Passage secret de la Tess
CONNECTE TOI MA PATATE OU ALORS ENREGISTRE TOIIIIIII



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Ven 8 Déc - 23:17


On est resté en froid. J'ai eu beau m'excuser, ne plus rien dire de désagréable, Venise tire toujours la gueule. Je ne sais pas à quelle réaction elle attendait de ma part en me parlant d'Aiden mais elle s'est fourvoyée. Et maintenant elle boude. C'est pas pour autant que je me suis éloigné d'elle. Je ne sais juste pas comment réagir et ça m'énerve. Est ce que je dois encore m'excuser? Elle sait que je déteste le faire. Et ça me met en rogne qu'elle ne me parle pas. Mais je respire. Je suis calme. Très calme.

On est rentré tous les deux, avec mon pick-up. Ce soir, je reste chez elle. Y'a cette histoire de soirée ou je sais pas quoi. Ça me gonfle déjà. Surtout si Aiden se ramène. Et puis ma journée a été merdique, bref. Je ne suis pas de bonne humeur. Mais je respire. Et je reste très calme. J'ai besoin d'une bonne douche et d'un lit. Et d'un câlin. Enfin, pour la câlin c'est pas gagné. C'est déjà un miracle qu'elle ne m'ai pas mis dehors... Arrivés chez elle, Venise se met à faire ses trucs dans son coin. Je soupire, continue de me contenir. Tiens, je vais faire de la philo en attendant. J'ai une dissertation à rendre pour dans une semaine. C'est bien la seule chose qui m'attire, ce soir. Je jette mon sac à côté de la table basse, sors mes affaires et me met à travailler, écouteurs vissés dans les oreilles. False Alarm résonne un moment, j'arrive à monter une partie de mon plan, mais mon attention est vite détournée par Venise, qui boude sur son lit. Je soupire, me reconcentre. Enfin du moins j'essaye. Mais impossible de ne penser qu'à la dissertation. Pas alors qu'elle me fait la gueule. Je déteste quand on ne se parle pas. Et je déteste laisser mariner les choses. Avec elle, je veux construire quelque chose de solide. Et pour ça, on doit parler. J'enlève un écouteur, pose mes yeux sur elle quelques secondes avant de prendre la parole.

- Tu as finis de bouder? On pourrait peut-être parler, tu sais, comme deux personnes responsables.

Je fais cliquer mon stylo, joue avec en faisant la majorette.

- Désolé d'être si rancunier hein. Mais Aiden me gonfle. Et si tu voyais comme il se pavane depuis qu'il est capitaine! C'est comique. Il soûle tout le monde.

Et on parle juste d'un mec qui l'a laissée seule avec Thomas alors qu'il était sensé la ramener. Mais sinon, tout va bien! Je balance mon stylo sur ma copie, enlève mon deuxième écouteur et croise les bras, le regard fixé sur ma boudeuse de service. Ma boudeuse que j'aime plus que tout, mais ma boudeuse quand même.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Sam 9 Déc - 11:30

Personnage utilisé : Venise Morlevent







Il m’énerve. Sincèrement, il m’énerve au plus au point. Comme je l’avais deviné, notre relation sera faîtes que d’embrouille et d’engueulade. Supeeer. Grosse ambiance. J’ai pas le temps pour ça moi. Mais je n’ai pas non plus, et surtout pas l’envie, de ne plus aller au conflit. C’est simple et efficace le conflit. T’es pas contente, tu boudes. Il fait un truc qui te plait pas tu boudes. Parce que c’est chiant de parler et de s’expliquer. Les grands discours je les gardes pour ceux qui le méritent. En l’occurrence, là, tout de suite, Kurt peut aller se faire voir. Plongé dans son cercle vicieux et rancunier, il n’est même pas capable de voir à quel point Aiden était dans un état lamentable. Il n’est même pas capable de voir que son meilleur ami ne fait pas exprès d’être comme ça. Je connais Aiden beaucoup de moins que Kurt et j’ai été capable de déceler son mal être. Cette mauvaise foi de Kurt m’énerve au plus au point. Parce que je sais ce que ressent Aiden, de se retrouver dans ce brouillard de solitude où plus personne ne veut l’aider à cause de ses erreurs. Si Kurt ne veut plus parler à Aiden alors je n’ai plus d’autre choix que de ne plus parler à Kurt. Parce que cette engueulade me rappelle sans cesse ce moment passé dans la voiture de Thomas.

Kurt m’a déposé chez moi juste après être venu me chercher tel un papa pas content après ma discussion avec Aiden. Je suis rentrée sans lui, il m’a suivit. Qu’il fasse ce qu’il veut, jm’en tape. J’ai une soirée à préparer moi. À peine rentrée dans ma chambre que je me jette sur mon lit, au côté de Monseigneur qui dort paisiblement, enroulé dans mes draps. J’enlève mon jean en deux, trois acrobaties, enlève mon soutien gorge, enfile mes longues chaussettes et m’attache les cheveux. On est mieux là. J’attrape mon vernis et en avant pour un moment à faire semblant de prendre soin de moi. Heureusement que mon téléphone me sauve, parce que j’allais pas me retenir très longtemps comme ça, face à Kurt qui fait semblant de travailler. Alors je sors de la chambre, décroche mon téléphone et tombe sur Aiden. Enfin un truc intéressant.

Après avoir raccroché, je retourne dans la chambre pour me réinstaller dans mon lit. J’ai l’autre main à faire. J’essaye tant bien que mal de faire disparaître ce petit sourire qui trôner sur mes lèvres, mais je n’y arrive pas vraiment. Je suis heureuse pour Aiden. Vraiment. Un long moment passe, j'ai même le temps de prendre un bouquin et de m'allonger confortablement, Monseigneur venant doucement s'allonger sur moi.


« Tu as finis de bouder? On pourrait peut-être parler, tu sais, comme deux personnes responsables. »


Blablabla. Cause toujours tu m’intéresses. Je ne lève même pas la tête. Il veut parler ? Ouais merci, c’est pour ça qu’il est venu me chercher, limite par la peau du cul.


« Désolé d'être si rancunier hein. Mais Aiden me gonfle. Et si tu voyais comme il se pavane depuis qu'il est capitaine! C'est comique. Il soûle tout le monde. »


J’hausse les épaules, baille à m’en décrocher la mâchoire. Tout le monde ? Plus maintenant. Ton frère a changé de camp mon chou. Il ne va soûler que toi, à présent. Parce qu’Eiji sera là pour lui remettre les pendules à l’heure quand il fera trop le kéké.


« Ça, c’est ton point de vue joli cœur. »


Est-ce que je cherche la merde ? Clairement oui. La voix de Bart s’élève, nous indiquant qu’Eiji et Aiden doivent être arrivés. Je saute dans un jean, enfile un soutien gorge et un gros pull et libère mes cheveux qui retombe en cascade sur mes épaules. Sans même attendre Kurt, je descends les escaliers quatre à quatre et rejoint les bras de Bart.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Sam 9 Déc - 16:37




C'est ce soir. La soirée de Venise. On a passé un moment au téléphone, pendant lequel je lui ai entre autre raconté comment s'était passé mon explication avec Eiji. Et surtout comment elle s'est terminée. Je ne sais toujours pas ce qui m'a prit. Ça faisait juste du bien d'être compris, je suppose. Venise m'a filé les horaires de sa soirée, je suis sortis de la chambre par la fenêtre une fois prêt. Kurt n'est pas rentré. Ça veut dire qu'il doit déjà être chez Venise. A moins qu'il fasse tellement la gueule qu'il soit rentré chez sa mère? Ça n'est pas impossible, mais c'est rare qu'il fasse autant la tête, tout de même. Bref, je verrai sur place. Je rejoins rapidement ma voiture, fais un détour pour aller acheter une grande bouteille de tequila avant de me raviser. Vee habite au bar. Elle doit avoir ce qu'il faut, en matière d'alcool. Finalement, je me contente d'acheter quelques paquets de chips.

Mes paquets de chips dans les bras, je pousse la porte du bar. Je salue le patron, qui appelle Venise. Grand sourire pour cette dernière qui dévale les escaliers, mais pas de Kurt à l'horizon. Je m'avance pour déposer mes achats sur un bout du comptoir avec mes clefs de voiture, puis m'avance vers les Morlevent.

- Je suis le premier? Je suis passé acheter quelques trucs. J'espère que t'aime les chips.

J'ai un autre petit sourire, tourne la tête lorsque j'entends du bruit dans les escaliers. Kurt. J'essaye de garder bonne figure, alors qu'il m'observe d'un air totalement neutre. Je sais qu'il boue à l'intérieur. Je lui adresse un simple signe de tête, qu'il me rend à peine. Wouhou, je sens que ça va être fastidieux, ce début de soirée. La dernière soirée que j'ai fait avec Kurt, c'était au début de l'année. C'était à cette soirée qu'il s'est mit avec Jilian. J'ai l'impression que cette époque est vraiment loin, à présent. Comme si on avait tous prit deux ou trois ans. C'est trop bizarre, comme sensation.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 10 Déc - 13:30

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Voir Aiden aussi rouge qu’un camion de pompier m’a remonté le moral. Et puis surtout le fait que ce petit con est osé me serré dans ses bras. Et partir comme quand il avait failli m’embrasser. Et revenir juste pour me dire que je ne devais pas partir parce qu’il avait besoin de moi. Et entendre ça, ça fait du bien. Vraiment. Aiden a beau avoir été un petit con, il n’en reste pas moins adorable, en réalité. Je suis content d’avoir pu mettre un terme à ce quiproquo nul qui a fait chier tout le monde. Au prochain entraînement, je vais devoir m’excuser auprès de tout le monde. Et leur dire que je ne pars pas. S’ils veulent encore de moi après ça, alors je me ferais une joie de tout donner pour cette équipe qui va commencer doucement à se relever avec un Aiden moins princier. Mais encore faut-il qu’Aiden et Kurt baisse les armes tous les deux. Enfin surtout Kurt. Parce que je viens de tirer Aiden hors de la bataille.

Venise doit être un ange gardien. Ce n’est pas possible autrement. Après tout, elle a le physique pour, en toute représentation de déesse grecque qu’elle est. Aiden m’a dit que c’était grâce à elle qu’il était venu me voir. Et c’est grâce à elle que je ne suis pas resté aussi borné que… Kurt. Et en plus de ça, elle nous invite à une soirée. Je vais finir par croire qu’elle prépare quelque chose. C’est pas humain d’être si gentille alors qu’on se connait à peine. Dans tous les cas, je ne pouvais pas refuser. Ça me permettra de passer un moment avec Aiden, sans que personne ne vienne nous faire chier.

J’ai dormi chez ma sœur cette nuit. Crimson me manquait. Quand je suis au centre, il reste avec Heather, parce que, je ne comprends absolument pas pourquoi, les animaux sont interdits là-bas. C’est débile. Crimson est le plus gentil chien de l’univers. Mais bon, je dois sûrement m’estimer heureux d’avoir une sœur qui adore les animaux. En même temps, Crimson fait parti de notre vie depuis qu’on est petits.
Je suis toujours en retard, ça c’est pas nouveau. Alors bien sûr, je pars de chez Heathy à l’heure où j’étais censé arriver chez Venise. Heureusement, le voyage n’est pas long. Je ne me suis pas vraiment posé la question du pourquoi Venise nous a donné rendez-vous dans un bar. Tout simplement parce qu’elle y habite, t’es con ou quoi Eiji ? Je passe la porte, une main dans les poches, l’autre tenant mon casque. Aiden est déjà là, en face à face avec Kurt. Super. Grosse ambiance ici, dit donc. Venise m’aperçoit, m’adresse un grand sourire. Qui est le bel étalon à ses côtés ? À en juger la ressemblance avec la demoiselle aux cheveux blonds, c’est certainement son frère. Est-ce une famille de dieu grecque ? Je commence sérieusement à me poser la question.


« Excusez mon retard j’ai… Pas d’excuse. » Ricane-je


Je m’avance, frotte énergiquement les cheveux d’Aiden au passage, lui adressant un petit clin d’œil et pose mon casque sur le comptoir. Du coin de l’œil, je vois Venise se positionner entre Aiden et Kurt, cherchant sans doute à apaiser les tensions. Est-ce que cette soirée à pour but de tous nous rabibocher ? Enfin tous, surtout les deux crétins à la fierté plus grande que la tour Eiffel. Je lève les yeux au ciel discrètement et tend la main vers le beau blond qui me fait face.


« Enchanté, moi c’est Eijiro, un ami de ta sœur et frère de ce qui lui sert de copain. Tu peux m’appeler Eiji, si les formalités te dérangent… »


Est-ce que je compte draguer le frère de Venise ? Totalement. Et est-ce qu’il semble rentrer dans mon jeu ? Totalement. Et qui arrive à obtenir son numéro de téléphone ? C’est bibi ! Dommage qu’il soit beaucoup trop vieux. Et que lui et moi semblons être des dragueurs compulsifs, qui draguent juste pour le « fun » comme on dit. De toute façon, celui qui m’intéresse en ce moment, c’est ce petit blond bouclés qui ne semblent pas vraiment être à l’aise là, tout de suite.

« Bon les gosses, vous êtes sages ok ? Vous jouez pas avec les allumettes. Venise comme d’habitude, je te laisse les clés de la maison mais je te jure que si je trouve mon stock à moitié vide je t’envoie vivre chez Elyan, c’est clair ? Et toi le bad boy brun, si jamais tu t’ennuis, appelle moi. »


Grand sourire charmeur, il frotte les cheveux de sa sœur avant de quitter les lieux. T’inquiète pas, Bart, je ne risque pas de m’ennuyer. Surtout avec le lion qui cherche la merde avec la brebis depuis tout à l’heure. À mon tour de venir me mettre entre eux, passant mon bras autour des épaules d’Aiden.


« Bon, les deux là, vous avez finis de tirer la tronche ? On est là pour s’amuser, non ? Vee, chérie, tu m’en veux pas si je suis venu les mains vides ? Et si on mettait un peu de musique ? Parce que l’ambiance de mort là, très peu pour moi. »


Ça se trouve, j’ai mis les pieds dans le plat. J’en sais rien. Et je m’en tape.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Lun 11 Déc - 21:03




Le grand sourire que lance Venise sans qu'il me soit destiné m'indique qu'Eiji doit être arrivé. Je tourne la tête, rencontre les yeux de celui qui a participé à mon sauvetage moral. Je sens mes joues chauffer délicatement. Sérieusement, il faut que je me calme.

- Excusez mon retard j’ai… Pas d’excuse.

Eiji s'avance, me frotte la tête. Je me sens à nouveau rougir, aperçoit Kurt qui fronce les sourcils, certainement intrigué par le geste de son frère. Le plus jeune des deux file vers le comptoir pour y poser ses affaires, je reste là, planté devant Kurt qui continue de me fixer de son étrange regard vert. Je soutiens son regard quelques secondes, Venise vient se placer entre nous, rompant le contact. Du coin de l’œil, j'aperçoit le frère de Venise et Eiji, en grande conversation. Visiblement, ils ont l'air de se plaire, réciproquement. Renfrogné, je me met à faire mine de chercher mes clefs de voiture, laissées sur le comptoir. Je m'éloigne un instant, respire un coup, passe proche des deux autres pour entendre un échange de numéros. Super. Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais, en fait. Eiji est un tombeur. Le genre qui s'amuse de ses charmes. Ça me met en rogne. Putain, j'ai vraiment l'impression d'être une de ces filles qui n'aiment pas voir d'autres filles tourner autours de leur crush. Et ça m'énerve encore plus. Je rejoins Venise et Kurt en enlevant ma veste, la jette sur un des sièges du bar.

- Bon les gosses, vous êtes sages ok ? Vous jouez pas avec les allumettes. Venise comme d’habitude, je te laisse les clés de la maison mais je te jure que si je trouve mon stock à moitié vide je t’envoie vivre chez Elyan, c’est clair ? Et toi le bad boy brun, si jamais tu t’ennuis, appelle moi.

Je tourne la tête vers le grand blond, hausse un sourcil. Bart se tire, j'ai un petit ricanement silencieux. Soudain, le bras d'Eiji vient se passer autours de mes épaules. Je me sens rougir comme une tomate, incapable de trouver de l'oxygène dans la pièce.

- Bon, les deux là, vous avez finis de tirer la tronche ? On est là pour s’amuser, non ? Vee, chérie, tu m’en veux pas si je suis venu les mains vides ? Et si on mettait un peu de musique ? Parce que l’ambiance de mort là, très peu pour moi.

J'ai un petit sourire. Moi, j'ai finis de faire la gueule depuis qu'Eiji est arrivé. Pour Kurt, ça n'a pas encore l'air d'être ça. Au moins a-t-il l'air d'avoir décidé de faire une trêve. Le grand bouclé s'étire, nous contourne pour s'avancer dans la pièce. On dirait vraiment qu'il est chez lui. Sur son territoire. C'est exactement ce qu'il veut que je vois. Un lion. Le roi de la savane. Je soupire, tourne la tête vers Eiji d'un air dubitatif. Le contact me donne chaud, je me détache de lui avant de me mettre à raconter des conneries. Venise nous propose un verre, je choisis de la tequila. Un shot qui me remet d'aplomb. Installé au bar, je tends le bras pour attraper un paquet de chips. Je ne bois pas beaucoup. Souvent parce que je n'en ai pas le temps.. Il est vrai que je ne tiens pas beaucoup l'alcool, mais j'ai tendance à espérer que ça s'améliorera avec le temps. Kurt s'installe à son tour, s'enfile un shot en échangeant quelques mots avec son frère. Et moi je reste là, à manger mes chips. Je les envie un peu. On dirait que Kurt accepte petit à petit son statut de grand-frère. C'est une avancée non négligeable. Qui l'eut crû hein ? Kurt peut aussi être doué d'une certaine... réflexion ? Non en fait je n'en ai jamais douté. Il fait juste preuve d'une incroyable mauvaise foi. Ou d'une mauvaise volonté. Voilà, c'est ça : une mauvaise volonté. Il est trop fier. Quand quelque chose le contrarie, il tente toujours de se convaincre qu'il n'est jamais en tord. Il campe sur ses positions, quoi. Je me demande si Eiji possède ce gène de la mauvaise foi.

Mes yeux se posent sur lui, alors que je m'accoude au comptoir pour mieux l'observer. En fait, je ne fais même pas semblant de regarder ailleurs. Et j'ai chaud. Alcool ou attirance ? Peut-être les deux. Mais alcool ? Déjà ? Je suis si faible que ça ? J'ai un soupir, continue d'observer Eiji. Il n'est pas comme son frère. Il n'a pas l'air d'être du genre rancunier. Heureusement pas, sinon je ne serai pas là à détailler des yeux chacun de ses faits et gestes. Plutôt à me morfondre tout au fond de mon lit. Ou alors peut-être serais-je parti. Moi, ma voiture et le contenu de mon compte en banque dans des valises, au fond de mon coffre. C'est la solution des lâches, la fuite. C'est la solution des gens comme moi. Il faut que j'arrête de penser négativement. Je suis là, chez une amie, entouré d'amis. Enfin presque. Je suis tellement plongé dans mes pensées que je n'entends pas ce que me dis Kurt. Enfin, s'il s'adresse à moi.

- ...victimes hein ?

Je redresse la tête, me confronte aux deux lueurs vertes qui me jaugent.

- Quoi ?

Kurt hausse un sourcil, lâche un petit ricanement.

- Je disais: ça te convient de jouer les victimes ?
- Pourquoi est-ce que tu-
- Te faire cajoler par tout le monde, recevoir de l'attention...

Il s'amuse. On dirait un vautour. Je déteste quand il est comme ça. Et le pire, c'est que je le connais assez bien pour savoir qu'il n'est comme ça que lorsqu'il est vraiment coincé. Quand il ne sait plus où aller. C'est sa dernière carte: la méchanceté. Quand on ne le connaît pas, ça marche. Quand, comme moi, on a passé de nombreuses années à ses côtés comme une sorte de frère d'âme, ça ne marche pas. Ça ne marche plus. Quand je suis arrivé au centre, ça marchait. Et là il tente de refaire ce qu'il faisait au début: m'intimider. C'est mal me connaître, s'il pense que je vais me laisser marcher dessus: je n'ai pas peur de lui. Il ne me cognera pas, pas devant Venise. Enfin je n'espère pas.

- Tu radote, Kurt. Tu ferai bien de grandir un peu. J'ai l'impression d'être revenu en première année de collège.
- C'est toi qui me dis ça ? Arrête toi là Aiden. Quand on se comporte comme un petit prince odieux avec son équipe, on ferme sa gueule.
- J'essaye de m'améliorer, je fais en lançant un petit regard à Eiji. Rappelles toi comment t'étais, au début...

Ma réplique à l'air de lui mettre le doute, il hausse les épaules. Ouais, il n'a pas l'air de bien se rappeler de sa manière de se comporter lorsqu'on venait de le nommer capitaine. Bon certes il avait largement mérité sa place, la preuve il a toujours été renommé années sur années. Et il n'était peut-être pas aussi terrible que moi.

- ...même jusqu'à récemment, en fait.
- Qu'est ce que tu veux dire par là ?

Je ne sais pas pourquoi j'ai rajouté cette fin à ma phrase. Une marque de fierté mal placée, certainement.

- Moi aussi, j'essaye de changer. Mais je ne sais pas pourquoi, je trouve que certaines personnes ne méritent pas de voir ce que je tend à devenir.
- Si tu ne changes qu'avec certaines personnes, ça s'appelle de l'hypocrisie.
- Appelle ça comme tu veux. Mais je trouve que ce terme conviendrai mieux aux balances de ton espèce.
- Mais de quoi tu parles, Kurt ?
- De toi, pauvre abruti ! Pendant la convocation, qui a été "incroyablement neutre" hein ? Tu portes une couronne en toc, Aiden. Un titre que tu n'as pas mérité. Un poste de capitaine que tu as cherché à obtenir depuis le début en te collant à mes baskets.

Sa réplique à le mérite d'être très efficace. Je serre les dents, cherche une réponse qui ne vient pas. C'est comme ça qu'il voyait notre amitié ? Est-ce qu'il se méfiait de moi depuis le début? Non je n'y crois pas. Pas après tout ce qu'on a vécu ensemble.

- J'ai dit ce que je pensais être juste pour tout le monde: la vérité.
- Ta vérité. T'es prié de ne pas déformer les choses quand pour une fois, on te demande ton avis.
- Ah ouais ? Et qu'est ce que tu voulais que je dise ? "Oh, bien sûr, Kurt a été un ange avec moi ! Pendant que je l'empêchait de commettre un meurtre qui l'aurait envoyé en taule, lui il s'est occupé de me mettre sur la gueule !"
- Je n'ai pas fait exprès de t'en mettre une.
- C'est ça ton excuse ? Pathétique.
- Tu veux que je te dise, ce qui est pathétique ? Toi. Toi et ta connerie. T'en veux toujours plus. Tu convoite toujours ce que les gens peuvent avoir sans que tu puisses l'acheter.
- Comme ton poste de capitaine ? Y'a pas ton nom dessus. Tout le monde peut l'être. Tu n'es pas irremplaçable.
- Qu'est ce que ça t'apporte à toi, à part les pompomgirls hein ? Oh, c'est sûr, maintenant monsieur est invité à toutes les soirées de l'université !
- C'est pas ça Kurt. Si t'as pas été capable de-

Son poing s'abat violemment sur le comptoir, j'ai un léger sursaut.

- Tu sais très bien dans quelles circonstances j'ai perdu ce poste. Ne me parle pas de mes capacités à diriger une équipe.
- Je dis juste que tu-
- Non, tais toi. Ne me dis pas ce que je dois faire, jamais. J'avais besoin de cet argent, Aiden. Roxane avait besoin de cet argent. Ça n'est pas seulement une histoire de poste. Mais ça, les bourges dans ton genre qui roulent en Jaguar ne peuvent pas le comprendre.

Il marque un point. Je triture mes mains, ne veut pas m'avouer vaincu. L'alcool me donne du courage, j'enfile un autre shot. Un courage de merde, mais du courage quand même.

- T'avais qu'à y faire plus attention, à ton fric. Et puis à ton poste aussi.
- Ooooh, mais oui bien sûr! Tu crois que j'allais juste... ne rien faire?
- Non mais t'aurai pu-

Nouveau coup de poing. Je sais que c'est sur moi qu'il préférerai les mettre, pourtant je refuse de me taire.

- Ta gueule! C'est pas parce que toi t'es une tapette que tout le monde l'est, Aiden! Il y en a qui agissent et d'autres qui crèvent la gueule ouverte. Moi j'agis.
- Toi t'agis? Oh bah ça c'est la meilleure!
- J'agis déjà plus que toi. Je dois te rappeler qui a laissé Venise toute seule, à la fête foraine?

Nous y voilà. Je risque un regard dans la direction de la principale intéressée, me redresse pour attraper l'autre paquet de chips, à l'autre bout du comptoir. Je me suis déjà expliqué auprès de Venise. Je crois me souvenir qu'elle m'a excusé, mais l'alcool agit déjà sur mon organisme. Lorsque je repasse devant Kurt, ce dernier se redresse pour se planter devant moi. Est-ce qu'il a toujours été si immense?

- Est-ce que je dois te le rappeler, Aiden?
- N-non je... Je me suis déjà excusé et-
- Ça n'excuse pas ton comportement pitoyable. T'as fais la technique de la tortue. Et au lieu de te mettre de notre côté, t'as pensé qu'à ta gueule. Et au lieu de me laisser m'expliquer, à cette putain de fête foraine, t'as juste fait ton connard. Non, attends: t'as pas fait ton connard. En réalité, t'en es un. Un sale petit enfoiré de lâche.

Je le dévisage un instant, serre les dents, toujours campé devant lui.

- T'as plus rien à dire, Lord?
- J'ai besoin d'être pardonné.
- Pardon?
- J'ai besoin que t'arrêtes de te comporter comme un enfoiré! C'est bon, j'ai compris, tout ce que tu me reproche, j'y ai déjà réfléchis. J'en ai déjà discuté avec Venise, avec ton frère... Y'a que toi, qui est branché en boucle! Mais putain Kurt, avance bordel de merde!

Kurt me dévisage un instant, comme si mes paroles parvenaient enfin à son cœur, si tant est qu'il en possède un. Et puis, tous mes espoirs s'envolent lorsque je vois naître un minuscule sourire au coin de ses lèvres. Pas le sourire gentil, non. Le sourire de ceux qui semblent avoir entendu la plus grosse blague de toute de leur existence. Il se met à rire franchement, se relaisse tomber sur son siège en continuant de se marrer. Je regarde mes pieds un instant, hausse les épaules, honteux.

- T'es trop marrant Aiden, vraiment trop drôle! "Oooh Kurt j'ai besoin d'être pardonné!" Tu peux me la refaire?

Et là tout de suite, j'ai envie de disparaître.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Lun 11 Déc - 23:39

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Kurt n’a pas l’air de saisir la pointe d’humour de ma phrase. En même temps, quand on ne me connait pas, ça peut être compliqué d’apprécier mon humour. Toujours est-il que je remarque bien les rougeurs sur les joues d’Aiden, et son petit sourire que j’ai envie de manger. Kurt s’avance à travers le bar, son attitude  me fait me demander depuis combien de temps est-il avec Venise. Assez pour se croire chez lui. Ou alors il est du genre à prendre ses aises très rapidement. Je penche plutôt pour ça. Surtout quand on veut faire son malin. Je te vois rouler des pectoraux, grand frère. Et je vois bien Venise lever les yeux aux ciels et soupirer d’exaspération devant ton attitude. Toi, si tu continus, tu vas pas tarder à perdre ce à quoi tu tiens. Je rends le regard dubitatif d’Aiden en haussant les épaules. J’ai pas envie de me mêler de quoi que ce soit. Je suis là pour me détendre. Rompant le contact, on se dirige tous les deux vers le bar où Venise nous sert des shots de Tequila, que je refuse d’un petit sourire. Je ne bois pas. Ou très très peu. L’alcool est mauvais pour la santé et pour moi la santé, c’est très important. J’aurais aimé pouvoir rejoindre Aiden et m’assoir avec lui, mais Kurt ne semble pas être quelqu’un de très partageur. Il commence la conversation, conversation qui n’est qu’une façade puisque je vois bien que tous ses sens sont tournés vers Aiden. Et que tous les sens d’Aiden sont tournés vers moi. Un petit sourire fier se dessine sur mon visage, j’aime être le centre d’attention de la personne que je cherche à draguer, et plus si affinités. Je finis par tourner mon attention vers Venise. La blonde est penchée au dessus du bar, fait semblant de trier les bouteilles. Sauf que je suis tout, sauf aveugle. Je vois bien qu’elle n’a pas l’air dans son assiette. Et je sais exactement pourquoi. Je m’apprête à lui adresser la parole, me penchant vers elle pour qu’elle n’entends que moi lorsque la voix d’Aiden retentit, captant immédiatement mon attention.


« Quoi ?
- Je disais: ça te convient de jouer les victimes ?
- Pourquoi est-ce que tu-
- Te faire cajoler par tout le monde, recevoir de l'attention... »


Les mains de Venise se figent, elle ouvre grand les yeux, sans pour autant relever la tête. Ok, qu’est-ce qu’il s’est passé encore ? Monsieur Kurt va piquer une crise de jalousie ? Va-t-il enfin régler ses comptes une bonne fois pour toute ? Je soupire d’avance. Franchement, il n’aurait pu choisir un autre moment ? Et c’est parti pour les reproches sur son comportement de petit prince. C’est bon Kurt, je pense qu’il a compris la leçon. J’ai presque failli lui rentrer à coup de poing dans la tronche.


« J'essaye de m'améliorer. »


Je vois bien le regard qu’il me lance. Venise le voit aussi, elle baisse les yeux. Ses mains se mettent à trembler légèrement, alors qu’elle commence à faire la vaisselle, alors qu’il y a un lave-vaisselle juste à côté. Je fronce les sourcils, jette un œil aux deux garçons qui viennent de se lancer dans une joute verbale. J’ai bien envie de balancer un « Les gars, y a votre copine qui a pas l’air bien… » Mais je suis certain qu’aucun des deux ne m’entendra. Même pas Kurt. Il est lancé, désormais. Personne ne pourrais l’arrêter de cracher son venin. Je le sais, tout simplement parce que nous partageons le même sang. Et que l’impulsivité et tout ce qui est en rapport avec la colère provient de ce sang. Je fais le tour du bar, vient me poser à côté d’elle et lui arrache presque les verres qu’elle tente de nettoyer depuis trop longtemps. Elle semble complètement perdue. En même temps, elle est aussi concernée dans l’histoire. Le poing de Kurt s’abat furieusement sur le bois du comptoir, Venise sursaute, se recroqueville sur elle-même. Ses ongles se sont plantés sur le revers de la main, elle ferme les yeux, tente probablement de faire abstraction de ce qu’il se dit. Kurt parle d’argent. Kurt a perdu sa bourse en perdant son poste de capitaine. Aiden s’enfile un shot, Kurt frappe une nouvelle fois le bois. J’entends un petit gémissement de la part de Venise, sa peau ne va pas tarder à se mettre à saigner si elle continue de se faire mal comme ça. Ça suffit maintenant. Ça va trop loin. J’enroule mes bras autour de Venise, l’attire contre moi. Ma main vient caresser ses cheveux, je tente de la serrer suffisamment fort pour qu’elle ne puisse plus entendre ce qu’il se dit.


« J'agis déjà plus que toi. Je dois te rappeler qui a laissé Venise toute seule, à la fête foraine ? »


Gros blanc. Venise arrête de trembler. Aiden s’approche de Kurt, sans vraiment le vouloir. Les deux se font face. Je lâche Venise par précaution, au cas où un coup viendrait à partir.


« Est-ce que je dois te le rappeler, Aiden ?
- N-non je... Je me suis déjà excusé et-
- Ça n'excuse pas ton comportement pitoyable. T'as fais la technique de la tortue. Et au lieu de te mettre de notre côté, t'as pensé qu'à ta gueule. Et au lieu de me laisser m'expliquer, à cette putain de fête foraine, t'as juste fait ton connard. Non, attends: t'as pas fait ton connard. En réalité, t'en es un. Un sale petit enfoiré de lâche. »


Venise m’échappe, attrape la bouteille de téquila, ouvre une étrange boite. Elle se descend la bouteille à elle seule. Eh bien super. Je vais encore devoir faire la garde.


« T'as plus rien à dire, Lord ?
- J'ai besoin d'être pardonné.
- Pardon ?
- J'ai besoin que t'arrêtes de te comporter comme un enfoiré! C'est bon, j'ai compris, tout ce que tu me reproche, j'y ai déjà réfléchis. J'en ai déjà discuté avec Venise, avec ton frère... Y'a que toi, qui est branché en boucle ! Mais putain Kurt, avance bordel de merde ! »


Kurt est allé trop loin. Assez loin pour ne plus pouvoir faire demi-tour. Sauf que le problème maintenant, c’est qu’il est seul. Il va se retrouver seul. Plus personne dans l’équipe ne pourra reprocher quoi que ce soit à Aiden puisque je ferais en sorte de calmer son comportement de prince. Plus personne sauf Kurt. Son ricanement monte dans la pièce, je secoue la tête. Il est ridicule. Ça me fait mal de le dire mais, là, tout de suite, j’ai honte de mon frère. De son attitude alors que sa petite copine est en train de pleurer, de son attitude alors que son ancien meilleur ami le supplie presque de le pardonner. Tu peux rire Kurt, tu rigoleras moins quand tu comprendras vraiment ce que c’est, la solitude.


« T'es trop marrant Aiden, vraiment trop drôle! "Oooh Kurt j'ai besoin d'être pardonné!" Tu peux me la refaire ?
- Venise, stop ! »


Je n’ai pas le temps de l’arrêter. La bouteille qu’elle tenait dans les mains vole, vient s’écraser sur le comptoir, juste à côté de Kurt. Mille éclats volent à travers la pièce, le temps du choc, la voilà devant Kurt, la mâchoire tellement serrée qu’elle semble prête à se briser. Et la claque part. Le choc semble être violent tant le bruit résonne dans la pièce. Venise est fragile, mais toute sa faiblesse se transforme en véritable lance lorsqu’elle est vraiment touchée. Le blanc qui suit la gifle est pesant. Plus personne n’ose bouger, mise à part Venise et ses yeux qui semblent s’être transformés en un véritable volcan.


« Moi je vais te la refaire espèce de sale petit con. Tu voulais qu’on discute ? Eh bah on va le faire maintenant, vue que t’as l’air bien lancé pour faire ton gros connard. Tu peux plus l’être avec les filles alors tu te venges sur Aiden ? Faut me le dire si ça va pas, hein Kurt ? Dit moi, t’as toujours pas compris que tu me pétais les burnes ? T’as toujours pas compris que si j’arrive pas à passer une putain de nuit tranquille, sans cauchemars, c’est à cause de toi et de ta putain fierté à deux balles ? Tu sais ce que tu es ? T’es un boulet. T’es le boulet que je me traîne depuis que ce fils de pute à essayé de me fourrer. T’es un putain de connard égoïste qui pense qu’à sa pauvre gueule et qui est incapable de voir autre chose que sa petite personne. J’ai pardonné à Aiden parce que tout ce que je veux c’est oublier ce qu’il s’est passé. Tout ce que je veux c’est avancer. Alors maintenant, si t’es pas capable de faire autre chose que du mal autour de toi, barre-toi. Barre-toi vite avant que la prochaine bouteille qui vole dans la pièce ne termine dans ton putain de crâne. »

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mar 12 Déc - 22:15




Je sais que j'y vais fort. Mais il fallait que ça sorte. J'en avais trop marre de ce petit con. Tout ma rage accumulée depuis sa scène en cours de gym jusqu'à maintenant avait besoin de se déverser. Je ne m'étais pas mit dans une telle fureur depuis un bon bout de temps. C'est une rage profonde, qui me prend aux tripes. Et je me sens déjà faible d'y avoir succombé. Mais ma haine était bien plus forte que moi, c'est un truc que je ne maîtrise pas. Pourtant il va bien falloir, un jour. Les gens comme moi finissent seuls, généralement. C'est certainement ce qui m'attend: la solitude. Au moins je ne pourrai plus emmerder personne. Juste moi même. Ça fera justice à tous les gens avec qui j'aurai été un véritable connard. Et pour moi, ça sera l'enfer. Se retrouver face à soi même, voilà l'enfer. La colère est un exutoire. Une manière de se déverser dans le monde en se cachant dans quelque chose dont on dit qu'elle nous domine. En réalité je dois me tromper: personne ne me domine. Ma colère, elle vient de moi même. Je dois penser en philosophe, réfléchir. Les autres ne vivent pas à ma place. Oui mais voilà, les autres sont souvent à l'origine de ma colère. Peut-être que je devrai aller suivre une thérapie.

Mon rire se calme, le masque se fend. Il se fend en même temps que la bouteille balancée à ma droite par...Venise. Venise? Le cri de mon frère me confirme la provenance de cette bouteille que je savais pleine il y a quelques minutes de ça. Est ce qu'elle vient de s'enfiler la bouteille de tequila à elle toute seule? Je n'avais pas fait attention à elle. Depuis tout à l'heure, toute mon attention n'est focalisée que sur cette tête blonde que j'avais très envie de frapper contre ce bar il y a quelques secondes à peine. Depuis combien de temps a-t-elle ce visage triste? Je n'ai pas le temps de me remettre du choc que Venise contourne le bar pour venir se planter devant moi. Sa main part avec une telle violence que j'en suis soufflé. Comme si tout l'oxygène contenu dans mes poumons s'en était mystérieusement évadé. Sonné, je bat des cils. Je ne savais pas qu'une autre personne que Roxane pouvait frapper aussi fort. La gifle a d'autant plus d'impact que c'est Venise qui vient de me la coller. Il y a eu d'autres filles, qui m'ont collé des gifles. Mais jamais aussi fort. Et puis généralement, j'élevais assez la voix ensuite pour faire comprendre qu'on ne pouvait pas jouer à ce petit jeu là avec moi. Mais là, c'est différent. Et je sais que cette gifle n'était absolument rien comparé à ce qui va suivre.

- Moi je vais te la refaire espèce de sale petit con. Tu voulais qu’on discute ? Eh bah on va le faire maintenant, vue que t’as l’air bien lancé pour faire ton gros connard. Tu peux plus l’être avec les filles alors tu te venges sur Aiden ? Faut me le dire si ça va pas, hein Kurt ? Dit moi, t’as toujours pas compris que tu me pétais les burnes ? T’as toujours pas compris que si j’arrive pas à passer une putain de nuit tranquille, sans cauchemars, c’est à cause de toi et de ta putain fierté à deux balles ? Tu sais ce que tu es ? T’es un boulet. T’es le boulet que je me traîne depuis que ce fils de pute à essayé de me fourrer. T’es un putain de connard égoïste qui pense qu’à sa pauvre gueule et qui est incapable de voir autre chose que sa petite personne. J’ai pardonné à Aiden parce que tout ce que je veux c’est oublier ce qu’il s’est passé. Tout ce que je veux c’est avancer. Alors maintenant, si t’es pas capable de faire autre chose que du mal autour de toi, barre-toi. Barre-toi vite avant que la prochaine bouteille qui vole dans la pièce ne termine dans ton putain de crâne.

Je reste estomaqué. Un grand blanc suit sa tirade, je respire silencieusement, douloureusement. Un boulet. Je suis le boulet qu'elle se traîne. Elle ne peut pas s'envoler, avec moi. Je me suis trop enfermé dans ma rancœur. Le véritable fautif, c'est moi. Elle a pardonné à Aiden. Moi, je suis resté dans le passé. J'ai tenté de l'aider à avancer, mais de la plus mauvaise des façons. Je braque mes yeux sur Aiden, qui ne porte aucun ressentiment dans son regard. Juste un profond désarroi. Je pense que personne ne s'attendait à la voir me frapper physiquement et verbalement. Devant le lac aussi, elle m'avait surpris. Ses mots m'atteignent au delà du définissable. Les yeux braqués sur mes pieds, j'ai un petit soupir.

- Je... Je suis sincèrement désolé... Je n'avais pas conscience de mon attitude... J'ai... Je me suis comporté comme un gros con. Surtout avec toi, Aiden.

Je relève les yeux, Aiden a l'air aussi surpris que moi par ma capacité à m'excuser.

- Je ne voulais pas... Être aussi méchant. Tu sais exactement comment je suis. Je crois que t'es la personne avec qui j'ai passé le plus de temps, dans ma vie. Avec qui j'ai aimé, passer le plus de temps. T'es pas seulement mon pote.

Il a un petit sourire, sait que je n'irai pas plus loin. Je déteste m'étendre dans mes sentiments. Aiden s'approche, se plante devant moi, me jauge du regard.

- T'as été un parfait abruti.
- Je sais. Toi aussi.
- Oh arrête hein, moi j'ai eu la décence de ne pas t'en coller une!
- Tu m'emmerde, je viens juste de te dire que je ne l'avais pas fait exprès!
- Ça va, je te taquine. Je d’absout de tes pêchers. Désolé d'avoir été un petit prince chiant.
- Chiant? C'est un euphémisme! T'as été imbuvable!

Il lâche un rire franc, hausse les épaules.

- T'oublie que j'ai été un gros con, j'oublie que t'as été très injuste avec moi.
- Un gros con odieux, je rajoute.
- Ecoute, faux frère, ne la ramène pas trop! Dans cette pièce, je suis le seul à pouvoir te faire perdre toute crédibilité juste en racontant quelques trucs à ton sujet.

Je ricane, fait mine de m'incliner. Ça fait du bien, d'avoir enterré la hache de guerre. J'ai l'impression de respirer. Je secoue la tête de gauche à droite. Ne reste plus que Venise. Les excuses les plus difficiles, tout simplement parce que je n'en ai pas. J'ai juste été un immense enfoiré. Et rien ne pourrai excuser mon attitude. Aiden retourne à son paquet de chips comme si absolument tout était normal. C'est bien, il faut qu'il mange. Il a déjà trop bu, de toute façon. Pendant qu'Aiden farfouille dans les bouteilles, je me rapproche de Venise, à distance cependant raisonnable. Je n'ose pas la regarder dans les yeux, bien trop honteux pour le faire.

- Écoutes Venise je... Je n'avais pas réalisé que j'étais un si gros con... Mais tu m'as fait réfléchir et... J'ai pas d'excuses. Je suis juste profondément désolé qu'on en soit arrivés là. Je... Je suis vraiment attaché à toi et je me comporte comme le dernier des idiots. C'est... Je suis désolé.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 13 Déc - 15:29

Personnage utilisé : Venise Morlevent







Il m’énerve tellement. Il m’a même fait peur. J’ai vraiment cru qu’il allait sauter à la gorge d’Aiden. Ces propos, adressés à son ancien meilleur ami, m’ont touchés, comme si c’était moi la fautive dans l’histoire. Ce que je suis, puisque j’ai causé tout ça.

Je n’aurais jamais dû agir comme ça. Je ne sais pas ce qui m’a prit. J’ai paniqué, et comme je fais à chaque fois, je ne me contrôle pas. Il y a eu cette tornade d’émotions, la peur qui s’est rajouté quand Kurt s’est mis à cogner contre le comptoir et puis ces souvenirs qui sont revenus me noyer, m’achever. Heureusement qu’Eiji était là. Même s’il ne m’a pas vraiment empêchée de m’enfiler une bouteille de téquila en entière. Quoi qu’il en soit, ça n’aurait jamais dû arriver. Tout ça est allé trop loin. Il faut que ça cesse.

Alors dans la panique, j’ai fait… N’importe quoi. Je n’ai jamais levée la main sur personne. Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce qu’il m’a prit ? Qu’est-ce que j’ai dit ? Je suis stupide. Et j’ai peur de la réaction de Kurt. Et pourtant je ne peux pas bougé. Je suis figée. J’ai peur qu’il s’énerve, qu’il me rend ce que je viens de lui dire et de lui donner. Le temps semble s’arrêter. Jusqu’à ce que Kurt, les yeux rivés sur ses pieds, pousse un petit soupire.


« Je... Je suis sincèrement désolé... Je n'avais pas conscience de mon attitude... J'ai... Je me suis comporté comme un gros con. Surtout avec toi, Aiden. Je ne voulais pas... Être aussi méchant. Tu sais exactement comment je suis. Je crois que t'es la personne avec qui j'ai passé le plus de temps, dans ma vie. Avec qui j'ai aimé, passer le plus de temps. T'es pas seulement mon pote. »


Je retiens mon souffle. Il s’est excusé. Et je le connais désormais assez pour savoir que ce genre de chose ne vient pas naturellement chez lui. Aiden bouge, s’approche de Kurt, petit sourire sur le visage. Et soudain, la tempête se calme. J’ai du mal à croire que ce soit si facile. Le rire d’Aiden monte dans la pièce, suivi du ricanement de Kurt. Tout va mieux. J’ai vraiment du mal à y croire. Il va se passer quelque chose d’autre, hein ? C’est toujours comme ça, quand c’est trop facile.


« Écoutes Venise je... Je n'avais pas réalisé que j'étais un si gros con... Mais tu m'as fait réfléchir et... J'ai pas d'excuses. Je suis juste profondément désolé qu'on en soit arrivés là. Je... Je suis vraiment attaché à toi et je me comporte comme le dernier des idiots. C'est... Je suis désolé. »


Je relève la tête, n’ayant pas remarqué que Kurt s’était approché de moi. Sans vraiment réfléchir, je romps la distance entre nous, me jette dans ses bras. Qu’il est bon de le retrouver vraiment. Je suis rancunière. Mais avec lui, je sens que je pourrais tout pardonner, en fin de compte. L’alcool commence déjà à me monter à la tête. Je sens Eiji passer dans mon dos en ricanant, je croise son regard alors qu’il se dirige vers Aiden, lui piquant son paquet de chips. Le mal est passé. Maintenant, la soirée peut commencer. Toujours dans les bras de Kurt, je lâche un petit soupire, qui se transforme en ricanement.


« T’es qu’un gros con. Heureusement que je t’aime bien, hein. »


J’embrasse doucement ses joues, finit par capturer ses lèvres. Je l’aime plus que bien. Je tombe facilement amoureuse. Mais là, c’est différent. Enfin, j’espère. Doucement, je m’écarte, attrape la main de Kurt et l’emmène rejoindre Aiden et Eiji. Je vois bien le petit sourire du brun et les rougissements du blond. Eiji s’amuse, semble jouer avec l’état d’Aiden, ce qui m’arrache un ricanement.


« Oh les garçons, vous arrêtez de vous amusez sans nous ! Moi aussi j’ai envie de m’amuser. On fait un jeu ? Dîtes oui ! »


Oula. Ma tête tourne un peu. Déjà ? Je sais que je tiens bien l’alcool. Mais je n’aurais probablement pas dû boire autant, aussi rapidement. Pourtant j’ai encore soif. Un verre de plus ne me dérangerais pas.


« C’est qu’elle a des bonnes idées la princesse ! Action ou vérité ? Vérité pour moi ! »


Oh toi, Eijiro Calore, je sens qu’on va bien s’entendre, tous les deux.  

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 13 Déc - 19:28




Il ne faut pas longtemps pour qu'à mon étonnement Venise se jette dans mes bras. Je reste encore une poignée de secondes sonné, alors que ses jambes s'enroulent autours de mes hanches. J'ai un petit sourire, la soutien en attrapant le dessous de ses cuisses. Elle est vraiment légère comme une plume. Son parfum m'avait manqué, comme à chaque fois qu'elle se retrouve éloignée de moi. Et cette fois, je ne m'éloignerai plus d'elle avec ma connerie. C'est terminé. Je veux vraiment parvenir à bien me comporter avec elle. Parce que je la respecte et l'aime plus que quiconque, plus que moi même. Parce que j'ai besoin d'elle. Et parce qu'elle a beaucoup à m'apprendre.

- T’es qu’un gros con. Heureusement que je t’aime bien, hein.

Je lâche un petit rire, rapidement étouffé par ses baisers. J'adore l'embrasser. Et surtout, j'adore quand l'initiative vient d'elle. Trop tôt, elle se laisse glisser au sol. Ses doigts attrapent les miens, j'ai juste le temps d'attraper une autre bouteille un peu au hasard. Parce que Venise a un peu cassé la bouteille de tequila. Une grosse bouteille de rhum, mon alcool préféré. La boisson des pirates. Je peux me le permettre, parce que je tiens bien l'alcool. Bon, Aiden a l'air d'être déjà pas mal entamé niveau ivresse. On s'installe avec eux alors que Eiji semble... draguer Aiden? Non, je dois mal interpréter. Je me laisse tomber sur la chaise en face de la banquette où se trouvent Aiden et Eiji sans lâcher la main de Venise. Dans un soupir, je pose la bouteille sur la table.

- Oh les garçons, vous arrêtez de vous amusez sans nous ! Moi aussi j’ai envie de m’amuser. On fait un jeu ? Dîtes oui !

Qui s'amuse sans nous? Aiden louche sur le paquet de chips. Ou sur Eiji. Ou sur les deux. Toujours est-il qu'il n'a vraiment pas l'air dans son état normal. Un peu plus... niais que d'habitude. Je reporte mon attention sur Venise, hoche la tête avant même de réfléchir au jeu qu'elle serait capable de proposer. Notre dernier jeu et bien... C'était celui du cours de philo. J'ai un petit sourire, sens mon corps se réchauffer agréablement à ce souvenir. Je plante un baiser sur la joue de Venise, me relève pendant qu'Eiji se propose pour commencer avec une vérité. Je cherches une question à lui poser en même temps que je nous cherche des verres. Je reviens poser les verres sur la table, me laisse tomber sur ma chaise en soupirant. Une question à poser à Eiji... J'arrive pas très bien à savoir ce que je veux lui demander... J'attrape doucement la main de Venise, l'attire sur mes genoux en souriant bêtement. J'adore l'avoir contre moi. C'est juste parfait, comme sentiment, d'être physiquement proche de la personne qu'on aime. Un sentiment que je n'avais jamais ressenti avant Venise, exacerbé par les trois shots de tequila que je me suis enfilé sans manger. Mes bras s'enroulent autours de la taille de Venise, je pose un instant mon front en haut de son dos. Une question, une question... Oh. Je sais. J'écarte les cheveux de la nuque de ma jolie blonde, embrasse la peau laissée à nue par ses habits et la décale un peu pour observer mon petit frère.

- Comment vous m'avez retrouvé, toi et Heather? C'est quand même pas le saint esprit qui vous a poussé jusqu'à moi...

Je ne sais pas trop si je veux vraiment savoir la réponse. Aiden plante ses yeux dans les miens, attrape la bouteille et remplis les verres... Sauf celui d'Eiji. Ah oui, je me rappelle qu'il a refusé la tequila, tout à l'heure. Aiden a vraiment été attentif à ça? Le blond pousse un verre dans ma direction, trinque avec moi et avale une gorgée. Après un petit sourire je fais de même. Et Aiden reporte immédiatement son attention sur Eiji, comme si mon petit frère était une des merveilles de ce monde. Je fronce les sourcils, pas sûr de saisir tous les enjeux de cette soirée. Tant pis. On est pas là pour se prendre la tête, pas vrai?

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 13 Déc - 23:55

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Tout ce que j’ai à dire, c’est que, wow, Venise ne déconne pas. C’est une véritable tigresse, une louve furieuse, une lionne, une vraie. Kurt s’est trouvé un électron libre, une amazone, une déesse indomptable, une sauvage. Les paroles d’Aiden, pourtant si sincère, ne l’ont pas atteint. Alors peut-être que celle de Venise, si. Je l’espère. C’est même sûr. Il baisse les yeux, balaye d’un coup de balais toute sa rancœur pour Aiden. J’ai un petit sourire en voyant le visage heureux d’Aiden. Et je ne me cache pas de dire que je pourrais tomber totalement accro à son sourire. Vraiment. Venise recule légèrement, probablement inconsciemment, quand Kurt vient s’approcher d’elle. L’amour pardonne tout. Ils se jettent dans les bras l’un l’autre. Ils n’ont plus besoin de moi. J’étais resté en secours, Venise ayant vidée une bouteille d’alcool complète, Kurt ayant totalement oublié sa présence, il aurait pu se passer n’importe quoi. J’ai bien vue ses tremblements. Je l’ai bien vue prendre quelque chose dans cette boîte et l’avaler. Est-ce que Kurt est au courant de quelque chose ? Certainement. Je suis quelqu’un d’attentionné. Je peux sentir la maladie autour de moi. Je peux sentir la détresse autour de moi. Parce que je suis incapable de sentir mon  propre mal-être. Je peux donner une partie de moi pour sauver quelqu’un d’autre. Venise compte pour mon frère, elle compte désormais pour moi aussi. Alors je veux savoir ce qu’il s’est passé tout à l’heure. Et je finirais par le savoir.

Je les laisses s’enlacer et s’embrasser, lance un dernier regard à Venise avant d’aller rejoindre Aiden qui s’est isolé sur une banquette. Je secoue la tête en remarquant ses yeux brillants, monsieur est déjà pompette, il n’a pourtant pas bu tant que ça. Je m’installe près de lui, mon éternel sourire charmeur sur les lèvres. Je remarque bien ses petits regards qui traînent sur moi, alors qu’il fait semblant de contempler ses chips. Je lâche un petit ricanement, lui vole son paquet de chips et lui frotte énergiquement les cheveux. Et bien sûr, je laisse mon bras se poser sur ses épaules. Il me donne envie de ronronner. Il est vraiment mignon. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi je suis… Autant attiré par lui. Ça ne m’ait arrivé qu’une fois dans ma vie. Et je ne pensais pas que ça puisse m’arriver de nouveau. J’ai surtout espéré pour que ça ne m’arrive plus. Parce qu’on se fait toujours abandonner.

Venise et Kurt ne tarde pas à venir nous rejoindre. Main dans la main, Kurt dépose une bouteille de rhum sur la table, avant de partir chercher des verres. Ils s’installent, Venise sur les genoux de Kurt, la blonde nous propose un jeu. J’adore les jeux.


« C’est qu’elle a des bonnes idées la princesse ! Action ou vérité ? Vérité pour moi ! »


Je suis tout sauf mature quand il s’agit de jouer. Éternel gamin, je ne changerais probablement jamais. Je suis surtout bon joueur, et je ne suis pas du genre pudique, alors s’il faut se jeter dans la gueule du loup, je le fais volontiers. Kurt semble vouloir s’occuper de mon cas. Il se penche sur Venise, fait mine de réfléchir en embrassant son cou. Ça va ? On vous dérange pas ? J’ai bien envie de faire le miroir, prendre Aiden dans mes bras et embrasser son cou aussi. Mais il n’apprécierait probablement pas. Surtout qu’il n’est pas dans son état normal. Autant ne pas jouer avec le feu. J’ai déjà faillit le perdre une fois.


« Comment vous m'avez retrouvé, toi et Heather? C'est quand même pas le saint esprit qui vous a poussé jusqu'à moi... »


Non, effectivement pas. Je ne sais pas vraiment si c’est une bonne idée de lui raconter. Lui aussi il a bu. Il faut se faire une raison, je suis le seul sobre ici. Et Aiden vient servir tout le monde –sauf moi, je ne sais pas vraiment quand est-ce qu’il a comprit que je ne buvais pas d’alcool mais je dois avouer que ça me fait plaisir qu’il y ait fait attention ; en rhum, les deux garçons trinque, signe de leur amitié rétablit. Venise se détache de Kurt, revient en un temps record avec une bouteille d’Ice Tea qu’elle me lance. Je me sers un verre, fait rouler le contenu dans le verre avant de boire une gorgée.


« Mon dieu, Kurt, t’es sûr que tu veux savoir ça ? Bon. Je suppose que oui. Et puis de toute façon, t’aurais bien fini par le savoir. » Je m’avachis un peu sur la banquette, passe discrètement mon bras derrière les épaules d’Aiden. « Je sais pas si t’es au courant, mais t’es célèbre dans le coin, dans le monde du baseball. Capitaine des Tigers aux résultats presque parfait, ça fait parler de toi. Alors disons que j’étais… Un peu fan de toi. J’ai pas menti sur tout ce que je t’ai dit quand je suis arrivé dans l’équipe. Mon but premier était d’intégrer les Tigers pour te dépasser. Et… » Je lâche un ricanement moqueur. « Et tenter de te draguer aussi, tu sais le pécher de la luxure, tout ça, tout ça. T’emballe pas, j’étais pas encore au courant qu’on était frère. Heather m’a annoncé ça quelques jours après avoir reçu ma recommandation. Elle enquêtait sur notre père, voulait le retrouver. Elle a surpris une conversation entre ta mère et ce connard, c’est à ce moment là qu’elle a apprit qu’on avait un frère. Et c’est moi qui t’ai retrouvé. Voilàà… T’énerve pas ou quoi que ce soit hein… On a empiété sur ta vie mais… On était juste tellement heureux de ne plus être seuls, d’être juste Heather et moi. »


Je lâche un autre ricanement, plus sombre cette fois si. Pourquoi est-ce que je me prends la tête comme ça ? On est là pour se détendre.


« Action pour toi Kurt je suppo-
- T’as voulu te faire mon mec ?! J’y crois pas ! T’es un méchant Eiji ! Kurt, c’est action pour toi. Fait un bisou à Aiden pour nous montrer que vous vous êtes vraiment pardonnez. Sur la joue hein ! Sur la bouche c’est Eiji qui s’en occupera ! Et pour moi ça sera... Euh... Vérité ?»

Saleté. J’ai failli m’étouffer avec ma boisson. Pas que ça me dérange, très loin de là. Mais disons que je ne suis pas sûr qu’Aiden apprécie. À moins qu’il ne soit trop bourré pour relever quoi que ce soit. Je tire la langue à Venise, elle me répond en faisant la même chose. L'alcool semble la rendre encore plus enfantine.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Jeu 14 Déc - 22:06




Venise se lève, je la lâche à regret. Heureusement elle revient vite. Avec un grand sourire, je l'attire à moi. Vraiment, l'avoir sur moi, c'est entrevoir le paradis. Notre paradis. Je sais que c'est l'alcool qui exacerbe mes sentiments. Enfin, ça aide juste à les faire ressortir. J'enroule à nouveau mes bras autours de la taille de ma déesse, puis m'affaire à jouer avec ses cheveux blonds que j'aime tant, alors qu'Eiji s'apprête à répondre à mes interrogations.

- Mon dieu, Kurt, t’es sûr que tu veux savoir ça ? Bon. Je suppose que oui. Et puis de toute façon, t’aurais bien fini par le savoir.

Le bras de mon frère passe doucement derrière les épaules de Aiden, dont la bouche s'arrondit en un "oh" timide. J'ai un nouveau froncement de sourcils, cale ma tête contre l'épaule droite de Venise pour venir y déposer quelques baisers timides.

- Je sais pas si t’es au courant, mais t’es célèbre dans le coin, dans le monde du baseball. Capitaine des Tigers aux résultats presque parfait, ça fait parler de toi. Alors disons que j’étais… Un peu fan de toi. J’ai pas menti sur tout ce que je t’ai dit quand je suis arrivé dans l’équipe. Mon but premier était d’intégrer les Tigers pour te dépasser. Et…

Ouais, je sais. J'ai déjà été dans les journaux. Ça fait plaisir de me dire que mes efforts sont reconnus. Le fait qu'Eiji ai suivi mes avancées m'arrache un petit rire. Me dépasser? Personne ne le fera plus. J'ai décidé de devenir le meilleur. Et peut-être qu'un jour je jouerai dans une grande équipe. Le mieux, ça serait avec les Yankees, mais même si je me faisais repérer après des années et des années de pratique dans une autre grande équipe, je n'aurai certainement pas le niveau pour intégrer les formations. Et puis, c'est à New-York. J'ai pas les moyens financiers d'aller m'établir dans la grosse pomme. Mais bon, l'espoir fait vivre n'est-ce pas?

- Et tenter de te draguer aussi, tu sais le pécher de la luxure, tout ça, tout ça. T’emballe pas, j’étais pas encore au courant qu’on était frère. Heather m’a annoncé ça quelques jours après avoir reçu ma recommandation. Elle enquêtait sur notre père, voulait le retrouver. Elle a surpris une conversation entre ta mère et ce connard, c’est à ce moment là qu’elle a apprit qu’on avait un frère. Et c’est moi qui t’ai retrouvé. Voilàà… T’énerve pas ou quoi que ce soit hein… On a empiété sur ta vie mais… On était juste tellement heureux de ne plus être seuls, d’être juste Heather et moi.

Là, je me met à rire franchement. Me draguer? Moi? Aucun homme n'aura jamais sa chance avec moi pour la bonne et simple raison que seules les femmes arrivent à m'attirer. Je ne me suis même jamais posé la question, c'est comme une sorte d'évidence. Je me suis déjà fait dragué par un mec, une fois en soirée. Et bien se faire draguer par quelqu'un qui n'a pas la même orientation sexuelle que soi, c'est vraiment très étrange. Et un peu flatteur, j'avoue. J'ai rien contre les gay, les bi, les pan, les trans et tous les autres genres qui peuvent exister. Je suis juste hétéro.

La question qui se pose maintenant est: que faisait Roxane avec ce fils de chien d'Anar? Je me rembrunit un instant, plongé dans ma réflexion. Si Roxane continue de voir mon connard de père, alors je dois en parler avec elle. Je sais que s'il se pointait là maintenant à sa porte, elle l’accueillerai à bras ouverts. Parce que Roxane est faible, rongée par l'addiction. Elle a besoin d'être aidée, mais refuse de l'être. Alors moi, tout ce que je peux faire, c'est tenter de la protéger. Si ça veut dire ne plus dormir au centre et rentrer tous les soirs pour aller veiller sur elle, je le ferai. Peut-être que c'est en fait la bonne chose à faire depuis le début. Elle ne se shoot pas devant moi. Si je suis là avec elle plus souvent, peut-être parviendra-t-elle à s'en sortir? En fait j'en sais rien. Je suis perdu. Mais personne ne pourra jamais m'aider. Il y a des décisions que l'on se doit de prendre seuls. Et je ne veux pas embêter Venise avec les problèmes d'une femme qui l'a traitée comme une salope. Oh, c'est vrai qu'il y a aussi ce soucis là à régler. J'en ai déjà mal à la tête et l'alcool n'aide pas.

- Action pour toi Kurt je suppo-
- T’as voulu te faire mon mec ?! J’y crois pas ! T’es un méchant Eiji ! Kurt, c’est action pour toi. Fait un bisou à Aiden pour nous montrer que vous vous êtes vraiment pardonnez. Sur la joue hein ! Sur la bouche c’est Eiji qui s’en occupera ! Et pour moi ça sera... Euh... Vérité ?

J'ai un petit sourire. Venise a le don de me tirer de mes pensées négatives. Je braque mes yeux vers Aiden, relève enfin la remarque de ma copine envers un possible baiser venant d'Eiji. Le blondinet est rouge comme une tomate. Oh. Je commence à comprendre, je crois. Mais Aiden est hétéro, non? Ce dernier doit sentir mon questionnement intérieur, détourne ses yeux vers son verre. En fait, je m'en fiche de l'orientation sexuelle de mon meilleur ami. Ça me surprend juste un peu. Mais la gêne profonde que je parviens à lire en lui malgré notre ivresse commune parvient à me faire soupçonner qu'il ne sait pas lui même ce qu'il est. Il doit certainement être un peu paumé. J'embrasse la nuque de Venise, me relève en soupirant. Aiden fronce les sourcils, ne bouge pas. Lorsque je m'approche, il tend une main vers moi, comme pour m'arrêter.

- Attends! Je ne veux pas me souvenir de ça.

J'ai un petit rire, il avale le contenu de son verre d'une traite. Aiden va vraiment être complètement raide dans très peu de temps. Il ricane, se tourne vers Eiji avec un grand sourire.

- Sans rancune, hein, c'est juste parce que princesse Venise le demande. Mais ne sois pas jaloux.

Je me remet à rire, embrasse la joue d'Aiden qui se la frotte énergiquement d'un air théâtral. J'en profite pour m'étirer un peu, reviens à ma place alors qu'Aiden pianote sur la table, le regard embrumé.

- J'espère qu'avec tout ça je suis pardonné.
- Juste un tout petit peu. Je te pardonnerai vraiment quand je serai sobre. Là heu...

Je ricane à nouveau. C'est ça Aiden, retourne roucouler. Ce dernier ne se fait pas attendre, se rapprochant tout doucement d'Eiji dans le but d'être complètement calé contre lui. Rouge comme une tomate, il se remet à jouer avec son verre vide. Ce qu'il est drôle, comme ça! Mais une seconde. Il n'avait pas une copine? Je suis certain d'avoir vu Margaux à son bras, y'a... deux jours à peine? Aiden doit éclaircir cette histoire. Et Margaux ne mérite pas d'être trompée. En fait, personne ne mérite d'être trompé. Sauf Jilian, à la rigueur. Œil pour œil, dent pour dent. Surtout qu'elle m'a trompé avec Thomas, quoi. Alors qu'on était encore potes. C'est la pire chose qui puisse arriver. La pire des trahisons. Je soupire, chasse mon bourdon.

- Une vérité alors... J'ai pas d'idée..
- C'est un peu nul mais... C'est quoi ta date de naissance? Je ne voudrai pas oublier la date de naissance de ma sauveuse.

Sa sauveuse? Nouveau froncement de sourcil, je bois une autre gorgée, attrape une poignée de chips. Faut que je mange, si je ne veux pas finir comme Venise ou Aiden qui sont tous les deux déjà... Beaucoup trop alcoolisé.

- Et puis je vais prendre action parce que... J'ai envie.

Il hausse les épaules, rejette ses cheveux qui commencent à lui tomber devant le visage. Un vrai petit prince, comme il l'a toujours été. Avec plus de nuances, aujourd'hui. C'est un petit pas vers un nouveau lui.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Ven 15 Déc - 22:29

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Ma révélation provoque chez lui un rire franc. Quoi ? Je ne savais pas que j’avais un demi-frère à l’époque. Ma sexualité peut paraître étrange pour certain mais je ne suis pas impur à ce point. Kurt est le genre d’homme charismatique et sûr de lui que j’affectionne tant. Le genre de garçon qui ne recule devant rien. Dommage qu’il ne soit pas blond. Et surtout, dommage que ce soit mon frère. Et il semble avoir trouvé sa perle rare. J’ai trouvé la mienne. Il n’est pas le genre de garçon qui m’attire dès le premier regard pourtant, il y a chez lui quelque chose qui me… Je ne sais pas vraiment. Et je sais que ça va commencer à poser problème. Je n’aime pas les problèmes. Alors ça va me gonfler. Très vite.

À la réplique de Venise, Aiden est devenu encore plus rouge qu’il ne l’était déjà. Bah quoi ? Elle a raison après tout ! Ces lèvres sont à moi, et elles le seront encore plus quand je l’aurais embrassé pour la première fois. Venise ricane, avale son verre cul sec et s’en ressert un. Aiden fait de même alors que Kurt s’approche pour réaliser son défi.


« Attends! Je ne veux pas me souvenir de ça. »


Je lâche un petit ricanement, soupire en regardant le verre vide d’Aiden. Il n’a vraiment pas l’air de tenir l’alcool. Venise semble déjà pompette. Lui aussi. J’espère sincèrement que Kurt est plus résistant à l’alcool parce que je n’ai vraiment pas envie de faire la nourrice toute la soirée et demain matin. Le regard d’Aiden croise le mien, je tourne la tête vers lui. J’aime vraiment son sourire. C’est dingue.


« Sans rancune, hein, c'est juste parce que princesse Venise le demande. Mais ne sois pas jaloux. »


Moi ? Jaloux ? Pfff. À peine. J’avoue que là, tout de suite, j’aurais bien aimé être à la place de Kurt !


« J'espère qu'avec tout ça je suis pardonné.
- Juste un tout petit peu. Je te pardonnerai vraiment quand je serai sobre. Là heu... »


Là ça va pas du tout ! Je secoue la tête discrètement, fronce les sourcils en voyant Venise s’enfiler un nouveau verre. Retirez lui la bouteille de rhum ou elle va finir comme la bouteille de téquila. J’esquisse un mouvement pour le faire, lorsque je sens quelque chose se coller contre moi. Je baisse les yeux, tombent sur les boucles blondes d’Aiden. Je reste un court instant là, à le fixer, un petit sourire aux lèvres. L’alcool semble le rendre plus… Audacieux. Tout ça n’est qu’une image, il deviendra le petit prince pas sûr de lui lorsqu’il dessoûlera.


« Une vérité alors... J'ai pas d'idée…
- C'est un peu nul mais... C'est quoi ta date de naissance? Je ne voudrai pas oublier la date de naissance de ma sauveuse. Et puis je vais prendre action parce que... J'ai envie. »


Le sourire de Venise s’agrandit, ses yeux se plantent dans les miens. C’est bon j’ai compris ce que tu veux princesse. Et je vais le faire. Mais je n’irais pas plus loin. Parce qu’Aiden n’est pas en état pour ça. Je secoue la tête, termine mon verre d’Ice Tea.


« Je suis née le… 13 Août ! Ta sauveuse ? J’ai pas fait grand-chose ! Je t’ai juste donné un petit coup de pouce ! »


Je n’ai pas compris ce qu’elle a dit. Pourquoi parle-t-elle français, d’un coup ? Est-ce-que… Est-ce que c’est l’alcool qui fait ça ? Mon Dieu, je sens que ça va partir en couille tout ça. Et le seul capable de traduire Venise est dans le même état qu’elle. À moins que Kurt sache parler français ? Je sais bien parler espagnol moi, merci maman.


« Eh princesse, parle anglais on comprend pas quand tu parles ! T’es déjà bourrée ? En même temps quand on s’enfile une bouteille de téquila presque cul sec, c’est normal. Kurt, t’as copine à une descente de dingue, fait plus attention la prochaine fois. Sinon elle va passer son temps à te balancer des bouteilles à la gueule. »


Je lui lance un clin d’œil taquin, ricane comme un sale gosse. Ma main se glisse doucement dans les cheveux d’Aiden, sourire charmeur, j’indique mes genoux d’un mouvement de tête.


« Ça vous dérange pas si on fait comme vous ? Boucle d’or, vient sur mes genoux au lieu de te coller discrètement ! Et pour moi ça sera action. Et arrêtez de boire un peu. Je veux pas faire la nourrice. Kurt, il y aurait pas autre chose à manger que des chips ? »


J’agite le paquet de chips presque vide, qu’Aiden a bien entamé.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 17 Déc - 0:16




J'aime bien le rhum. C'est beaucoup trop fort pour moi, bien sûr, mais bon. C'est sucré. J'adore tout ce qui est sucré. Surtout les bonbons. Et puis les gâteaux. Ma mère fait de très bons gâteaux. En fait je crois que j'adore surtout manger. Je mange absolument tout le temps. J'ai pas faim pourtant. C'est juste que... J'adore manger. Au centre, j'ai une planque avec des sachets de bonbons au fond de mon placard. Dernièrement, elle m'a beaucoup servie. Mais maintenant, ça va aller mieux. Je me suis réconcilié avec mon meilleur pote. Celui que j'avais envie d'éventrer y'a pas tant de temps que ça. Mais l'alcool nous a aidé à... Je sais plus. A ma droite, il y a un type avec le physique d'un demi-dieu. Non: d'un dieu tout court. Je bois ses paroles. Chacun de ses mots qui sortent de sa jolie bouche glissent dans mes oreilles, sans que je n'en enregistre le sens. C'est juste... sa voix. Il m'a envoûté. Son sourire est merveilleux. A chaque fois que ses lèvres s'étirent, les miennes font de même. Je suis bien, contre lui. Une onde de chaleur se répend en moi à chaque fois qu'il me regarde. C'est certainement à cause de tout le rhum que j'ai bu. Où est mon verre d'ailleurs?

- Je suis née le… 13 Août ! Ta sauveuse ? J’ai pas fait grand-chose ! Je t’ai juste donné un petit coup de pouce !

Oh, sa date de naissance est juste à côté de celle de Kurt! Ils se sont bien trouvés, tous les deux. Ça devait être le destin, je suppose. Est-ce que mon destin, c'était de m'engueuler avec Kurt pour me rendre compte que je faisais fausse route? Probablement. J'ai peur de ce que me réserve le destin à l'avenir. Probablement un autre verre de... rhum. Les vikings sont sensés tenir l'alcool. J'ai du sang de viking. Mon père est suédois. Mais ma mère est québécoise. Je crois que j'ai pas hérité des bons gènes. Tant pis, je suis condamné à boire de l'eau... de vie.

- Eh princesse, parle anglais on comprend pas quand tu parles ! T’es déjà bourrée ? En même temps quand on s’enfile une bouteille de téquila presque cul sec, c’est normal. Kurt, t’as copine à une descente de dingue, fait plus attention la prochaine fois. Sinon elle va passer son temps à te balancer des bouteilles à la gueule.

Quoi, elle n'a pas parlé anglais? Je ne m'en suis même pas rendu compte. Kurt ricane, hoche la tête et se penche en avant pour attraper la bouteille de rhum, qu'il pose de son côté. Il l'éloigne de moi, de façon à ce que je ne puisse plus boire et Venise non plus. Lui, il tient bien l'alcool. Pourtant il a pas de sang de viking... Ah mais... Je crois me souvenir que Roxane est Irlandaise. Ou Écossaise. Merde, j'en sais trop rien. Mon cerveau embrumé laisse filer mes pensées comme de la fumée. Quelque chose se glisse dans mes cheveux, doucement. Je tourne la tête, comprends enfin l'origine des caresses. Eiji. Je me sens à nouveau rougir. J'adore qu'on me touche les cheveux. J'ai pas les cheveux courts. Mon père tolère, parce qu'il a lui même les cheveux longs. Dans sa jeunesse, il était blond comme les blés, un peu comme moi. Maintenant, il vire au roux. Je sais pas pourquoi je pense à ça maintenant. Mais en tout cas j'adore ce qui est entrain de se passer.

- Ça vous dérange pas si on fait comme vous ? Boucle d’or, vient sur mes genoux au lieu de te coller discrètement ! Et pour moi ça sera action. Et arrêtez de boire un peu. Je veux pas faire la nourrice. Kurt, il y aurait pas autre chose à manger que des chips ?

Nouveau pic de rougissement, je plante mes yeux dans ceux d'Eiji. Quoi? Moi? Sur ses genoux à lui? Je suis pris d'une bouffée de chaleur face à son sourire charmeur. Et sans même avoir le temps de me rendre compte de mon déplacement, je suis déjà installé sur celui qui me fait tourner la tête. J'ai chaud. Très chaud. Trop chaud. Pourtant je ne me sens pas mal. Juste... parfaitement incapable de gérer les fourmillements qui parcourent mon être et font faire des loopings à mes entrailles.


Aiden s'installe sur Eiji comme si de rien n'était, sourire timide sur les lèvres. A quel moment on en est arrivés là? J'ai l'esprit un peu embrumé par l'alcool. Eiji veut autre chose à manger, j'écarte un instant Venise pour aller chercher l'autre paquet de chips amené par Aiden. De retour à ma place, je reprends Venise sur mes genoux et m'affaire à observer les deux drôles de lurons qui se tournent autours depuis tout à l'heure.

- Si tu veux autre chose, au pire je peux commander des pizzas...

J'ai une bonne adresse. Et puis ça serait peut-être effectivement une bonne idée d'éponger un peu tout ce que Venise a bu. Une bouteille de tequila.. Manquerai plus qu'elle se mette à comater. J'arrête de boire, par mesure de sécurité. J'ai l'esprit clair. Je tiens très bien l'alcool. Mais Venise a trop bu. Je ne l'avais jamais vu ivre. Elle est drôle, à parler français et à ricaner toute seule. Il y a un petit jeu de regards entre elle et mon petit frère. On dirait qu'ils complotent un truc. Une alliance secrète. Oh je crois que j'ai compris. Eiji a demandé une action? Je vais les aider un peu. Je glisse mes mains sur la taille de Venise, l'attire de façon à pouvoir chuchoter à son oreille:

- Dis lui d'embrasser Aiden...

Bien sûr, mon chuchotement est légèrement exagéré de façon à ce que les principaux intéressés puissent deviner mes dires. Mes yeux ancrés dans ceux d'Eiji, j'affiche mon plus beau sourire goguenard. Aiden ne décroche pas ses yeux d'Eiji. Il est mignon. Je l'ai toujours vu avec des filles, c'est étrange que son autre facette ne se soit pas manifestée... plus tôt.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 17 Déc - 17:26

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Est-ce que je cherche la merde en lançant ce défi ? Oui. Est-ce que j’ai l’intention de profiter de l’état d’Aiden pour faire mon petit business ? Bien sûr que non. Est-ce que je trouve Aiden incroyablement mignon à rougir toutes les deux minutes ? Oh putain oui. Kurt nous regarde bizarrement. J’aurais peut-être dû le prévenir plus tôt, de mon orientation sexuelle. Des fois qu’il soit un putain d’homophobe que je déteste tant. Mais je me voyais mal arriver devant lui en disant « Hey grand frère ! Au faite, je suis bi, j’aime autant les chattes que les bites ! J’espère que ça te dérange pas ! Kiss sur ton boule ! » Ouais. Ça le fait vraiment pas. Dans tous les cas il a très bien dû comprendre quand je lui ai dit que mon but premier était de le faire finir dans mon lit, avant de savoir qu’il était mon frère.  Aiden s’installe doucement sur mes genoux, je le laisse faire, sourire fier sur le visage. Même si je ne veux pas profiter de lui, je remercie quand même l’alcool de me laisser entrevoir ce que je pourrais avoir avec lui, une fois qu’il réussira à s’assumer complètement. Je suis du genre tactile. J’aime le contact des gens que j’apprécie. Et là… J’aime le contact d’Aiden. Je n’arrive pas à savoir si c’est bon ou mauvais signe. Tout simplement car je ne tombe pas amoureux. Il n’y a que de l’attirance. Pas d’amour. Je suis pas fait pour ça. Les gens partent trop rapidement. En te laissant le cœur en pleine hémorragie derrière.

Kurt se lève pour aller chercher l’autre paquet de chips. C’est pas avec ça que Venise et Aiden vont éponger leur taux d’alcoolémie. Il faut autre chose. Des pâtes. C’est bien les pâtes.


« Si tu veux autre chose, au pire je peux commander des pizzas… »


Je secoue la tête. Pas besoin de se ruiner pour acheter quatre pizzas. Venise doit bien avoir un paquet de pâtes ou de riz chez elle. Tout le monde à ça. Ça m’arrangerait qu’Aiden dessoûle un peu. Histoire que le jeu ne nous fasse pas faire un truc qu’on regrettera demain. Parce que Kurt à l’air de très bien avoir compris ce qu’il se passait. En même temps les regards que Venise me lance sont tout sauf discret. Le blond est le seul à ne pas les avoir remarqués, trop occupé à me dévorer du regard. J’aimerais bien savoir ce qu’il lui passe par la tête quand il me regarde. Juste histoire de savoir si on est sur la même longueur d’onde. Nan finalement je veux pas savoir. Kurt rapproche Venise un peu plus de lui, les bras enroulé autour de sa taille de guêpe, il lui murmure quelque chose à l’oreille, petit sourire sur les lèvres. Oh non Kurt. Y’en a déjà assez d’une et de son plan à la con là, ne vient pas te rajouter là-dedans. Et pourtant c’est exactement ce qu’il fait. Le sourire de Venise s’agrandit, elle se met à sautiller sur Kurt, sans pression. Allez-y ouais. On vous dérange pas.


« Eijiiii ! Embrasse Aiden ! »


Et voilà. J’en étais sûr. Putain. Pourquoi je suis venu ici déjà ? Je soupire, secoue la tête en lançant un regard faussement méchant à Kurt et Venise, que mon petit sourire trahit. Je me tourne vers Aiden, plante mes yeux dans les siens. Il est déjà en train de rougir. Il va finir par ne plus avoir de sang dans le reste du corps à la longue.


« Boucle d’or, on le fait pas si t’as pas envie. Alors si tu ne veux pas, dit le maintenant. »


Il secoue la tête doucement, je lâche un petit soupire. Tu l’auras voulu Aiden. Si tu veux que je t’embrasse, je ne compte pas y aller avec le dos de la cuillère. Je suis du genre à faire les choses à fond. Je glisse une main derrière sa nuque, l’autre attrape doucement le col de son tee-shirt pour l’attirer contre moi. Je m’approche de lui, lentement, pose mes lèvres sur les siennes, d’abord timidement, puis plus franchement. Ma main vient caresser doucement sa joue, ma langue glisse doucement sur ses lèvres, sensuellement. Je continue de l’embrasser langoureusement, je ne sais pas vraiment combien de temps cela dure tant le goût de ses lèvres m’hypnotise. Elles sont aussi douces que ses cheveux. Est-ce que tout chez lui est aussi doux ? Je n’en sais rien. J’en veux plus. Je mordille doucement sa lèvre inférieure, ouvre les yeux brusquement en me rendant compte que je pourrais perdre le contrôle si je rends ce baiser un peu plus sauvage. Je m’écarte doucement, plante mes yeux dans les siens, sourire charmeur. Putain de merde, qu’est-ce que je donnerais pour recommencer.


« Venise, tu vas me le payer. Toi aussi Kurt. Et si on mettait un peu de musique ? »


Je m’écarte d’Aiden, m’avance vers la régi musique du bar que j’avais repéré en rentrant. Je fouille un instant dans l’ordinateur où je trouve sans trop de soucis le logiciel qui gère les playlist du bar. Je n’ai qu’à brancher mon téléphone et lancer ma propre playlist, sans oublier de rajouter quelques musiques destinées à ma vengeance. Venise est une danseuse passionnée. Je l’ai bien vue la dernière fois. L’alcool aide à faire ressortir la bête qui sommeil en nous. Je suis prêt à parier que cette déesse blonde ne sait pas que danser la valse. Mais quelque chose de bien plus provoquant. Considère ça comme un cadeau grand frère. J’espère que tu feras la connerie de laisser ton instinct de Yume prendre le dessus. Freakum Dress de Beyonce se lance, je reviens à ma place en chantant. J’adore Beyonce. Mais pas autant que Venise on dirait. La blonde se lève d’un coup, son regard à changé d’un coup. C’est le même genre de regard que j’ai en rentrant sur le terrain au baseball. Le regard de celui qui veut en découdre avec ses adversaires. Qu’est-ce qu’il lui prend d’un coup ? Elle commence à danser, chorégraphie qu’elle semble connaître par cœur. Y’a un truc qui tourne pas rond chez elle quand elle est bourrée. Elle est en train de devenir une allumeuse là. ‘Manquerais plus qu’elle enlève son pull. Ah. J’ai parlé trop vite. Heureusement qu’elle a un débardeur en dessous. Débardeur transparent qui laisse entrevoir sa magnifique lingerie. Mon dieu, Kurt sort réellement avec une déesse. Petit regard interrogatif, l’air de lui demander ce qui se passe avec Venise, mais il est trop occupé à la mater. La musique se termine, le show de Venise aussi, elle est à peine essoufflée. C’est une pro de la danse.


« Kurt, jvais chercher mon fric et on se casse. Tu dois dire à personne mon secret d’accord ? Tu me promets.»


Secret ? Fric ? Se casser ? Elle est au courant qu’elle est chez elle ? Et qu’on est ici ? Non définitivement, Venise a beaucoup trop bue. Je veux pas connaître cette histoire de fric, de danse et de secret. Je me laisse tomber contre Aiden en poussant un long soupire. Kurt se prend un fou rire pas possible, Venise le regarde sans comprendre, ricane, cherchant à savoir si elle doit rire ou non. Mon Dieu c’est ridicule. Je lâche un ricanement silencieux, tourne la tête vers Aiden.


« Jcomprends rien. Ça va toi ? Nan. T’as l’air aussi bourré que Venise. Tu vas pas te mettre à faire n’importe quoi comme elle hein ? Quoique ça pourrait être drôle. Je te filmerais. Et demain tu me détesteras. »


Faut vraiment que je trouve la cuisine et que je leur donne autre chose à manger que des chips. Et que je les couche tous. Au lit les vieux. Dire que c’est le plus jeune qui s’occupe de tout.


« Est-ce que vous vous rendez compte quand même que c’est le plus jeune qui est le plus sobre ici ? Vous me faîtes chier les vieux !
-T’es juste pas drôle Eiji ! Et puis en plus, j’ai le même âge que toi. J’ai sautée une classe parce qu’on est tous des génies dans ma famille. Sauf moi. Moi c’est juste que je savais déjà lire et compter. Et… Je sais plus ce que je voulais dire. »


Elle se met à ricaner toute seule. Elle est complètement déchirée. Plus le temps passe et plus j’ai l’impression que depuis tout à l’heure, elle s’enfile des verres en douce. Ce qui est probablement le cas.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 17 Déc - 23:24




Hypnotisé. Voilé, c'est le terme. Il n'y a plus rien qui compte, sinon lui et tous ses mots. Kurt parle de pizzas. D'habitude, mon monde s'arrête pour de la bouffe. Là, étrangement il y a quelque chose -ou plutôt quelqu'un; de bien plus intéressant que la plus incroyable des pizzas au chèvre miel. J'aperçois Venise qui sautille, sur les genoux de Kurt. Qu'est ce qu'il se passe?

- Eijiiii ! Embrasse Aiden !

Hein? Je me sens devenir encore plus rouge que toutes les autres fois réunies. Enfin, si c'est possible. Eiji? M'embrasser moi? Je mentirai si je disais être contre l'idée. Mais une toute petite partie de moi me rappelle que je suis avec Margaux. Et en même temps, c'est une occasion incroyable à saisir. J'emmerde le monde, j'ai envie d'embrasser Eijiro.

- Boucle d’or, on le fait pas si t’as pas envie. Alors si tu ne veux pas, dit le maintenant.

Petit sourire de ma part, je secoue doucement la tête. J'ai incroyablement envie de t'embrasser, Eiji. Dépêche toi avant que je ne changes d'avis. Ses mains m'attirent à lui, je frissonne doucement. C'est agréable. Lorsque ses lèvres effleurent les miennes, les papillons dans mon ventre s'envolent tous en même temps. Ils retournent tout, à l'intérieur de moi. Tous mes organes font des sauts-périlleux. Surtout mon cœur, je crois. Je le sens partir à vau-l'eau, en roue libre. Je ne sais pas si c'est l'alcool, je ne sais pas si c'est Eiji ou si c'est autre chose mais j'ai l'impression de redevenir un espèce de gosse expérimentant pour la première fois les jeux de l'amour. Et ça me plait, étrangement, de ne rien contrôler. Sa main vient caresser ma joue, j'adore ce contact. Il n'y a plus rien autours de moi, autours de nous. C'est silence radio. Et même si je sais que c'est pour un jeu, une toute petite part de conscience en moi m'insuffle l'espoir que ça ne soit pas totalement de cette nature, pour Eiji. Ce dernier approfondit le baiser, je réponds immédiatement à ses avances. Il embrasse incroyablement bien. C'est la chose la plus incroyable que j'ai fait de ma vie. Bon, ok, l'une de choses les plus incroyable que j'ai fait dans ma vie. C'est un truc que même l'alcool ne pourra pas effacer de ma mémoire. J'ai perdu la notion du temps en même temps que celle de l'espace. J'aimerai continuer de l'embrasser toute la nuit et même après. En fait, je crois que je n'avais jamais embrassé quelqu'un avec autant de plaisir à le faire. La faute à l'alcool? Je veux croire que non. Eiji se fait plus entreprenant, mordille ma lèvre inférieure. J'ai un minuscule sourire, amorce un mouvement pour aggriper son tee-shirt. Mais déjà, il se détache de moi, semblant réaliser quelque chose. Mon sourire s'étire, refuse de se décrocher de mes lèvres. L'environnement revient lentement, autours de nous. Comme si tout avait cessé d'exister le temps d'un baiser. Et j'ai envie de recommencer. Maintenant. Pourquoi n'ai-je pas fait ça plus tôt? Comment ai-je pu être aussi con? Aussi aveugle? Aussi coincé? C'est la première fois que j'embrasse un mec. Est-ce que c'est toujours comme ça? Non. Eiji a un truc, c'est sûr. Mais peu importe, tout ce qui compte c'est que j'ai envie qu'il continue. Je m'apprête à lui dire, mais il est plus rapide que moi.

- Venise, tu vas me le payer. Toi aussi Kurt. Et si on mettait un peu de musique ?

De la musique? Eiji s'éloigne, j'ai soudain un peu froid. Il revient rapidement, après avoir mit sa musique. Venise bondit des genoux de Kurt, mais moi je n'ai d'yeux que pour une personne dans la pièce. Et cette personne reprend justement sa place à mes côtés. Sans me gêner, je me recolle contre lui, mon bête sourire toujours pendu aux lèvres.


Ouah.

Je ne pensais pas que j'allais trouver ça si... ouais, étrangement normal. Encore une fois, peu m'importe l'orientation sexuelle des gens. Mais quand depuis des années, on a connu et fréquenté une personne qu'on pensait hétéro, la voir embrasser une personne du même sexe c'est étrangement surprenant. Je me suis toujours demandé si on naissait avec son orientation, ou non. En fait la question est un peu conne, puisque je ne me suis jamais posé la question de ma propre orientation sexuelle. Aiden non plus, ne se l'est certainement jamais posée. Jamais jusqu'à Eiji. Et vu le regard de la petite tête blonde, il est loin, mais alors très loin d'avoir trouvé l'expérience désagréable. J'ai un petit rire alors que Eiji se détache d'Aiden dont le sourire ne veut décidément pas décliner. De la musique hein? Mon cerveau met quelques secondes à reconnaître la musique de cette fameuse soirée.

La battle. Les pizzas. Le pick-up. Notre presque premier baiser. Venise bondit de mes genoux, à l'évidence montée sur ressorts, j'ai un petit ricanement lorsqu'elle commence sa chorée. Mais mes rires laissent bientôt place à l'admiration. L'autre fois, je n'avais vu qu'une partie de la danse. Et puis j'étais en hauteur, au milieu de la foule. Là c'est différent. Certains de ces mouvements me donnent chaud. Trop chaud. Mais la plus grande bouffée de chaleur vient lorsque Venise arrache son haut. Je lâche un "bloody hell" lorsqu'elle se retrouve en débardeur, laissant apercevoir sa lingerie. Est-ce qu'elle porte toujours des trucs sexy, comme ça? Mon regard fiévreux la déshabille encore un instant lorsqu'elle finit sa performance.

- Kurt, jvais chercher mon fric et on se casse. Tu dois dire à personne mon secret d’accord ? Tu me promets.

Mon sourire s'étire, je me prends un fou rire qui manque de me faire tomber de mon siège devant tant de sérieux de sa part. Non, Venise, je ne dirai à personne ton secret. Enfin là, tu viens quand même de lâcher la bombe. Je l'adore, vraiment. Il n'y a qu'elle pour me faire tant rire, tant pleurer, tant aimer. Eiji s'adresse à Aiden qui lui répond d'un petit rire, moi je fais taire les derniers ricanements qui secouent ma cage thoracique.

- Est-ce que vous vous rendez compte quand même que c’est le plus jeune qui est le plus sobre ici ? Vous me faîtes chier les vieux !
- T’es juste pas drôle Eiji ! Et puis en plus, j’ai le même âge que toi. J’ai sautée une classe parce qu’on est tous des génies dans ma famille. Sauf moi. Moi c’est juste que je savais déjà lire et compter. Et… Je sais plus ce que je voulais dire.

Oh alors... Venise et moi avons un an d'écart? Je ne m'y attendais vraiment pas. J'ai un petit sourire, attrape son poignet pour l'attirer à nouveau à moi alors qu'elle se met à rire seule. Cette fois, je l'installe face à moi, bien avancée sur mes cuisses. Mes doigts se glissent sur ses reins, sous son débardeur.

- Tu sais que je t'aime toi? T'es vraiment pas croyable. Ta chorée était super, encore plus géniale que la dernière fois.

J'attrape son menton, l'embrasse délicatement avant d'approfondir le baiser. L'alcool ne m'a pas fait oublier mes leçons de french kiss. Je retrouve sur ses lèvres le goût de toute la tequila qu'elle s'est enfilé plus tôt dans la soirée. Et je dois dire que ça me plait, en plus du goût habituel de ses lèvres dont je ne peux plus me lasser. Je détache mes lèvres des siennes, glisse une mèche de ses cheveux en bataille derrière son oreille en souriant.

- Woaw, alors t'es plus jeune que moi hein.. C'est du recel d'informations ça, si j'avais su peut-être que notre histoire aurait été différente...

J'embrasse le bout de son nez, lui fait un sourire charmeur. Bien sûr que ce que je viens de dire est de la pure connerie.

- Bon alors je vais te donner une vérité parce que je suis ton aîné et que je suis par extension le plus vieux de cette soirée, donc je décide. Tu as déjà trompé un de tes ex? Oh et je suis le premier américain que tu te tapes, ou alors il y a eu d'autres chanceux avant moi?

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Lun 18 Déc - 11:50

Personnage utilisé : Venise Morlevent







Y a de la musique qui résonne dans ma tête. C’est la même qu’à la battle. Freakum Dress. J’ai explosé toutes ses catins. J’ai gagnée. C’est normal. Je suis trop forte. Personne ne peut me battre à la danse. Sauf peut-être Luka. Il est très fort Luka. Parce que sa mère le fouettait avec sa ceinture quand il faisait pas les choses bien. Je l’aime pas la mère de Luka. C’est une grosse connasse.
Eiji vient d’embrasser Aiden. Ça avait l’air super bien. Moi aussi je veux qu’on m’embrasse comme ça. Est-ce que Eiji voudrait m’embrasser comme ça ? Ah bah non. Il peut pas. Je suis avec Kurt. Et Eiji aime Aiden. Venise aime Kurt. J’ai chaud. Super chaud. Heureusement, c’est maintenant que je dois enlever mon haut dans la danse. J’ai un débardeur en dessous. Enfin je crois. Je me souviens plus si je me suis rhabillée complètement quand Aiden est arrivé. C’est pas grave au pire. J’ai trop chaud pour rester en débardeur. Et il faut que je dise à Kurt de rien dire sur mon secret. Parce que les gens vont croire que je suis une pute. En faite c’est ce que je suis. Je danse et je chauffe le public pour gagner de l’argent. L’argent c’est cool. On peut acheter des tonnes de fringue avec de l’argent.


« Kurt, jvais chercher mon fric et on se casse. Tu dois dire à personne mon secret d’accord ? Tu me promets. »


Kurt explose de rire. Quoi ? Qu’est-ce qu’il se passe ? C’est drôle mon secret ? Est-ce que je dois rire aussi ? Je me mets à ricaner, au cas où il faudrait rigoler aussi. Faut toujours rigoler au cas où, après tu passes pour une conne. Enfin là je sais vraiment pas ce qu’il y a de drôle. C’est parce que j’ai mal dansé c’est ça ? Pourtant je danse toujours bien. Pourquoi il se moque de moi ?


« Est-ce que vous vous rendez compte quand même que c’est le plus jeune qui est le plus sobre ici ? Vous me faîtes chier les vieux !
- T’es juste pas drôle Eiji ! Et puis en plus, j’ai le même âge que toi. J’ai sautée une classe parce qu’on est tous des génies dans ma famille. Sauf moi. Moi c’est juste que je savais déjà lire et compter. Et… Je sais plus ce que je voulais dire. »


J’ai la tête qui tourne. Faut que je m’asseye. C’est marrant quand ça tourne. Alors je mets à rire toute  seule. Parce que c’est vraiment drôle ça. Youhou comme on dit. Kurt m’attrape le poignet et m’installe sur lui à califourchon. Je suis bien comme ça. J’aime bien être contre lui.


« Tu sais que je t'aime toi? T'es vraiment pas croyable. Ta chorée était super, encore plus géniale que la dernière fois. »


Ah bon alors. Ça me rassure. Parce qu’il m’a mit le doute avec ces conneries là. Je danse toujours bien. Je suis une championne. J’ai des tas de coupes dans ma chambre. Luka et moi on a presque toujours gagnés. Kurt kidnappe mes lèvres, me fait un french kiss comme je lui ai appris. Bien sûr je lui réponds. Je sais bien faire les french kiss. Parce que je suis française. Les parisiennes sont les reines du romantisme. Et de la râle aussi. On sait bien râler nous.


« Woaw, alors t'es plus jeune que moi hein.. C'est du recel d'informations ça, si j'avais su peut-être que notre histoire aurait été différente... »


Il embrasse mon nez, je me mets à loucher pour regarder ce qu’il a fait. C’est quoi qui aurait été différent ? J’ai pas entendu ce qu’il a dit. Enfin j’ai pas écoutée plutôt.


« Bon alors je vais te donner une vérité parce que je suis ton aîné et que je suis par extension le plus vieux de cette soirée, donc je décide. Tu as déjà trompé un de tes ex? Oh et je suis le premier américain que tu te tapes, ou alors il y a eu d'autres chanceux avant moi? »


C’est lui le plus vieux ? Ah bon. Il est né quand Aiden ? Faut que je lui demande. Parce que j’aime bien fêter les anniversaires des gens. J’adore faire des cadeaux. Parce que je suis trop forte j’ai pleins d’idées. Si j’ai déjà trompé un de mes ex ? Non. Ça je le sais parce que j’étais super amoureuse d’eux et que quand on est super amoureux eh bah on va pas voir ailleurs. Par contre eux, ils m’aimaient pas. Ils allaient toujours voir ailleurs.


« Tromper ? C’est quand on va voir ailleurs qu’on est en couple ? Moi je vais pas voir ailleurs parce que je suis amoureuse pour ça. J’ai euu… » Faut que je les comptes sur mes doigts. « Je crois que j’ai assez de doigts cette fois si. J’ai eu huit ex. Ils m’ont tous baisé. Parce que je suis toujours le gros lot qu’il faut baiser. C’est parce que je suis bonne ? Kurt je suis bonne ? » Je colle ma poitrine contre lui et me met avec ses cheveux en ronronnant. Je suis un putain de chat. « Miaouuuu, on me traitait de panthère avant. Il me baisait, je leur faisais plaisir, je leur taillais même des pipes alors que je déteste ça. Il me promettait tous la belle vie. Comme quoi j’étais une princesse et qu’ils allaient me rendre ma couronne. Et puis en faite ils allaient baiser d’autres putes. Valentin m’a trompé pleins de fois. Je l’aimais vraiment Valentin. Il était drôle. Il était très beau. Mais lui je crois qu’il m’aimait pas. Il voulait juste sortir avec la fille qui envoyait chier tout le monde parce que j’aimais pas le monde. Et le jour de nos un an, je voulais lui faire une surprise. J’avais acheté pleins de trucs, tout ce qu’il aimait. Et il est venu me présenter sa nouvelle petite copine. En m’offrant mon cadeau des un an. Je l’ai brûlé son sweat. Et j’ai voulue brûler sa maison aussi. Mais j’ai déménagée. Et j’ai failli me faire violer. Et j’ai trouvé Kurt. Les américains sont sexy parce qu’ils parlent pas français. Kurt c’est le plus sexy parce qu’il a un accent en plus. Et puis il est gentil. Je suis pas une poupée gonflable avec lui. C’est toi Kurt ? Tu sais quoi ? Je vais trouver tout ce que tu aimes. Absolument tout. Et je vais faire en sorte que tu me quittes jamais. Je t’attacherais s’il faut. T’es à moi maintenant. Et je te partagerais avec personne. Qu’est-ce que tu aimes Kurt ? Comment je pourrais te faire plaisir hein ? »


Comment je pourrais faire en sorte qu’il m’aime pour toujours ? Je me mets à embrasser son cou, sensuellement. Je laisse traîner ma langue, glisse mes mains sous son tee-shirt. Une musique de Two Feet se lance. J’adore Two Feet. C’est super facile de danser dessus. Et quand y a de la musique, je peux pas m’empêcher de danser. C’est dans mes veines. Je m’écarte, démarche féline, je crois que je pourrais danser toute la nuit.


« Eh petite danseuse, j’ai embrassé Aiden, t’as qu’à t’amuser avec Kurt. »


M’amuser ? J’ai envie de m’amuser. Je tire une chaise vers moi, attrape Kurt par le col et vient l’assoir sur cette même chaise. Je veux lui faire plaisir. Je veux ensorceler son cœur pour qu’il ne me quitte jamais. Pour qu’il n’aime que moi et moi seule. Personne d’autre n’est autorisé à le toucher maintenant. Il sera à moi. Pour toujours. Il ne me brisera jamais le cœur. Je lui tourne autour, vient m’assoir sur lui. Je tourne la tête, rejette mes cheveux en arrière. Je sais faire. Les strip-tease c’est ma spécialité. J’arrache mon débardeur qui me donne trop chaud, le passe derrière le cou de Kurt et tire pour l’attirer contre ma poitrine. J’espère que je le chauffe assez pour qu’il ait envie de moi. Parce que moi, j’ai très envie de lui. Maintenant.   

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Lun 18 Déc - 23:09




J'attends sa réponse en souriant d'un air béat. Elle est trop drôle, comme ça. Je ne l'avais jamais vu ivre. Elle ne tient peut-être pas bien l'alcool... ou alors elle a trop bu. Ça doit être ça. Il faut que j'arrive au moins à me souvenir de ne pas la laisser seule avec une bouteille, en soirée. De ne pas la laisser seule tout court, en fait.

- Tromper ? C’est quand on va voir ailleurs qu’on est en couple ? Moi je vais pas voir ailleurs parce que je suis amoureuse pour ça. J’ai euu…

Mon sourire s'élargit. Moi non plus je n'ai jamais trompé personne. Enfin pas volontairement, quoi. Y'a quelques filles qui, profitant de l'ivresse des soirées étudiantes, ont capturé mes lèvres, parfois plus. Alors que j'avais déjà quelqu'un. Enfin, je suis toujours réglo. Ces cas extrêmes ont du m'arriver une fois ou deux. Et dès le lendemain, j'allais m'expliquer avec la personne qui avait le statut de ma copine. Sauf que moi, je savais très bien ce qu'elles étaient pour moi, ces filles. Pas de sentiments. Et quand elles manifestaient un peu trop d'autre chose, j'y mettais fin. Je ne m'attachais pas, alors pourquoi vouloir s'attacher en retour? Bien sûr, je ne disais pas officiellement qu'elles étaient mes sex-friend. Déjà parce que de un, ça fait tâche. Beaucoup de filles avec qui je suis sorti n'auraient pas accepté de porter ce statut. Non, elles ce qu'il leur fallait, c'était se dire "la copine de Hook". Concidérons ça comme... un échange de bon procédés! Elles avaient leur petite couronne et moi je pouvais m'éclater au pieu quand je le voulais. Ouais. C'était vraiment une attitude de connard. Et puis secondo, le statut de sex-friend sous entend "relation non exclusive". Moi, je ne partage pas, même s'il n'y a pas de sentiments. C'est compliqué, hein? Mais c'est comme ça. Je met mes termes au contrat. En résumé: fidélité, disponibilité, pas de sentiments. Le dernier terme du contrat, je le laissait dans le flou. Parce que ça fait fuir certaines filles, de se dire qu'elles ne sont qu'un défouloir. Quand je repense à tout ça, même ivre, je me trouve totalement con. Un vrai connard. Un salaud. J'avais d'ailleurs cette réputation. Enfin, je dois encore l'avoir, il faudra du temps au monde pour se rendre compte que Venise est vraiment ma copine. Ma belle, intelligente, têtue, amusante, rayonnante, énergique et incroyable copine.

- Je crois que j’ai assez de doigts cette fois si. J’ai eu huit ex. Ils m’ont tous baisé. Parce que je suis toujours le gros lot qu’il faut baiser. C’est parce que je suis bonne ? Kurt je suis bonne ?

J'ai un petit rire, me mordille la lèvre lorsqu'elle se colle contre moi en jouant avec mes cheveux. T'es bien plus que simplement bonne, Venise Morlevent. T'es incroyable. Une déesse. Huit ex alors? Il n'y en aura pas d'autre. Je ne serai pas le neuvième. Et je compte garder jalousement ma place à ses côtés. Venise se met à me parler d'un de ses ex. Je suis trop ivre pour m'énerver. Ouais, je déteste déjà ce Valentin alors qu'elle m'en a à peine parlé. Ça avait l'air d'être un autre niveau de saloperie. Qui peut vouloir faire tant de mal à Venise? Pourquoi les gens ne sont-ils pas réglos? C'est pas si compliqué, de dire aux autres ses réelles intentions. Faut juste pas avoir peur que la personne s'enfuie en courant, c'est tout. Pour moi, ça a toujours marché, ou presque. Il n'y aura plus de Valentin dans la vie de Venise. Maintenant il n'y a plus qu'un Kurt. Le genre à ne pas tomber amoureux très souvent. Le genre qui s'énerve toutes les deux minutes mais qui n'a jamais autant aimé qu'il aime Venise Morlevent.

- Mais j’ai déménagée. Et j’ai failli me faire violer. Et j’ai trouvé Kurt. Les américains sont sexy parce qu’ils parlent pas français. Kurt c’est le plus sexy parce qu’il a un accent en plus. Et puis il est gentil. Je suis pas une poupée gonflable avec lui. C’est toi Kurt ? Tu sais quoi ? Je vais trouver tout ce que tu aimes. Absolument tout. Et je vais faire en sorte que tu me quittes jamais. Je t’attacherais s’il faut. T’es à moi maintenant. Et je te partagerais avec personne. Qu’est-ce que tu aimes Kurt ? Comment je pourrais te faire plaisir hein ?

J'ai un petit sourire. Mon accent? Je l'ai hérité de Roxane. Elle est écossaise. Et elle a quitté son pays dès ses 18 ans. Et puis moi, à force de l'entendre parler, j'ai repris certaines tonalités de son accent. Alors Venise me trouve gentil? Ça fait plaisir à entendre. Je m'apprête à lui dire de ne pas trop se fier aux connards que l'on croît gentils, lorsque ses lèvres viennent se loger dans mon cou. Je suis pris d'une bouffée de chaleur lorsque sa langue glisse sur ma peau. Mes deux mains resserrent la poigne sur ses reins lorsqu'elle glisse les siennes sous mon tee-shirt. Elle est dangereuse. Et elle ferait bien de s'arrêter là, avant que je ne me décide à l'emmener autre part. Venise est ivre. Et on ne profite pas des filles ivres. C'est la règle de base, celle que ma mère n'a même pas eu besoin de m'inculquer. Ouais, même moi j'ai eu le droit aux discours des mamans. Bon, Roxane est un peu space et puis elle se fiche pas mal de la pudeur et des critères sexuels de notre société. Mais j'ai quand même eu le droit au fameux "protège toi mon fils, je ne veux pas être grand mère tout de suite" et au "comment elle s'appelle?" d'un air innocent le matin suivant. J'ai pas ramené beaucoup de monde chez moi. La plupart du temps on faisait ça chez elles. Une musique de Two Feet plus tard, Venise s'écarte de moi pour me faire son petit numéro de charme. Je ne me gêne même pas pour l'oberver sous toutes ses coutures en ronronnant, le regard embrumé.

- Eh petite danseuse, j’ai embrassé Aiden, t’as qu’à t’amuser avec Kurt.

Hein? Danseuse? Amuser? Kurt? J'ai à peine le temps de réfléchir que Venise m'attrape pour m'installer sur une chaise. J'ai un peu peur de ce qui va suivre. Venise commence son show, je ne peux pas m'empêcher de l'observer avec un bête sourire gourmand ancré sur le visage. J'ai un grand soupir lorsqu'elle vient s'installer sur moi, passe mes mains dans son dos lorsque qu'elle rejette la tête en arrière. Bon sang, elle sait y faire. Il n'y a plus de sourire, sur mon visage, juste de la contemplation. Venise arrache son débardeur, j'arrête de respirer. J'entends vaguement un sifflement, certainement de la part de la seule personne capable de raison dans cette pièce: Eiji. La dernière fois que je me suis retrouvé sous elle alors qu'elle ne portait que son sous vêtement en haut, c'était pour notre cours de philosophie. Enfin je crois, j'en suis pas sûr. Le rhum m'est monté à la tête. Mes yeux glissent sur sa peau, remontent jusqu'à son visage. Je glisse mes mains sous son short, attrape ses hanches d'un air décidé.

- Je te veux. Maintenant.


Plus rapide que l'éclair, je me redresse et la soulève dans mes bras. Mes lèvres s'écrasent contre les siennes, j'ai déjà du mal à respirer. Et j'ai chaud. Trop chaud. Combien il reste de kilomètres, entre la chambre et ici? Je monte les marches en tentant de ne pas me casser la gueule, plaque Venise contre sa porte pour reprendre mon souffle. J'ai trop chaud. Vraiment trop chaud. J'embrasse sa gorge un instant, décide de retirer mon tee-shirt que je balance un peu au hasard dans le couloir. Voilà, on est mieux. J'ai un gloussement, soulève à nouveau Venise dans mes bras et pousse la porte de sa chambre. J'ai envie d'elle, toute entière. Je crois que je n'ai jamais autant désiré une personne. C'est puissant, indéfinissable. Je brûle littéralement pour elle. Une fois allongée dans le lit, je me met à accomplir ce que je rêve de faire depuis que mes lèvres ont rencontré les siennes: embrasser chaque centimètre carré de sa peau. Mes baisers dérivent sur sa mâchoire, mes doigts se glissent dans son dos pour retirer la pièce de tissus qui gênera bientôt le chemin de mes lèvres. Je m'arrête de l'embrasser, recule un peu pour la contempler. Elle est parfaite. Parfaite. Mais ça, je le savais déjà. Ça ne fait que confirmer ma théorie.

Sans plus attendre, je laisse voguer mes lèvres au grès de ses courbes voluptueuses. Mes doigts viennent explorer une région plus reculée encore. Le tissus qu'elle porte encore me gêne beaucoup je dois dire. Je roule un instant sur le côté, retire le reste de mes vêtements en grommelant des jurons. Et puis je reviens à l'attaque. Cette fois, mes lèvres s'égarent au niveau de son bas ventre. J'en veux plus. Beaucoup plus. Toujours plus. J'arrache ce qui lui reste de tissus, la questionne d'un regard éloquent. Mais je crois que je l'ai déjà en partie perdue avec mes caresses. Bon sang, ce que j'ai rêvé de ce moment.. Mes baisers descendent, s'égarent plus bas. Et je prends mon pied à lui faire prendre le sien.


Je crois que je lui ai fait perdre la tête. Littéralement. Il est très rare que je fasse ce genre de trucs. Très, très rare même. Lentement, sa respiration se calme. Je remonte pour embrasser sa joue, mais je crois que ma déesse en a finit pour ce soir. Oh. Je reste légèrement mais alors très légèrement frustré. En fait, ma frustration retombe aussitôt face à la satisfaction de lui avoir fait plaisir. J'ai un petit rire, la couvre doucement et me glisse dans les draps avec elle. Ma petite princesse que personne n’abîmera plus jamais. Mes paupières sont lourdes. Trop lourdes. Je baille, tente de lutter contre le sommeil en jouant avec ses cheveux. Mais rapidement, Morphée me rattrape. Je glisse un "je t'aime" à l'oreille de Venise, avant de sombrer à ses côtés.


Il vient de se passer un truc de fou, mais j'ai pas trop suivi quoi. Venise sur Kurt, Venise qui raconte sa vie, Venise qui enlève le haut et puis Kurt qui emmène Venise. Moi je m'en fiche pas mal. Ah, si, y'a un truc dont je ne me fiche pas: Eiji a sifflé Venise. Alors comme ça t'embrasse les gens et puis après tu mate la copine de ton frère? Je suis pas jaloux. Ok juste un tout petit peu alors hein... On se retrouve tous seuls, je continue de manger mes chips, le regard perdu dans les vagues.

- Il semblerait... que Venise et Kurt soient partis vers d'autre cieux.

Ça c'est de la constatation! J'ai un petit rire, plante mes yeux dans ceux d'Eiji.

- T'aime les chips? J'espère que t'aime pas trop ça, parce que... Y'en a plus quoi.

Je secoue mon paquet vide d'un air vraiment désolé. Et un peu déçu. Oh je crois que je pourrai pleurer pour ces chips perdu dans mon estomac. C'est sec les chips. Où est mon verre, hein? Je me met à le chercher du regard, ne tombant que sur mon verre vide. Soupir désespéré, je hausse les épaules.

- Y'a plus de chips. Et y'a plus à boire. Je t'ai déjà dit que je te trouvais terriblement, extrêmement, absolument, infiniment, terriblement mignon? Ah attends. Ça fait deux fois terriblement. Merde. Oublie ce que je viens de dire c'est...

J'ai un grand soupir, repose mon front contre son épaule. C'est trop compliqué, de penser. On devrait arrêter de penser. Arrêter de parler. Discuter moins, embrasser plus. C'est ça! C'est pourtant pas compliqué. Je relève la tête vers lui, lui fait mon plus beau sourire.

- Tu peux ramener les papillons de tout à l'heure? Ou me remontrer comment t'embrasse? Je suis pas très très sûr d'avoir bien senti...

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mar 19 Déc - 9:23

Personnage utilisé : Eijiro Calore







Eh bah voilà. J’étais sûr que cette musique fonctionnerait. Venise s’est transformé en véritable allumeuse. J’ai presque envie de demander si elle n’a pas déjà fait ça toute sa vie. Venise strip-teaseuse. Bordel, Kurt à vraiment de la chance d’avoir une copine comme cette créature du paradis. Elle le chauffe d’une manière dont aucun homme ne pourrait résister. Son débardeur tombe au milieu de la salle, son soutien gorge est désormais à la vue de tout le monde. Si on me demande quelle est ma couleur préférée, je répondrais sans hésiter le rouge. La plupart de mes tee-shirts et sweats sont rouge. Je porte bien cette couleur avec mon teint blafard. Alors bien sûr, quand je vois cette pièce de lingerie portée par cette fille qui pourrait rendre jaloux n’importe qui, je ne peux m’empêcher de lâcher un sifflement admiratif. Désolé Aiden. Mais j’aime contempler la beauté des choses. Et je ne me gêne jamais pour le faire. Venise n’a qu’à lancer un regard éloquent à Kurt pour que celui-ci l’attrape par la taille et grimpe les escaliers, certainement vers l’appartement de Venise. Je lâche un ricanement, il n’aura pas tenu longtemps. Aucun sang froid. À sa place j’aurais profité encore un peu. C’était bien trop plaisant pour ne pas en profiter encore un peu.


« Il semblerait... que Venise et Kurt soient partis vers d'autre cieux. »


T’as tout compris Aiden. Je suis surpris qu’il ait remarqué ça, alors qu’il me dévore du regard depuis tout à l’heure. Il n’en a pas conscience mais ça devient limite creepy. Mais bon. On va dire que c’est parce qu’il me trouve beau. Aiden ricane, capte mon regard de ses yeux chocolatés.


« T'aime les chips? J'espère que t'aime pas trop ça, parce que... Y'en a plus quoi. »


T’inquiète pas, je n’en mange pas. Ou très rarement. Ouais je suis le genre de mec chiant. En soirée, je ne bois pas, je ne mange pas. Simple mesure de précaution. L’alcool c’est mauvais pour la santé. Encore plus pour moi. Et les chips, c’est juste que je fais très attention à ma ligne. Je suis le genre de mec qui prend soin de ces muscles, parce que je cherche toujours à être le plus performant. Dans tous les domaines possibles. Le pauvre Aiden secoue son paquet de chips vide d’un air triste. T’as passé ta soirée à bouffer des chips, tu veux pas manger autre chose ? Et en plus il a encore soif. Désolé Aidy, le seul truc que tu vas boire maintenant, c’est de l’eau. Ou de l’Ice Tea.


« Y'a plus de chips. Et y'a plus à boire. Je t'ai déjà dit que je te trouvais terriblement, extrêmement, absolument, infiniment, terriblement mignon? Ah attends. Ça fait deux fois terriblement. Merde. Oublie ce que je viens de dire c'est... »


Oh que non je vais pas oublier ce que tu viens de me dire. Juste mignon ? Je suis pourtant un peu plus que mignon ! Je lâche un petit ricanement, suivit d’un petit soupire. Moi aussi je te trouve autant mignon que tous les mots que tu viens de me sortir  pour me qualifier. Il pose doucement son front contre mon épaule, ma main vient éprouver la douceur de ses boucles presque instinctivement. J’aime vraiment ses cheveux. J’adore les blonds. Et les blondes. Je suis attiré par eux, de façon indéfinissable. Aiden sort complètement du style de mec que j’aime me taper d’habitude. Je me demande ce qui m’attire tant chez lui, si ce n’est ses incroyable cheveux blonds. Et je crois que j’ai ma réponse. Son sourire. Son putain de sourire. Je crois qu’il pourrait me faire faire n’importe quoi juste avec un sourire sincère. C’est pas humain d’être aussi mignon juste en souriant. En faite, si. C’est le but d’un sourire. Et moi je tombe dans le panneau comme un débutant.


« Tu peux ramener les papillons de tout à l'heure? Ou me remontrer comment t'embrasse? Je suis pas très très sûr d'avoir bien senti... »


J’ai terriblement envie de le faire. Mais je ne peux pas. On ne profite pas des gens ivres. Pas comme Kurt avec Venise. Quoique Kurt était aussi ivre. Dans tous les cas, ils sont ensemble. Ils ont déjà dû faire ce genre de truc, c’est leur problème. Je ne suis pas avec Aiden. Je n’ai pas le droit de faire des choses qu’il ne voudrait certainement pas que je fasse. Je secoue la tête, me redresse.


« Je peux pas Aiden, tu le sais très bien. T’es ivre. Je suis sobre. Je ne peux pas faire des choses que tu ne voudrais peut-être pas que je fasse si tu étais sobre. On verra ça demain, d’accord ? Et puis, vue comme tu as répondu à mon baiser tout à l'heure, je suis sûr que t'as bien senti ! Mais je peux juste te donner ça en attendant. »


Je pose doucement mes lèvres sur son front, m’écarte avec un petit sourire. Je ne suis pas aussi doux d’habitude. Enfin si. Mais c’est différent des autres fois. Il y a quelque chose chez lui qui me force à être… Calme. Posé. Ce que je ne suis jamais, en toute boule de nerf et de colère que je suis. Quand je raconterais ça à Heather, elle ne va probablement jamais me croire. J’attrape la bouteille d’Ice Tea, lui sert un verre que je lui tends.


« Maintenant tu ne bois que ça, et de l’eau. Finis l’alcool, d’accord ? Les deux autres sont partis faire des galipettes en haut, je vais m’occuper de toi. Tu as faim ? Des pâtes ça te dis ? Ça te fera du bien. »


J’attends qu’il termine son verre, attrape sa main doucement et le tire hors de la banquette. Je le colle contre moi, de façon à être sûr qu’il ne tombe pas alors que je me penche pour attraper la bouteille de soda. Maintenant, il faut trouver la cuisine. Kurt et Venise sont montés. Venise doit certainement habiter juste en haut. La cuisine doit être là-bas. Est-ce que je dois boucher les oreilles d’Aiden ? Pas que les râles de plaisir de Venise me dérange, mais ça pourrait donner des idées à un Aiden complètement bourré. Je grimpe lentement les escaliers, soutenant Aiden par la taille, ouvre la porte qui donne sur un long couloir. Génial. Y a au moins six portes. Laquelle est celle de la cuisine ? On va se guider au bruit hein. Je repère le salon, derrière une porte en bois coulissante, la chambre de Venise, avec ses ornements dessus. Ok. On va dire que la cuisine est au fond du couloir. J’ouvre une porte au pif, tombe directement sur la salle que je cherche. J’installe doucement Aiden sur une chaise, me met à chercher une casserole et un paquet de pâte, que je lance en cuisson pour venir m’assoir ensuite en face d’Aiden.


« Pourquoi t’as bu si tu savais très bien que t’allais finir minable en deux verres, hein boucle d’or ? »


Bonne question. On aurait pu faire pleins de choses ensemble, s’il n’était pas bourré.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mar 19 Déc - 21:53




Alors, je vais l'avoir mon bisou oui ou merde? A priori ça sera merde pour cette fois. Je fronce les sourcils lorsqu'il se redresse, certainement pour s'éloigner de moi. Mais non, t'as rien compris Eiji, pour embrasser les gens faut s'approcher, pas s'éloigner!

- Je peux pas Aiden, tu le sais très bien. T’es ivre. Je suis sobre. Je ne peux pas faire des choses que tu ne voudrais peut-être pas que je fasse si tu étais sobre. On verra ça demain, d’accord ? Et puis, vue comme tu as répondu à mon baiser tout à l'heure, je suis sûr que t'as bien senti ! Mais je peux juste te donner ça en attendant.

Eiji embrasse mon front, je fais la moue. Mais t'as rien compris, moi c'était pas de ça que je parlais! Je gonfle mes joues, pousse un soupir boudeur. Pourquoi on verra ça demain? Pourquoi pas maintenant? Mon père dit toujours que procrastiner, c'est pas bien. En plus, je suis pas ivre. Je suis juste... ouais. En fait si. Ivre. Eiji me sert un verre d'un liquide brun. Whisky? Tant mieux. J'avais soif. Je porte le verre à mes lèvres sans hésiter. Eiji ne voudrait pas m'empoisonner, si? En fait je m'en fiche. Je ferai n'importe quoi pour lui plaire. Ah. C'est pas du whisky. Nouveau froncement de sourcil, je regarde mon verre et son contenant comme si c'était la chose la plus étrange que j'ai vu de ma vie.

- Maintenant tu ne bois que ça, et de l’eau. Finis l’alcool, d’accord ? Les deux autres sont partis faire des galipettes en haut, je vais m’occuper de toi. Tu as faim ? Des pâtes ça te dis ? Ça te fera du bien.

Eau. Plus d'alcool. Galipettes. Pâtes. Ok. Je hoche la tête, finis mon verre cul sec en souriant. Attends attends quoi? Qui est parti faire des galipettes? Ah oui. Venise et Kurt. Ils ne perdent pas leur temps, ces deux là. En même temps, Kurt c'est Kurt. Eiji a proposé des pâtes. J'adore les pâtes. J'adore manger, en fait. Que ça soit des pâtes, des gâteaux, des chips, des bonbons, des fruits, des glaces... Ma mère fait un super prinsesstårta. C'est un gâteau suédois qu'elle a appris pour faire plaisir à mon père. Et c'est super bon, avec de la crème et plein de sucre. Et moi, j'adore le sucre. Est-ce qu'Eiji aime le sucre? Ou alors il n'aime que les pâtes? Eiji attrape ma main, alors que je m'apprête à lui poser ma question. Hé, c'est qu'elle tangue drôlement, la terre. J'ai un petit rire étouffé, sens à nouveau la chaleur m'envahir lorsque je suis en contact avec Eiji. Nous montons les marches, non sans difficulté. Je me met à chantonner, histoire de me concentrer sur autre chose que sur ma peur de me casser la gueule dans les escaliers. Ma mère ne serait pas fière de moi. Mon père non plus, mais pas pour les mêmes raisons. En fait, ma mère me dirait probablement que je suis irresponsable. Et mon père me dirait probablement que ma capacité à tenir l'alcool est absolument ridicule. "Tu tiens l'alcool aussi bien qu'une fillette, Aiden!" "T'es pas un vrai viking, mon garçon!" "Je ne pourrai jamais t'emmener au bar, toi, hein?" Merci papa.

Mes pensées sont interrompues par des... gémissements? Qui peut faire autant de bruit? Oh. Eiji ne plaisantait pas quand il parlait de galipettes. Et bien, Vee et Kurt doivent bien s'amuser. Je pose mes yeux sur Eiji, qui ne semble résolu qu'à une chose: m'emmener quelque part. Quoi, tu veux qu'on prenne une chambre nous aussi, Eiji? J'ai un petit sourire, m'apprête à lui faire part de ma proposition lorsqu'il trouve enfin une sorte de cuisine. Enfin je crois. Une fois bien assis sur une chaise, je me met à chercher quelque chose dans mes poches. Qu'est ce que je cherche? Moi même je n'en sais rien. J'ai trouvé des chewing-gum. Mais avant les pâtes, c'est pas top hein? J'ai un grand soupir désespéré. J'ai soudain très envie de pleurer. Où est Eiji? Je le cherche du regard en fronçant les sourcils. Enfin, il revient vers moi, mon visage s'éclaire. Et j'ai plus du tout envie de pleurer. Grand sourire, lorsqu'il prend place devant moi.

- Pourquoi t’as bu si tu savais très bien que t’allais finir minable en deux verres, hein boucle d’or ?

J'ai un petit rire, hausse les épaules.

- 'Sais pas. Je finis pas minable moi, je suis un viking!

Je gonfle les muscles, ricane et rapproche ma chaise de la sienne lentement. Voilà. Comme ça je suis mieux. Je pianote sur mes genoux en fixant mes pieds, plongé dans mes réflexion.

- C'est facile. Je suis arrivé à cette soirée complètement stressé, parce que Kurt voulait me casser la gueule. Tu sais, l'histoire avec Venise et tout... Pffff... C'est compliqué de... se sociabiliser...

Mes doigts viennent jouer avec le bas de mon tee-shirt, que j'enroule autours de mes doigts comme un enfant qui aurait fait une bêtise. Mon ivresse ne parvient pas à calmer ma gêne.

- Et puis heu... J'étais un peu stressé de.. refaire des conneries... Enfin de me comporter comme un gros connard. Donc... Bref...

Je relève mes yeux vers les siens, un petit sourire désolé au coin des lèvres. Et puis j'avais peur d'être trop coincé, avec lui. Au moins, avec l'alcool, il n'y a pas eu ce problème. Je suis repris de bouffées de chaleur. Son visage m'hypnotise littéralement. Ses lèvres, surtout. J'ai soudain à nouveau très envie de contact. Très, très envie même. J'attrape son col, rapproche son visage du mien. Qu'est ce qui m'arrive?

- J'adore quand tu m'appelle boucles d'or, je susurre à son oreille, à la limite du ronronnement.

Et je plante mes lèvres sur les siennes. Baiser d'abord timide, que j'approfondis sans hésiter. Mes mains jouent avec son col, l'une d'elles se perd dans ses cheveux. Je pourrai passer ma vie à l'embrasser. C'est juste... incroyable. J'ai un petit sourire lorsque je le sens répondre à mon baiser qui se fait bien plus que fougueux. En fait, je sais pas pourquoi j'en ai fait toute une histoire. Embrasser une fille, embrasser un mec, c'est pareil. Mais embrasser Eiji c'est... incroyable. Mon cœur décide à nouveau de faire de grands loopings, j'ai de grands soupirs à la limite du râle. Ouais, je ne veux jamais que ça s'arrête. Ma main gauche lâche son col, descend un peu le long de son torse. C'est la même sensation étrange et fascinante que de tomber dans ses rêves. C'est peut-être l'alcool qui fait ça. Ou autre chose. En tous cas, c'est merveilleux. Il me fait chier, son tee-shirt. J'ai bien envie de lui arracher, là tout de suite. Ma main perdue au milieu de son torse agrippe le tissus de son tee-shirt. J'ai jamais autant aimé embrasser quelqu'un. Pourtant, j'en ai embrassé, des gens. Mais aucun mec. Tant mieux. Je veux qu'Eiji soit le premier et le dernier. Après ça, tout paraîtra fade. Alors je me donne à fond, histoire de bien tout marquer dans ma mémoire. L'alcool n'effacera rien de ce que je suis entrain de vivre, je le jure.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 20 Déc - 15:42

Personnage utilisé : Eijiro Calore







J’ai un mauvais pressentiment. Y a quelque chose qui va se produire, et je vais m’en mordre les doigts. Que les pâtes cuisent vite, qu’Aiden puisse s’endormir et décuver tranquille. Il ricane, hausse les épaules.


« ‘Sais pas. Je finis pas minable moi, je suis un viking ! »


Un viking ? Mais bien sûr Aiden. J’allais te le dire. T’es minable en deux verres et tu te dis viking. Mon Dieu. Il se met à montrer ses muscles en ricanant, je secoue la tête en faisant de même. Il est drôle comme ça. On dirait un enfant. Le voilà justement qui rapproche sa chaise de la mienne, il joue avec ses doigts et le bas de son tee-shirt, jouant la carte de la timidité. À moins que, même avec son degrés d’alcoolémie il ressente encore la gêne de ce genre de discussion.


« C'est facile. Je suis arrivé à cette soirée complètement stressé, parce que Kurt voulait me casser la gueule. Tu sais, l'histoire avec Venise et tout... Pffff... C'est compliqué de... se sociabiliser... Et puis heu... J'étais un peu stressé de... refaire des conneries... Enfin de me comporter comme un gros connard. Donc... Bref...»


Je lâche un petit soupire, ricanement discret face à son attitude plus que mignonne. Au final, je pense que je peux comprendre pourquoi il s’est autant laissé aller. Même si je lui aurais pardonné son attitude de connard, avec la petite discussion qu’on a eu juste avant cette soirée. J’ai à peine le temps de lui en toucher deux mots qu’il m’attrape par le col et me tire vers lui. Bordel de merde, à quoi il joue ?


« J'adore quand tu m'appelle boucles d'or. »


Putain. De. Merde. Sa voix me fait frissonner, son susurrement fait monter un grognement dans ma gorge. Et il m’embrasse. Ses lèvres s’écrasent sur les miennes, mes yeux s’ouvrent grands de surprise. Je sens ses mains passer de mon col à mes cheveux, je sens les miennes faire de même. J’ai dit que je ne pouvais pas l’embrasser. Je n’ai jamais dit que lui, ne le pouvait pas. Quel con je suis. Calme-toi Eiji. Contrôle-toi. Allez. Envoie le chier. Sauf que je ne peux pas m’empêcher de répondre. Et tout ça devient encore plus sauvage. Il pousse des soupirs, je lui réponds par un baiser encore plus fougueux. Sa main vient agripper mon tee-shirt, j’ai envie de lui arracher le sien. J’ai envie de jouer. J’ai envie de le dévorer. Tout cru. Sauf que je ne peux pas. Je ne peux pas. J’ouvre les yeux, le repousse peut-être un peu trop fort. Précipitamment je me lève, par miracle les pâtes sont cuites. Et comme un con, en voulant les égoutter, l’eau se projette hors de la casserole, finit en partie sur ma main. La douleur me transperce, je sers les dents tellement fort que je suis sûr que je me suis éclater la lèvre. Tant mieux. Comme ça, ça m’empêchera d’embrasser Aiden une nouvelle fois. Je me suis auto puni. Sauf que l’eau bouillante, eh bah ça fait vachement, mais alors vachement mal. Tant mieux. Ça m’apprendra. Ni vue, ni connue, je lui sers une assiette, me retourne pour passer ma main sous l’eau froide. Bouffe tes pâtes qu’on en parle plus. J’ai mal. Mais on va faire semblant que tout va bien.


« C’est bon ? Allez mange ton assiette Aiden. Qu’on arrête les conneries. »


Est-ce que je suis énervé. Un peu. Est-ce que je suis du genre à devenir ultra agressif quand j’ai mal ? Oui. Désolé Aiden. T’es bourré. On va dire que tu vas pas te souvenir de mon comportement avec toi. Faut que je me calme. J’ai faillit craquer. Je sens déjà la honte m’envahir progressivement. Franchement, heureusement que ces putain de pâtes étaient là. Sauvé par des féculents. J’aurais jamais cru dire ça un jour dans ma vie.  

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 20 Déc - 22:09




Je ne sais pas combien de temps on reste là, moi sur ma chaise et lui sur la sienne. On pourrait juste se mettre par terre, pour poursuivre plus confortablement. Je devrai peut-être lui proposer, parce que là je n'ai bientôt plus d'air. Mais c'est alors que je le sens me repousser, un peu trop violemment. J'ouvre grand les yeux, éberlué. Le retour sur terre est très brutal, mais heureusement j'ai l'alcool pour tout train d'atterrissage. Eiji me quitte immédiatement, je reprends mon souffle en souriant alors qu'il a le dos tourné. Si je pouvais passer mon temps à l'embrasser, je le ferai. Mais je crois que lui l'en a pas trop envie. Peut-être que je me suis planté, en fait. Pour lui, c'était juste carrément un jeu et rien de plus. Pour moi c'était plus. Depuis le début. Eiji fais des conneries de son côté, je recule ma chaise en chantonnant tout bas. Je n'arrive plus à ressentir quoi que ce soit. Ni honte, ni papillons, ni tristesse, ni déception. Je commence à être un peu fatigué, je crois. Eiji se retourne pour me servir ses pâtes, retourne se passer de l'eau sur la main. Il a dû vraiment se faire mal. Et ça c'est à cause de ma connerie. Mais j'arrive pas à culpabiliser. J'ai l'impression d'avoir oublié comment faire pour... ressentir les trucs.

- C’est bon ? Allez mange ton assiette Aiden. Qu’on arrête les conneries.

Je fais la moue. Alors c'était bien une connerie, pour lui. Pfeuh, impossible. Je tire l'assiette vers moi non sans le fixer avec un petit sourire provocateur.

- Vu la manière dont t'as répondu à ma connerie, ça n'avait pas l'air d'être une si grosse connerie que ça.

Je baille un grand coup, me lève pour m'étirer avant de me rasseoir. Ouais, je prends mon temps. J'enfile une bouchée de pâtes en chatonnant. Quoi, il va juste me regarder manger sans rien faire? Je fronce les sourcils, relève la tête vers lui.

- Tu t'assures que je manges bien correctement ce que t'as préparé? Tu devrai plutôt t'occuper de mettre un truc sur ta main... et sur ta lèvre.

Qu'est ce qu'il a fait à sa lèvre? C'est moi qui lui ai fait ça? Non, c'est pas possible. Je hausse les épaules, recommence à manger en chantonnant "Fetish" de Selena Gomez. Mes yeux trouvent ceux d'Eiji, je le fixe en mangeant d'un air totalement innocent. Oh, bah voyons, je crois que j'ai encore trouvé un autre moyen de le faire chier. Sourire innocent, je ne le lâche pas des yeux. Ma langue passe sur mes lèvres, je fais mine de regarder ailleurs. Alors alors, on va arriver à faire de nouvelles conneries? J'aimerai bien. Pauvre Margaux. Je n'aurai été qu'un connard de plus. J'ai échoué à faire comme Kurt a fait avec Venise: se poser, aimer. J'ai échoué. Je suis dans une bonne pente, là, autant y aller à fond. Je m'en tape pas mal, de demain. Là maintenant, ce qui compte, c'est tout de suite. Demain j'appellerai Margaux, demain je lui dirai que j'ai été un salaud et que maintenant c'est fini. Et elle n'aura qu'à se trouver quelqu'un de mieux. Pas quelqu'un qui la trompe. Margaux est trop gentille. Elle ferait mieux de... je sais plus. J'ai pas de conseils à lui donner, ça ne marcherai pas. Je suis moi même pas un exemple alors... Bref. Les pâtes. Eiji. Mes yeux dans les siens.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Jeu 21 Déc - 19:51

Personnage utilisé : Eijiro Calore









Il faut qu’on arrête les conneries. Il est pas en état. Moi non plus. Tout ça, ça commence à me soûler. J’ai envie de rentrer chez moi. Chez Heather ou au centre, peu importe. Juste me casser d’ici. Le mauvais pressentiment que j’avais tout à l’heure s’est confirmé, et je suis certain que ce n’est que le début. Il faut que j’arrête l’hémorragie. Autant que possible. On va déjà tenter de calmer la douleur qui me tiraille la main. Quel con je suis franchement. Se brûler avec l’eau des pâtes. Bon en même temps, je suis pas très doué en cuisine. C’est Heather qui a toujours fait à manger. C’est une pro elle. Elle pourrait peut-être venir m’aider. Parce qu’Aiden à pas l’air d’être décidé à m’écouter. C’est quoi ce regard provocateur qu’il me lance ? Dans d’autres circonstances, je me serais fait une joie de lui répondre. En y mettant les grands moyens.


« Vue la manière dont t’as répondu à ma connerie, ça n’avait pas l’air d’être une si grosse connerie que ça. »


Je lâche un grognement sourd. Il marque un point. La grosse connerie, c’est surtout que j’ai été assez con pour répondre. Aiden baille, s’étire, je le fixe pour être sûr qu’il mange bien. Ça l’aidera à désoûler, ça m’aidera à ne pas faire de connerie. La main toujours sous l’eau, j’essaye de me focaliser sur Aiden, d’arrêter de penser à ce que j’ai fait. Mais je suis juste trop… Honteux d’avoir succombé à ce péché que j’arrive d’habitude à refouler.


« Tu t’assures que je manges bien correctement ce que t’as préparé ? Tu devrais plutôt t’occuper de mettre un truc sur ta main… et sur ta lèvre. »


Je lève les yeux au ciel, tourne la tête en portant ma main valide à ma lèvre. Je ne pensais pas m’être mordu si fort. Quel con. Aiden se remet à manger, chantonnant une musique que je crois reconnaitre. Un peu trop sensuel pour être innocent. Je commence à croire que malgré son taux d’alcoolémie, il est totalement capable de réfléchir. Sauf que ce n’est pas de la bonne manière. Ses yeux dans les miens, il passe sa langue sur ses lèvres, geste qui me fait frissonner. Tu m’auras pas comme ça, mon vieux. Je suis un pro de la drague. Je connais toutes les petites techniques.


« T’as une drôle de façon de manger tes pâtes, boucle d’or… Tu crois sérieusement que ça va marcher avec moi ? Je pourrais t’allumer en dix secondes chrono. Pas que tes charmes me déplaisent, loin de là mon chou. Mais ça reste des pâtes. Et je suis pas fétichiste. Et tu restes complètement ivre. »


Je ricane, me met à chanter « Drunk in love ». La version d’Ed Sheeran, bien sûr. Queen B met la barre trop haute pour moi, ma voix ne peut pas suivre. C’est dingue ce que chanter peut me détendre d’un coup. Lentement, au rythme de la musique qui résonne dans ma tête et de ma voix dans la pièce, je sors de la pièce, non sans un petit regard pour Aiden. Venise n’est pas là pour nous présenter les lieux, je compte bien faire ma visite tout seul. Je dois trouver la salle de bain pour voir l’étendu des dégâts sur mon beau visage et trouver de la crème, s’il y en a. Je trouve la salle de bain rapidement, ouvre un petit placard qui me semble être l’armoire à pharmacie. Aiden me suit à la trace, comme un petit chien. Il est marrant comme ça. Je devrais le filmer.


« Réflexe ! »


Je lui lance une boîte d’aspirine. Mieux vaut commencer à faire des réserves. Il en aura bien besoin demain matin. Et je ne sais pas à quelle heure les deux tourtereaux vont se lever demain. J’attrape ce qu’il me faut ferme la porte de l’armoire et me dirige, toujours en chantant à tue-tête dans le couloir. Il me semble avoir vue un salon tout à l’heure. Parfait pour coucher Aiden. Je fais coulisser la porte, pénètre dans la salle en allumant la lumière. C’est spacieux. Du genre cocooning. Le genre d’endroit confortable où on se sent tout de suite chez soit. Je profite du fait qu’Aiden me suive pour le pousser sur le canapé. Je m’assois par terre en face de lui, sort mon portable pour faire semblant de jouer.


« Au dodo Aiden. Les vikings doivent aussi se reposer. »


Je lâche un ricanement discret, cache mon geste en baillant bruyamment et en dévissant le bouchon de la crème pour m'en appliquer sur la main. C'est ça, fait dodo Aiden. Je me ferais une joie de voir ta tête demain au réveil et de te raconter tout ce qui s'est passé !

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Ven 22 Déc - 17:02




- T’as une drôle de façon de manger tes pâtes, boucle d’or… Tu crois sérieusement que ça va marcher avec moi ? Je pourrais t’allumer en dix secondes chrono. Pas que tes charmes me déplaisent, loin de là mon chou. Mais ça reste des pâtes. Et je suis pas fétichiste. Et tu restes complètement ivre.

J'ai un rire franc, avale le reste de mon assiette. Si ça lui convient, j'aimerai bien qu'il me montre comment il compte m'allumer en dix secondes chrono. Moi je suis pas doué pour ce genre de chose. Kurt oui. Ça doit être un truc de famille. Je hausse les épaules. Je suis pas complètement ivre. Je suis juste... un peu... un tout petit peu ivre... Je commence à être super fatigué. La journée a été super fatigante. En fait, toute cette période de l'année a été super fatigante. J'ai envie que d'une chose: dormir. J'aimerai bien rentrer chez moi, retrouver ma chambre. M'endormir pendant des semaines, ne me réveiller que lorsque tout le monde se sera calmé. Mais si je dors, je ne pourrai plus voir Eiji. C'est triste, non? Bon, alors pas de dodo pour moi. Le brun se met à chanter, je l'écoute avec toute l'attention dont je suis capable. J'adore sa voix. Je pourrai m'endormir sur cette chaise. Eiji s'éloigne, je bondis presque par réflexe de mon siège. Ah non hein, tu ne me laisseras pas seul! Je lui emboîte le pas en l'observant comme s'il était la huitième merveille du monde. On arrive dans la salle de bain, je continue de le suivre en manquant de me ramasser tous les deux mètres. Heureusement que j'ai de bons-

- Réflexes!

Ahah. J'ai un petit rire, attrape la boîte qu'il me lance non sans mal. Trop marrant, ma tête est synchronisée avec sa voix. Je continue de ricaner dans mon coin en le suivant à la trace. S'il comptait se débarrasser de moi, c'est mort. Il continue de chanter, moi je continue de me comporter comme si j'étais son ombre. On entre dans ce qui s'apparente à un salon. Je n'ai pas le temps de faire quoi que ce soit que je me retrouve assis dans un canapé. Eiji vient s'installer devant moi, je me met à bailler.

- Au dodo Aiden. Les vikings doivent aussi se reposer.

Je ricane, me frotte les yeux. Je galère quelques secondes en essayant de quitter mes chaussures, me laisse tomber sur le côté en soupirant. J'ai pas envie de dormir. Parce que demain, ça sera galère.

- J'ai pas très envie de dormir... Je suis obligé?

A l'évidence, oui. J'ai un autre soupir, cale ma tête sur un coussin. Mes yeux commencent déjà à se fermer, mais je ne vais pas me laisser faire si facilement.

- J'ai adoré t'embrasser, je marmonne doucement. Je suis con de ne pas l'avoir fait plus tôt..

Nouveau bâillement, je ne suis plus très sûr de ce que je dis. En fait, je n'arrive plus très bien à penser.

- Il faut que... Je peux pas dormir... Il faut que je prévienne quelqu'un... Passe moi mon téléphone.. J'ai un truc important à faire..

Margaux. Je dois parler à Margaux. Je dois m'excuser tout de suite. Je dois la quitter tout de suite. Mes yeux se ferment, je sombre déjà.

- Je dois la quitter.. Je peux pas rester avec elle... Margaux mérite mieux que..

Mais je ne termine pas ma phrase. Tout a eu raison de moi. Et je sombre...

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Sam 23 Déc - 16:50

Personnage utilisé : Eijiro Calore






Aiden se frotte les yeux comme un enfant, je l’observe, un petit sourire au coin. Il enlève ses chaussures en se tordant dans tous les sens, je lâche un soupire qui s’apparente avec un ricanement alors qu’il s’allonge enfin.


« J’ai pas très envie de dormir… Je suis obligé ? »


Oui Aiden, tu es obligé. Parce que plus tu restes éveillé, plus il y a de chance que tu me refasses le même coup que tout à l’heure. Surtout que le temps n’a pas l’air de vouloir calmer les effets de l’alcool. Même Kurt et Venise ont l’air de s’être endormis. Il n’y a plus que lui qui lutte contre le sommeil, alors que ses yeux semblent avoir irrésistiblement envie de se fermer.


« J’ai adoré t’embrasser. Je suis con de ne pas l’avoir fait plus tôt… »


Je suis d’accord avec toi, Aiden. Ça m’aurait évité de l’avoir à le faire alors que tu es ivre. Et puis ça aurait certainement évité quelques emmerdes. Comme le fait que j’ai failli te casser la gueule dans les vestiaires.


« Il faut que... Je peux pas dormir... Il faut que je prévienne quelqu'un... Passe-moi mon téléphone... J'ai un truc important à faire… »


Prévenir quelqu’un ? Oui, bien sûr, dans l’état où tu es, c’est sûr que c’est une suuuuper idée.


« Je dois la quitter... Je peux pas rester avec elle... Margaux mérite mieux que… »


Je me fige d’un coup. Je crois même que mon cœur a raté un battement. Margaux ? Ok. Je vois. Très bien. Mon poing se serre, avec l’envie irrésistible de me repéter la lèvre. Ce soir, Eijiro Calore a bafoué tous ses principes. Il a embrassé quelqu’un qui n’avait pas pleinement conscience de ce qu’il faisait, à deux reprises. Il a embrassé quelqu’un qui n’était pas célibataire. Là, tout de suite, j’ai envie de tout envoyé baladé. Je me sens con. Encore plus que tout à l’heure. Ça me brûle de l’intérieur, cette honte qui m’envahit. Je me sens dégoûtant. Répugnant. Je me sens comme ce genre de gars en soirée qui force les filles. Aiden s’endort, tant mieux pour lui. Parce que je vais pas tarder à péter un câble. Sincèrement, merci Aiden de m’avoir prit pour un con. Tu comptais garder ta petite meuf au cas où ça ne fonctionnerais pas entre nous ? Est-ce qu’il comptait me le dire un jour qu’il avait une copine au lieu de me laisser espérer ? Je me lève, me dirige vers la cuisine pour m’enfiler trois verres d’eau cul sec. J’ai les nerfs à vif. Il faut que j’aille prendre l’air. Et peut-être que je ne reviendrais pas. Ils n’auront qu’à se démerder demain, ils n’avaient pas qu’à se bourrer la gueule de la sorte. Parce que je me suis bien fait entuber. Jusqu’à l’os. Je vais aller casser deux trois trucs, ça va me détendre. Heureusement que je suis venu en moto.


Personnage utilisé : Venise Morlevent






Je me sens bizarre. C’est vraiment désagréable. Vraiment. J’ai un mal de tête de pas possible. Mes paupières sont super lourdes, j’ai peur de les ouvrir, parce que je suis certaine de me déchirer les paupières en le faisant. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Ooh, bordel, je me sens vraimeeeent pas bien. Dans ma tête, c’est le bordel complet. Comme un énorme nuage qui a décidé de s’installer dans mon crâne. J’ouvre lentement, très lentement les yeux, met un moment à reconnaître l’endroit où je me trouve. Je crois que c’est… Ma chambre. Oh bordel, qu’est-ce que j’ai fait hier soir… Mon mal de tête m’empêche de réfléchir. Je ne me souviens de rien. Le trou noir complet. Lentement, à mon rythme, je me redresse doucement. J’ai froid. Pourquoi est-ce qu’il fait aussi froid dans ma chambre ? Je ramène la couette surmoi, bouge un peu. Pourquoi est-ce que je sens autant le contact de mes draps sur mon corps ? Je baisse les yeux en grognant, met du temps à me rendre compte que… je suis complètement nue. Je suis nue. Dans mon lit. Je n’arrive peut-être pas à réfléchir mais je sais que je ne dors jamais nue. Je tourne doucement, mes yeux analysent la présence d’une silhouette dans mon lit. Je suis nue. Avec quelqu’un dans mon lit. Bordel de merde. Mon sang ne fait qu’un tour, je me redresse d’un bond, tente de sortir du lit pour m’enfuir. Je suis nue avec quelqu’un dans mon lit, je ne me souviens de rien, c’est un bordel immense, qu’est-ce que j’ai fait putain de merde. Mes pieds s’enroule dans le draps, je me ramasse la gueule lamentablement hors du lit. Les larmes me montent aux yeux d’un coup, je me met à pleurer. Qu’est-ce que j’ai fait bordel de merde, je me sens si conne. J’ai pas les mots. Je me sens si dégueulasse. J’ai envie de vomir. Peut-être même de mourir. Je ne me souviens de rien. Ça se trouve je vais me retrouver mère à dix-huit ans. Les sanglots remontent, je plaque mes mains sur mes yeux, allongée par terre sur le dos, totalement nue. On est plus à ça prêt. Autant me mettre à paniquer. À hyperventiler. Et j’espère pouvoir m’évanouir pour ne plus me réveiller.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 24 Déc - 0:20


J'ai mal à la tête. Même dans mon sommeil, j'ai la tête qui pulse. Ou alors c'est justement parce que je ne dors pas que j'ai la tête qui pulse, j'en sais rien. J'ai l'impression que... mon cerveau a organisé une grosse soirée en mode projet X. Sans prévenir le reste de mon corps. Pourtant je suis calé, là. J'ai pas trop envie de bouger. Je gravite entre sommeil et réveil. Grogui, je sens quelqu'un contre moi. J'ouvre un œil, aperçoit les cheveux de ma blonde. Bon, c'est déjà ça. Petit sourire, je crois que je me rendors un peu. J'ai aucune idée de quelle heure il peut être. Et puis j'ai pas hyper chaud. Je remue un peu, me rends compte de ma nudité. Petit soupir. Qu'est ce qu'on a fait? Pourquoi j'ai bu tout ce rhum? Ah, déjà je me rappelle de ce que j'ai bu. C'est un bon début. La question est: qu'est ce que j'ai fait avant de m'endormir? Je suis nu. Venise et moi n'avons certainement pas joué aux cartes. Merde. Merde, merde, merde Kurt rappelle toi.

Je la sens remuer, à côté de moi. Et puis le choc qui suit me fait émerger complètement de ma torpeur. Sa respiration est un peu saccadée, je crois l'entendre étouffer ses sanglots. Oh merde. Réfléchis Kurt. Réfléchis. J'ouvre les yeux, inspire un grand coup et me penche au dessus du lit. Elle gît sur le sol, à l'évidence complètement paniquée. Ok Kurt, respire. Je repère mon caleçon, l'enfile en dessous des draps et lui jette la couverture. Rappelle toi, putain, c'est pas compliqué. C'était juste deux trois shots de tequila et un verre ou deux de rhum... Rien d'impossible à tenir. Et soudain, ça y est, je me souviens. J'ai un petit soupir de soulagement au fur et à mesure où les souvenirs me reviennent, un peu dans le désordre. Je m'en serai souvenu, si elle et moi on avait fait quelque chose d'autre que ça, quand même.

- Hé... Qu'est ce qu'il y a mon cœur?

Je me glisse hors du lit, m'installe à côté d'elle. Elle a l'air complètement... paniquée. Chamboulée. J'écarte ses cheveux en bataille du bout des doigts, m'accoude au sol pour être installé sur le flanc, face à elle.

- Venise, qu'est ce qui ne va pas? Tu veux que j'aille te chercher un verre d'eau? Ou une aspirine? Peut-être les deux?..

Je déteste la voir comme ça. Et le pire, c'est que j'ai vraiment l'impression d'être la source de son malheur.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» VENISE ET SES GONDOLES
» Le pont de la constitution a VENISE
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passage secret de la Tess :: Game Bar-
Sauter vers: