi, j'enfant adultère? Et si mon père ou ma mère avait quitté sa famille précédente pour refaire sa vie sur un coup de tête avec la personne qui a brisé leur couple? Enfin bref j'en sais rien, j'ai toujours été seul. Désespéramment seul. Oui, en fait ça ne s'est jamais vraiment arrêté. J'avais toujours l'impression d'être la goutte d'eau dans l'océan. Le blondinet un peu perdu qui parle beaucoup, s'exclame et s'agite pour dire "hé, regardez moi putain de bordel de merde!". Sauf que j'étais dans l'ombre de Kurt. Maintenant c'est terminé. A moi, la lumière! En espérant que ça ne soit pas la lumière des phares d'une voiture. Je refuse d'être un animal prisonnier de sa peur, à deux doigts de se faire rouler dessus par les autres. Les autres qui vous percutent avec une telle force que votre existence même s'en disloque. Et vous disparaissez. Je refuse de disparaître dans l'ombre, je refuse de m'éteindre dans l'obscurité.

- C'est débile comme histoire hein? Je me suis excusé, auprès de Venise. Kurt aussi, à sa manière. Et ils sont ensembles, maintenant.

J'ai un petit air nostalgique, tente de me distraire en faisant craquer mes orteils. C'est impressionnant, la vitesse à laquelle je regrette ce que je dis. Je n'aurai pas dû raconter tout ça à Eiji. Je me sens stupide. Et j'ai honte d'avoir l'air aussi stupide. Capitaine et déjà ridicule. Le pire capitaine, pour sûr. Ils auront honte de graver mon nom sur la plaque dorée à la suite de celui de Kurt Hook.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Sam 11 Nov - 0:38

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Il n’a pas l’air bien, à fixer son écran comme si sa vie en dépendait. Il a l’air… soucieux. Tourmenté. Est-ce que c’est à cause de ce que je viens de lui dire ? Je me suis pourtant excusé. Je m’énerve vite. J’ai de la fierté. Mais elle est plutôt bien placée, assez en tout cas pour me permettre de m’excuser quand il le faut. C’est peut-être à cause d’autre chose qu’il fait cette tête. Quelque chose qui m’échappe. Pour le moment. Mes mains effleurent les siennes alors que je lui prends doucement la manette, Aiden fait le poisson avec sa bouche, perdant ce qu’il voulait probablement dire. Il lâche un petit soupire, un minuscule sourire se dessine sur mon visage alors qu’il croise les bras et lève les yeux au ciel. Je commence à avoir une vague idée.


« Tu m'apprendras pas à jouer. Je suis le meilleur. »


Je ricane alors qu’il prend un air pompeux qui lui colle bien trop à la peau. Il doit être le genre de gamin unique d’un papa qui n’a pas assez de doigt pour compter sa fortune. C’est pour ça qu’il ressemble plus à une précieuse princesse qu’à un joueur de baseball. Dire que j’ai eu envie de me taper le genre de personne que je déteste. Peut-être que si je tente de passer au-dessus de ça j’arriverais à me taper un bon coup. Peut-être. On verra. En tout cas s’il ne s’arrête pas de me regarder comme il le fait, je ne garantis pas de rester sage encore très longtemps. Il détourne enfin les yeux, j’ai un sourire qui illustre parfaitement mon ricanement intérieur.


« J'ai fais des trucs stupides. Mais même si j'ai joué au con, avec Venise, c'est Kurt qui a détruit tout ça. Attends avant de t'énerver! Y'a des... trucs que tu sais pas, ok? Et que je m'en vais t'expliquer avant que je ne passe que pour l'enfoiré de service. Y'a pas d'un côté le connard que je suis et de l'autre Kurt le chevalier servant qui arrive sur son cheval blanc hein. »


J’hausse un sourcil. Et bien s’il veut enfin faire la lumière sur son engueulade avec mon frère, je suis tout ouïe. Après tout, j’aimerais bien savoir comment Kurt a reçu cette réputation de connard alors que, de ce que j’ai vu pour le moment, il semble un type tout à fait normal, totalement épris de sa petite tête blonde aux allures de déesse grecque. Aiden m’explique tout, je commence à comprendre. Kurt était censé servir d’appât pour attirer Venise dans le grand plateau d’argent du Seigneur Aiden. Sauf que Serviteur Kurt est tombé amoureux de la princesse, chose qui n’était absolument pas prévu. En tout seigneur capricieux, Aiden s’est embrouillé avec Kurt, parce qu’il n’a pas eu son jouet. Mais le pire dans tout ça, ou peut-être le mieux, c’est qu’il semble en avoir prit conscience. Et que derrière cette haine qu’il a envers Kurt, se cache certainement des remords. Le petit prince est blessé, il est trop inexpérimenté pour soigner ses blessures seuls. Je lâche un soupire, secoue la tête. Comment est-ce qu’on peut être aussi handicapé des sentiments ? C’est pourtant simple de se laisser aller. C’est ce que je fais tout le temps. Et ça m’aide à contrôler la boule de rage et de haine qui sommeil en moi. Aiden devrait essayer. Pour s’expier de tous ces tourments qui semble le ronger à l’instant présent.


« C'est débile comme histoire hein? Je me suis excusé, auprès de Venise. Kurt aussi, à sa manière. Et ils sont ensembles, maintenant. »


N’importe qui aurait pu interpréter sa dernière phrase comme étant celle d’un prince capricieux. Moi je vois plutôt ça comme un cri du désespoir. Un cri qui veut dire « J’ai perdu mon meilleur ami, je me sens un seul maintenant ». Est-ce qu’il regrette ce qu’il a fait ? Je pense que oui. Est-ce qu’il regrette son amitié avec Kurt malgré les apparences ? Définitivement oui.


« Venise est vraiment belle, n’est-ce pas ? Elle dégage un truc puissant. Naturel et sauvage à la fois. Je l’ai vue danser l’autre jour. Elle avait l’air triste. Elle dansait avec un type pourtant c’était comme si elle était toute seule, perdue au milieu de la salle. T’es certainement au courant pour les rumeurs qui tournent sur elle dans le campus. Ces marques sur son corps, elle s’est fait violer ? Le jour où tu t’es engueulé avec Kurt, c’est ça ? »


Je lâche un long soupire, secoue la tête.


« Je pensais pas qu’un descendant d’Anar Yume pouvait tomber amoureux. Vraiment amoureux. Mais Kurt est du genre à faire un fuck à notre père, où qu’il soit. Venise a de la chance d’avoir quelqu’un aussi amoureux près d’elle. »


Je relève une jambe, pose mon bras sur mon genou. Mon autre main s’amuse à taper doucement sur la manette. Je tourne la tête vers Aiden.


« Dit, tu pensais vraiment qu'avec cette technique, Venise allait arriver devant toi sur un plateau d'argent en criant "OH OUI AIDEN EPOUSE MOI" ? Les gars, faut vraiment que vous revoyez vos techniques de drague, c'est dépassé depuis des années ça ! Par contre… » Lentement, je pose la manette au sol et vient glisser mon bras autour de ses épaules. « Ça, c'est beaucoup plus simple et efficace. »


Je lâche un petit ricanement, lui adresse un sourire charmeur. Aiden vire au rouge écrevisse, je lâche un rire sonore. C’est si mignon.


« Eh, princesse, t’as pas l’air d’être du genre à avoir confiance en toi. Pourtant tu devrais. T’arriverais à beaucoup de choses. Kurt te manque, n’est-ce pas ? Du moins ta relation avec lui. Dit pas non, je suis pas aveugle, ni sourd. Je sais qu’on se connait pas mais, le moins que je puisse faire c’est d’offrir mon aide et ma main à mon capitaine qui se sent un peu seul dans son joli petit cœur. C’est pas de la lèche ce que je fais. C’est sincère. Si t’as besoin de parler, mon lit est juste en dessous du tiens. Il est temps de reprendre ta vie en main, de bouger ce joli petit cul que tu trémousses et de t’affirmer. Sans devenir un grand empereur tyrannique et hautain hein ? Laisse ton petit côté bourgeois de côté quand t’enfile ton brassard. Ça ira beaucoup mieux. Pour la séance de psy, je prends 30 dollars de l’heure. 25 en prix d’ami. J’accepte les chèques, ne t’inquiètes pas. »


Est-ce qu’il m’a écouté au moins ? Ses yeux sont fixés sur… moi. Mon visage. Sûrement mes lèvres. À ce moment là je ne peux m’empêcher de sourire sincèrement. Je lui parle et tente de l’aider et l’autre me matte. Sympa la reconnaissance !


« Oye boucle d’or, tu m’écoutes ? » Je ricane.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 182
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Sam 11 Nov - 19:41


- Venise est vraiment belle, n’est-ce pas ? Elle dégage un truc puissant. Naturel et sauvage à la fois. Je l’ai vue danser l’autre jour. Elle avait l’air triste. Elle dansait avec un type pourtant c’était comme si elle était toute seule, perdue au milieu de la salle. T’es certainement au courant pour les rumeurs qui tournent sur elle dans le campus. Ces marques sur son corps, elle s’est fait violer ? Le jour où tu t’es engueulé avec Kurt, c’est ça ?

Oui. Venise est vraiment incroyable. Elle rayonne. Elle n'a rien de classique, elle attire la lumière. Je n'avais peut-être pas les bonnes raisons de la vouloir à mes côtés. Parce que j'ai été obnubilé par ce que je voyais d'elle. Je n'ai pas cherché à la connaître. Et je m'en veux. Parce que Kurt, lui, il n'est pas tombé amoureux que de son physique. Il a eu un coup de foudre, pour Venise. Dans son intégralité. Son regard n'est pas celui qu'il arbore habituellement, quand elle est là. Ils se sont bien trouvés. Quand il aborde les événements qui ont suivis la fête foraine, je braque mes yeux sur mes mains en hochant la tête. Oui. Je suis au courant d'absolument toutes les versions différentes de ce qu'on raconte sur Venise. Et celle du viol n'est pas la plus majoritaire. Pourtant, moi je suis certain que celle que nous a raconté Venise est la bonne. Thomas est un enfoiré. Je ne comprends pas qu'il n'ait pas été renvoyé. C'est injuste et insultant. Il s'en est tiré avec les mêmes punitions que Kurt. Et ils bénéficient de la même surveillance. Au moins dérapages, ils seront dehors. Pour toujours.  

- Je pensais pas qu’un descendant d’Anar Yume pouvait tomber amoureux. Vraiment amoureux. Mais Kurt est du genre à faire un fuck à notre père, où qu’il soit. Venise a de la chance d’avoir quelqu’un aussi amoureux près d’elle.

Je marmonne une approbation, trouvant mes mains passionnantes. Ouais. J'arrive toujours pas à réaliser qu'il soit autant attaché à Venise. C'est ce qu'on appelle un coup de foudre, pour sûr. Ça doit être chouette, de vivre quelque chose d'aussi fort. Moi, je tombe amoureux toutes les deux secondes. J'aime vite, j'aime fort. Trop fort. Et du jour au lendemain, l'amour me fuit entre les doigts. Enfin, si ça se trouve je me plante. C'est peut-être pas ça l'amour. J'en sais rien, ça me gonfle déjà.

- Dit, tu pensais vraiment qu'avec cette technique, Venise allait arriver devant toi sur un plateau d'argent en criant "OH OUI AIDEN EPOUSE MOI" ? Les gars, faut vraiment que vous revoyez vos techniques de drague, c'est dépassé depuis des années ça ! Par contre…

Je redresse les yeux vers lui, pour protester. C'était pas si stupide, comme technique! Comme dans les interrogatoires de police: un qui joue le méchant et un autre qui joue le gentil. Mais j'avoue que ça n'étais pas respectueux de notre part. Surtout pas de la mienne. J'aurai dû me montrer plus mature et plus courageux. Si j'étais allé parlé à Venise à la place de Kurt alors peut-être... Et puis au final non. Je n'aurai pas été assez bien pour elle. Et puis, Kurt serai venu mettre son grain de sel malgré tout. Parce qu'il l'aime vraiment, lui. Eiji passe son bras derrière mes épaules, je n'ai pas le temps de réagir.

- Ça, c'est beaucoup plus simple et efficace.

Je me sens rougir, j'ai soudain très chaud. Alors il ne blaguais pas. Ce que je pensais être de la moquerie n'était autre que de la drague. De la vraie drague. Je ne m'étais jamais fait draguer par un autre mec. Je suis hétéro. Pourtant, je n'arrive pas à bouger. Je suis figé, trop surpris pour parler. Je ne comprends pas pourquoi ça me fait ce drôle d'effet.

- Eh, princesse, t’as pas l’air d’être du genre à avoir confiance en toi. Pourtant tu devrais. T’arriverais à beaucoup de choses. Kurt te manque, n’est-ce pas ? Du moins ta relation avec lui. Dit pas non, je suis pas aveugle, ni sourd. Je sais qu’on se connait pas mais, le moins que je puisse faire c’est d’offrir mon aide et ma main à mon capitaine qui se sent un peu seul dans son joli petit cœur. C’est pas de la lèche ce que je fais. C’est sincère. Si t’as besoin de parler, mon lit est juste en dessous du tiens. Il est temps de reprendre ta vie en main, de bouger ce joli petit cul que tu trémousses et...

Mais j'ai perdu le fil. Il est gentil, de me proposer son amitié. Il a lu en moi comme dans un livre ouvert. Je n'ai envie que d'une chose, figer le temps et rester là. Eiji semble sincère. Il a l'air d'avoir bon cœur. Tant de gentillesse, ça ne m'étais pas arrivé depuis un moment. Avec Kurt, ça n'était pas pareil. Je savais que je pouvais lui parler, mais là ça semble différent. Eiji a mit des mots sur mes sentiments. Des mots justes, qui sonnent justes. Je n'arrive pas à détacher mes yeux de ses lèvres, mordille les miennes. Je suis bien, là. Je me sens compris. Comment fait-il? Je ne le connais que depuis quelques jours à peine. Et je me sens déjà bien avec lui. Soudain, je n'ai plus envie de parler. Plus envie d'écouter. Sans que j'en ai vraiment conscience, je viens mordre ma lèvre inférieure. Mon visage se rapproche du sien. Je suis emporté par une sorte de fièvre, une soudaine envie de contact. Une soudaine et puissante envie de lui.

Et la porte s'ouvre. J'ai un léger temps de réaction, me recule, le cœur emballé. Kurt. Les yeux rivés sur son téléphone, il passe la porte. Je me détache avec précipitation d'Eiji alors que Kurt redresse les yeux. Sans un regard pour l'un ou l'autre, je file en courant de la chambre. Qu'est ce qui m'a pris? Je me sens brûler de l’intérieur. Ma respiration s'accélère, je passe les portes du centre. L'air frais me prend aux tripes, je n'en tient pas compte, continue de courir à travers le grand parc qui entoure l'endroit. Mais la chaleur refuse de quitter mon corps. Le visage d'Eiji refuse de quitter ma vue. Alors, épuisé, la gorge serrée, je me laisse glisser le long d'un grand érable. Ma respiration se calme petit à petit, le froid s'empare lentement de mon être alors que je me retrouve à nouveau seul. J'ai été bien naïf de penser que la solitude m'avait enfin quittée. Sans que je puisse ne serais-ce que les étouffer, des sanglots secouent ma cage thoracique. Mes deux genoux repliés contre mon torse, je laisse mes pleurs recouvrir le silence.


J'ai raccroché, avec Venise. J'étais calé dans les escaliers. Lui parler m'a fait un bien fou. Je lui ai raconté ma discussion avec Eiji, les nouvelles du centre... Enfin bref. Elle me manque déjà. Mon téléphone à la main, je parcoure les couloirs, traînant un peu dans le centre. Y'a Aiden, dans la chambre. Je ne suis pas pressé d'y retourner. Surtout pas si c'est pour m'embrouiller avec lui. Billy doit être avec d'autres potes à lui, dans une autre chambre. Je passe dans celle de James, trouve Billy avec lui, justement. Calé dans l'embrasure de la porte je lâche un grand bâillement.

- Alors, comment tu trouves le nouveau?
- Il a du talent. Une aisance naturelle.
- Il est dans notre chambre?
- Ouais, il s'est installé tout à l'heure. Et puis Venise a appelé alors du coup...

Billy a un rire, je lui demande ce qui l'amuse, il me répond "rien" en riant. Je lève les yeux au ciel. Ils sont jaloux.

- T'es drôle, Kurt, voilà tout.
- Tant mieux. On se ferai chier, sinon.
- T'es dingue d'elle, hein?
- Ça se voit qu'il est complètement fou d'elle, ajoute James en ricanant.

Je me sens rougir, les envoie se faire foutre en me détournant. Je les entends se marrer, me rappeler comme si j'étais réellement vexé. Le sourire aux lèvres, je prends le chemin de ma chambre. Je sors mon téléphone, pour faire comme si j'étais encore occupé. Pas très envie de croiser le regard de ce petit con d'Aiden. Je passe la porte, relève lentement les yeux vers... Eiji. Et Aiden. Aiden a l'air surpris, comme si on venait de l'attraper entrain de faire une énorme connerie. Il se lève précipitamment, quitte la chambre en courant. Je suis certain qu'il était rouge comme une tomate. Je glisse mon téléphone dans la poche de mon sweat, regarde un instant en arrière en sifflant. La porte se ferme, je braque mes yeux sur Eiji, a la fois surpris et amusé.

- Bah alors, me dis pas que t'as déjà vexé Aiden Lord de la Vicomté? Qu'est ce qu'il s'est passé, pour qu'il file comme ça?

Je vais m'installer à côté de lui, attrape la manette de la xbox et quitte la partie en cours pour lancer une des miennes.

- Tu ferai mieux de pas te le mettre à dos tout de suite. Il va y avoir une drôle d'ambiance, dans cette chambre, sinon. Alors, ça va, t'es content d'être ici?

Grand sourire. J'ai retrouvé ma bonne humeur.

_____________________


And this is dangerous
'cause I want you so much
But I hate your guts
I hate you


Kurt s'efforce de vous répondre en #EEEEEE, Juliette Green gazouille en #ff9999, Jilian Banksy vous ensorcelle en gras & Jesse vous insulte en #999999.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 17
Localisation : Dans ton lit
avatar

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   Sam 11 Nov - 22:59

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Ce qui est risible dans tout ça, c’est qu’au fond, je me sens un peu comme lui. Je ne le connais pas, mais j’ai l’impression d’avoir mis le doigt sur la vérité. Ainsi le petit prince se sent seul, dans sa tour d’ivoire. Peut-être qu’au final, lui et moi, on n’est pas si différent. Sauf que lui, il a la chance d’être un prince. Il n’a qu’à claquer des doigts pour avoir ce qu’il veut. Moi je dois me démerder. Sortir mes tripes. C’est un prince, un fils à papa. Les gens n’aiment pas les fils à papa. Moi je suis… Rien. J’ai pas de père. Il a même voulu voir ce qu’il a fait. Il abandonner la femme qui l’aimait, enceinte de jumeaux. Elle a dû élever deux enfants seules. Et elle est entrain de mourir à cause de ça. Je suis seul depuis que je suis né. Je n’ai que ma sœur. C’est peut-être pour ça qu’on s’attire autant. Parce que je vois bien que je lui plais. Y a qu’à voir comment il se mord la lèvre en me fixant. A-t-il seulement conscience de ce qu’il est entrain de faire ? Il n’a pas l’air d’être le genre de type à s’assumer. Alors quand il commence à avancer doucement sa tête vers la mienne, alors que ses lèvres se rapprochent dangereusement des miennes, je ne bouge absolument pas. Embrasse-moi si tu veux. Embrasse-moi si tu peux.

Sauf que la porte s’ouvre. Et qu’Aiden s’écarte en sursautant. Il se relève, se précipite vers la sortie, s’enfuie avant que je n’ai le temps de dire ou de faire quoi que ce soit. J’ai juste eu le temps de voir que ses joues étaient aussi rouges que du sang. Je lâche un profond soupire, relève les yeux vers celui qui vient de gâcher ce moment.  Kurt lâche un sifflement, ferme la porte. C’est peut-être parce qu’il croit qu’Aiden vient de s’échapper à cause de lui. S’il savait. Il me regarde, m’interrogeant du regard avec un air amusé.


« Bah alors, me dis pas que t'as déjà vexé Aiden Lord de la Vicomté? Qu'est ce qu'il s'est passé, pour qu'il file comme ça ? »


Désolé frérot, je peux rien te dire. Par respect pour Aiden. Je suis pas un connard. Je suis pas du genre à étaler mes exploits, étaler les trucs formidables qui m’arrivent. Et je ne suis vraiment pas certain qu’Aiden soit d’accord pour que je dise à tout le monde ce moment qu’on a passé, ce qui a faillit se produire entre nous. Je sais pas si je l’ai vexé. Je n’ai pas fait grand-chose, à part passer mon bras autour de ses épaules. J’ai probablement tout gâché. J’espère qu’il n’a pas juste oublié ce que je lui ais dit.


« Tu ferai mieux de pas te le mettre à dos tout de suite. Il va y avoir une drôle d'ambiance, dans cette chambre, sinon. Alors, ça va, t'es content d'être ici ? »


Je lâche un petit ricanement crispé. C’est sûrement trop tard. Je devrais peut-être le rejoindre. Voir comment il va. M’excuser pour… Pour je sais pas quoi. Mais je me rappelle que malgré les apparences, on a quand même pas mal de point commun. Et quand je décide d’être seul, je tiens à le rester. Alors c’est peut-être pas une bonne idée d’aller le voir. Je secoue la tête, reporte mon attention sur Kurt qui joue à la console. Les jours au centre risque d’être très… Nul.  

_____________________
✹ 私を燃やし ☾




Aranrùth susurre en #660000 ▸ Ôl grogne en #000099 ▸ Eijiro ricane en #6F0606▸ Venise charme en #B666D2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hello my boy >> Ft. Kurt & Aiden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Personnages : Frere Kurt
» Palmares de Kurt Angle
» Kurt Wagner / Diablo {Terminée}
» Brock Lesnar vs Kurt Angle vs Crimson vs Chris Wells vs Zack Ryder vs Wade Barrett
» Kurt Hummel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passage secret de la Tess :: Le Centre-
Sauter vers: