Passage secret de la Tess
CONNECTE TOI MA PATATE OU ALORS ENREGISTRE TOIIIIIII



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 10 Jan - 22:20




Eiji semble désemparé face à mon désarroi. C'est pas de ma faute, j'ai jamais eu de copine. Enfin pas de vraie copine, comme j'ai Venise. Je sais pas trop où sont les limites. Avant, j'en avais pas. Je ne me posais pas la questions du degré d'aide et d'attention que je devais porter à ma partenaire du moment. Maintenant c'est différent. Alors comment agir? Comment se comporter? Eiji caresse son chien. Il a une bonne tête, son chien. J'ai un petit sourire. J'ai toujours préféré les chiens aux chats. Manque de pot, j'ai carrément pas les moyens de m'occuper d'un animal et encore moins d'un chien. Et puis, c'est pas Roxane qui va me garder mon chien quand je suis au centre, certainement pas. Quand j'aurai mon chez moi, peut-être. Peut-être.

- Je vais y aller. Vous pouvez vous déplacer si vous voulez, Crimson ne bougera pas. Pas vrai mon beau ? Pas bouger.

Eiji s'éloigne, Crimson se couche au sol. J'ai un petit rire. Mon petit frère rejoint Venise, certainement pour la rassurer. Le regard d'Aiden passe du chien à Eiji. Il ne sait pas trop où se mettre, je suppose. Je m'étire, n'ayant pas pris le temps de le faire ce matin.

- J'ai quitté Margaux.

Ah. Je braque mon regard sur Aiden, hausse un sourcil.

- Cool. On doit sabrer le champagne?

Non, cette réplique n'est pas de moi. Mais de ma petite sœur. J'ai un petit ricanement, attend de voir la suite. Les yeux d'Aiden lancent quelques éclairs, mais je crois que la tempête s'annonce bien plus violente dans les yeux d'Heather.

- Et elle avait compris. Elle s'est montrée très compréhensive.

Je hoche la tête, petit sourire compatissant. Margaux, elle est gentille. Elle sens les choses. J'espère vraiment qu'elle tombera sur quelqu'un de bien, un jour. Quelqu'un qui s'occupera mieux d'elle que tous les autres avant Aiden. Que tous les autres avant moi. Margaux a été élevée par deux papas. Je crois que ça lui a conféré une certaine ouverture d'esprit sur le sujet. Tant mieux.

- Comment on peut se montrer compréhensive avec un type comme toi?

Aiden fait face, la tête haute. Comme toujours. Même si je sais qu'à l'intérieur, il est effondré. Heather pousse les gens à bout, jusqu'à ce qu'ils craquent. Ça, je l'ai très bien compris je fameux soir où elle est venue m'annoncer que je faisais partie de sa famille, à Eiji et elle. C'est peut-être son défaut: elle ne sait pas se taire.

- C'est génial, hein, de fonctionner de cette manière? T'as quelqu'un en vue, tu te le fais et puis oooh! Quelqu'un d'autre passe devant ton nez! Et puis mince, il se trouve que tu as déjà quelqu'un. Mais pas de pause entre les deux, surtout pas! Pourquoi ne pas juste garder l'autre sous le coude, comme un vulgaire cale porte? Génial, vraiment mature comme réaction. Tu as le même âge que Kurt en plus? Mais quelle maturité!

Là elle va trop loin. Aiden n'aurait pas répondu, de toute façon. Ou alors peut-être que si, mais il aurait dit une connerie bien plus grosse que lui. Quand il se sent piqué au vif, il devient un véritable enfoiré. On est un peu pareils, lui et moi. Eiji sors de la voiture, montre quelques tours à Venise. Je passe mon bras autours des épaules d'Aiden, le secoue un peu. Mais ses yeux ne lâchent pas Heather. On dirait qu'il va la dépecer sur place.

- Ok, on se calme hein. Tu voulais qu'il fasse quoi, qu'il reste avec une fille qu'il n'aime pas? Qu'il se contente de faire bonne figure avec elle alors qu'il a quelqu'un d'autre en tête? Oh et puis qu'elle continue d'espérer tant qu'on y est, c'est parfait ça. C'est quoi le pire hein? Être honnête et discuter ou laisser espérer et laisse l'amour venir en sens unique?

Eiji et Venise se rapprochent, je tapote l'épaule de Aiden qui me renvoie un regard soulagé. Ouais, moi aussi ça me fait du bien de le retrouver. J'avais plus fait ça depuis longtemps. Trop longtemps, à mon avis.

- On a pas la même définition de l'honnêteté, à mon avis, ricane Heather.

Elle m'énerve. Vraiment. Je lève les yeux au ciel, pousse un soupir. Venise s'approche en courant, se jette dans mes bras. Je pousse une exclamation, lâche un rire en refermant mes bras sur elle. J'adore l'avoir dans mes bras. Grand sourire, j'attrape son menton pour pouvoir la regarder dans les yeux.

- Bravo! Tu vois, il ne t'as pas mangé! Il a l'air très gentil, ton chien, merci Eiji.

Je dis ces derniers mots en souriant à mon petit frère. Du coin de l’œil, j’aperçois Aiden, qui n'a visiblement d'yeux que pour Eiji. Mes yeux retrouvent ceux de Venise, je plante un petit bisou sur son nez.

- Alors, t'aime bien ici? C'est beau hein? Attends, ne réponds pas, j'aimerai juste faire autre chose avant.

Je me penche un peu plus, dépose délicatement mes lèvres sur les siennes. Et je me sens complet.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Jeu 11 Jan - 13:47

Personnage utilisé : Eijiro Calore






« On a pas la même définition de l'honnêteté, à mon avis. »

Une seule phrase prononcée par Heather me fait comprendre ce qu’il s’est passé pendant que j’étais avec Venise. Kurt lève les yeux au ciel, se retrouve prit par surprise lorsque sa blonde vient lui sauter dans les bras. Je vois très bien que même si son visage est enfoui dans les vêtements de Kurt, elle garde un visuel sur Crimson qui n’a pourtant absolument pas bougé. C’est loin d’être gagné…


« Bravo! Tu vois, il ne t'as pas mangé! Il a l'air très gentil, ton chien, merci Eiji. »


Bien sûr qu’il est gentil mon chien. C’est le chien le plus gentil du monde. Sauf quand il sent que ça commence à chauffer autour de moi. Lui aussi à le sang chaud. C’est probablement pour ça qu’on se complète tant. Inconsciemment, j’ai construit Crimson à mon image. Le regard de Kurt se pose sur moi, j’hausse les épaules à son sourire. Ce n’est pas son regard qui me déstabilise. Plutôt celui d’Aiden. On dirait une fille qui observe son artiste préféré. Ou un vieux pervers devant une école maternelle. Au choix. C’est assez inconfortable je dois dire. Pas que je n’aime pas que l’on me regarde. Mais celui d’Aiden m’énerve plus qu’autre chose. Je vais finir par lui coller mon poing dans la figure pour qu’il regarde les étoiles. Kurt échanges quelques mots à Venise, juste avant de l’embrasser doucement. Curieusement elle se laisse faire. Moi qui pensais qu’après ce qui s’est passé cette nuit, Kurt n’aurait plus le droit de poser ses mains sur elle pendant un moment. Je me frotte les mains, les mets dans mes poches en soufflant un petit nuage de fumée par la bouche. Il commence à faire froid, moi qui ai tout le temps chaud. Je donne un petit coup de pied dans la neige, envoyant la poudreuse sur Kurt et Venise.


« Tu me remercieras plus tard hein, ingrate ! Moi aussi j’ai le droit à un petit bisou normalement. De toi aussi Kurt oui, oui ! Bon, pas qu’on vous aime pas hein, mais Heather et moi on va pas tarder. Hein Heathy ? »


À vrai dire j’aimerais partir maintenant. Je ne peux même pas lâcher mon chien, et ce climat de tension commence à me soûler un peu. Je peux sentir les vagues de colère qui assaillent ma sœur d’ici. L’ouragan ne va pas tarder à exploser, il suffit d’une étincelle. Je devrais peut-être m’éloigner. La tempête Heather fait de nombreux dégâts.


« Je vais promener Crimson plus loin, tu peux te détendre Venise. Amusez vous sans moi, je reviens plus tard. »


Petit sifflement pour appeler Crimson, je me détourne du petit groupe, m’arrête à la hauteur de ma sœur pour lui adresser quelques mots à l’oreille.


« C’est pas toi qui disait qu’on devait rester flex ? Détend toi Heathy, on s’en fiche de lui. Je vais bien. Mais merci quand même ma sœur adorée. »


Je rapproche d’une main sa tête de la mienne, embrasse doucement le sommet de son crâne et ébouriffe ses cheveux. Je lâche un petit ricanement discret et m’éloigne, les mains dans les poches, la démarche nonchalante, donnant des coups de pied dans la neige pour jouer avec Crimson. J’adore la nature. Je crois que je pourrais y passer ma vie. Je viens souvent m’isoler dans des coins de nature pour me calmer. La forêt qui borde le lac est un endroit parfait pour se détendre.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 14 Jan - 21:48




Je suis bien là. Venise est dans mes bras et il n'y a pas meilleure sensation dans ce monde. Je joue avec ses cheveux, en la détaillant du regard. Et soudain, on se reçoit de la neige dessus. Je proteste, braque mes yeux sur l'assaillant. Eiji.

- Tu me remercieras plus tard hein, ingrate ! Moi aussi j’ai le droit à un petit bisou normalement. De toi aussi Kurt oui, oui ! Bon, pas qu’on vous aime pas hein, mais Heather et moi on va pas tarder. Hein Heathy ?

Je lâche un rire. Je suis pas très bisous et câlins. Enfin, sauf avec Venise, mais c'est différent. Sinon, je n'ai jamais été très... tactile. J'ai toujours eu besoin d'un espace démesuré autours de moi, pour respirer. Parce que je m'énerve très vite. Et pas qu'un peu. Je n'aime pas me sentir agressé et je vis le contact avec l'autre un peu comme une agression, je crois. Enfin, j'en sais rien hein, c'est l'assistante sociale qui avait dit ça à Roxane, tout en lui conseillant de m'amener chez un psychologue. Comme si elle avait le fric de me payer un spécialiste. Bref, toujours est-il que, même avec Roxane, j'ai jamais été très câlin. Et puis, elle non plus, donc au final... ça allait. Quoi que, depuis quelques mois, j'ai l'impression qu'elle montre une envie grandissante de se rapprocher de moi. Comme si elle découvrait soudain qu'elle avait un fils. Ou alors peut-être qu'elle sent que bientôt, je ne serai plus aussi présent qu'avant? Enfin, j'ai jamais non plus été un fils très présent, c'est vrai. Mais là, je commence à en avoir réellement marre qu'elle dépende de moi. Les mamans font vivre les enfants, généralement et ce jusqu'à leur maturité. Et pas l'inverse. Dès que j'ai pu gagne un dollar, Roxane en touche une partie. Je ne lui en veut pas vraiment... Elle le fait par nécessité. Mais elle claque ça n'importe comment. Là, sans la bourse des capitaines, elle touche moins. Je ne sais pas trop si j'en suis content, puisque plus d'argent pour acheter sa merde signifie qu'elle doit trouver d'autres moyens pour s'en procurer et je sais exactement comment elle fait. Ça me dégoûte de me dire que tous ceux qui me traitent de fils de pute ont raison: ma mère est une traînée.

Eiji retourne vers sa sœur, fait preuve d'affection envers elle. Ils ont de la chance, de s'avoir l'un l'autre. Je suppose que je ne serai jamais comme ça avec Heather. C'est ma petite sœur, depuis quelques temps seulement. Mais elle n'a pas l'air disposée à recevoir l'affection que je serai susceptible de lui donner et ce même si nous sommes en plutôt bon termes. Eiji veut aller promener Crimson. Je plante mes yeux dans ceux de Venise, un instant. J'embrasse à nouveau le bout de son nez, Heather s'approche de nous en toussotant.

- Bon, c'est bon, on a vu que vous vous aimiez éperdument et blablabla... Kurt, tu ne veux pas aller jouer ailleurs avec ton merveilleux petit frère? Venise et moi on a des trucs à se dire.

J'ai un petit sourire, hoche la tête. Je ne suis pas contre aller passer un peu de temps avec Eiji. Surtout qu'il n'a pas l'air de péter la forme. En même temps, Aiden a vraiment été un salaud. Je me détache de Venise, trottine dans la poudreuse pour rejoindre Eiji. Une fois que nous nous sommes un peu éloignés, je décide de lancer la discussion.

- Heather m'a viré. Bon, allez, parle maintenant qu'on est seuls. Évacue tes émotions, boule de nerf!

J'ai un petit ricanement nerveux. Il a peut être pas envie d'en parler. Ou alors je me trompe et il s'en bat la race, de Aiden.




Ouais, je l'aime vraiment pas ce sale petit blond. En plus Kurt a l'audace de le défendre. Ils n'étaient pas sensés être fâchés l'un avec l'autre? Bon, alors peut-être qu'ils se sont réconciliés. Peu importe. "L'honnêteté". Quel culot. Tromper sa copine et aller lui dire qu'on la quitte parce qu'on en aime un autre, c'est de l'honnêteté, ça? L'honnêteté, ç'aurait été de lui parler de son attirance avant. Mais bon, il a le joker de la découverte de son orientation, je suppose. Moi, quand j'ai commencé à coucher avec des filles, j'ai pas fait autant d'histoires. C'est venu naturellement, pour moi. Mais bon, il faut croire que chacun est... différent. N'empêche que tromper sa copine, ça n'est pas excusable.

- Tu me remercieras plus tard hein, ingrate ! Moi aussi j’ai le droit à un petit bisou normalement. De toi aussi Kurt oui, oui ! Bon, pas qu’on vous aime pas hein, mais Heather et moi on va pas tarder. Hein Heathy ?

Je hoche la tête. On rentre quand il veut. Peu importe si on est arrivés depuis peu. Moi, je veux son bien être. Et si son bien être lui dit "si on ne se casse pas d'ici, je vais tuer quelqu'un", alors on se casse d'ici illico presto.

- Je vais promener Crimson plus loin, tu peux te détendre Venise. Amusez vous sans moi, je reviens plus tard.

Eiji s'avance vers moi, je l'interroge d'un regard peut-être un peu trop sérieux et préoccupé.

- C’est pas toi qui disait qu’on devait rester flex ? Détend toi Heathy, on s’en fiche de lui. Je vais bien. Mais merci quand même ma sœur adorée.

Je grogne une insulte à l'égard de Aiden alors que mon frère embrasse ma tête. Il est bien gentil, hein, mais moi je sais que tout ça va me rester en travers de la gorge. Si ça touche mon frère, ça me touche moi aussi. Eiji s'éloigne, je soupire. C'est peut-être mieux qu'il s'isole. Mais je ne veux pas qu'il reste tout seul. Du coin de l’œil, je vois Aiden qui semble hésiter à le rejoindre. A mon avis, il ne vaut mieux pas qu'il le fasse, mais... Et puis il y a les deux tourtereaux. Dans leur petite bulle. Mais Venise semble légèrement ailleurs. Est-ce seulement à cause de Crimson? J'ai toujours eu une sorte de capacité pour déceler les émotions des autres: leur mal être, leur tristesse, leur bonheur... Je crois que c'est à force de ne parler à personne et de rester dans mon coin à observer et à dessiner. J'aime beaucoup dessiner les gens, les saisir dans l'émotion que je décèle chez eux. Je m'approche d'eux en levant les yeux au ciel, m'annonce en toussotant.

- Bon, c'est bon, on a vu que vous vous aimiez éperdument et blablabla... Kurt, tu ne veux pas aller jouer ailleurs avec ton merveilleux petit frère? Venise et moi on a des trucs à se dire.

Kurt consent à s'éloigner, j'offre un petit sourire à Venise. Une fois mes deux frères éloignés, je viens attraper le bras de Venise, l'entraîne doucement vers le lac. J'adore cet endroit. Nous nous éloignons un peu de Aiden, petit blondinet tout seul. Toujours tout seul. En fait, il a vraiment l'air tout seul. C'est peut être ce qu'il est. Mais bon, ça n'est pas en faisant du mal aux autres comme ça qu'il va se connecter réellement avec les autres. Du coin de l’œil, je le vois s'approcher de la rive, un peu plus loin que nous cependant. Le lac n'est que partiellement gelé. Et Aiden commence à chercher des cailloux pour faire des ricochets. Voilà, c'est ça. Aiden fonctionne comme un ricochet: ses actions se répercutent sur l'eau, il survole la surface sans se préoccuper d'où le mène sa course. Comme les pierres, il est emporté. Mais tu peux aller aussi vite que tu le veut, Aiden, il y a un moment où... tu vas perdre de l'élan. Tu vas te noyer. Ou rencontrer la glace. T'échouer. Peut-être est-ce déjà fait?

- Alors, comment c'était, cette soirée? J'ai eu quelques échos de Eiji et... Aiden n'a pas l'air de s'être très bien comporté, si? Et toi, Vee, comment ça va? T'as pas l'air dans ton assiette. Il s'est passé quelque chose dont tu veux discuter avec ta copine de classe d'art?

Nouveau petit sourire. Grand bruit à notre droite, je crois qu'Aiden s'acharne avec ses cailloux. Est-ce que lui aussi, il a compris la métaphore des ricochets?

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 17 Jan - 14:28

Personnage utilisé : Eijiro Calore






J’aurais peut-être pas dû partir comme ça. Ils vont tous croire que je suis un faible qui va partir pleurer dans son coin. En réalité, c’est un peu le cas. Sauf que je ne pleure pas. Je tape, je m’énerve, je casse des trucs. Ça fait longtemps, très longtemps que je n’ai pas pleuré. Et je ne compte pas recommencer de si tôt. Crimson a l’air heureux de voir la neige. Il l’a voit pourtant presque toutes les années. Il sautille devant moi, remue la queue dans tous les sens, plante la museau dans la neige comme un fou. Il y en a au moins un qui s’amuse ici. Parce qu’on ne va pas dire que l’ambiance est… Super cool ici. D’un coup de pied nonchalant, j’envoie de la neige sur Crimson qui se tourne vers moi et me charge en aboyant de joie. D’un rire sonore je l’évite, attrape un bâton caché sous la neige pour lui lancer plus loin. Vif comme l’éclair mon chien disparaît, me laissant seul, les mains dans les poches, le froid comme seul compagnie.


« Heather m'a viré. Bon, allez, parle maintenant qu'on est seuls. Évacue tes émotions, boule de nerf ! »


Perdu dans mes pensées, je n’ai pas entendu Kurt arriver. Tient, il a lâché Venise ? Si Heather l’a viré, c’est qu’elle doit vouloir parler avec Venise. J’aurais peut-être pas dû ouvrir ma gueule sur cette soirée. En tout cas pas sur cet épisode. Mais je ne suis pas du genre à cacher des trucs à Heather. J’étais pas en état de réfléchir à mes paroles. On fait tous des efforts. Aiden en est la preuve. Aiden, seul dans son coin, occupé à balancer des cailloux dans le lac. Aiden toujours seul. Seul. Et cette fois c’est à cause de moi. Je lâche un profond soupire, reporte mon attention sur mon chien qui revient, tout fier avec son bâton dans la gueule.


« De quoi tu veux que je parle, Kurt ? J’évacue pas mes émotions comme ça moi. »


Je récupère le bâton de mon chien, celui si s’écarte, attendant que je lui lance avec impatience. Ce que je fais. Peut-être un peu trop loin. Voilà ce que je fais quand j’ai besoin d’évacuer mes émotions. Je m’énerve. Et j’ai toujours trop de force. C'est pour ça que j'ai besoin d'être seul. Comment se contrôle un colérique ? Il le fait pas. C'est simple.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 17 Jan - 17:59




Eiji n'a vraiment pas l'air dans son assiette. Plutôt déphasé, en fait. Les mains dans les poches, je marche à ses côtés. Crimson revient vers lui, un bâton dans la gueule. Moi aussi, j'aimerai bien jouer avec lui. Les chats ne m'aiment pas vraiment, mais je me suis toujours bien entendu avec les chiens. Roxane avait un chat, avant. Je m'en rappelle, même si j'étais très jeune. Un petit chat gris aux yeux verts. On se tolérait, lui et moi. Disons qu'il était le seul à être réellement fidèle à Roxane. Quand les autres partaient, qu'elle ne pouvait pas encore pleurer dans mes bras parce que j'étais trop jeune, elle se consolait en jouant avec son chat. Je ne me rappelle même plus du nom de cette sale bête. Et puis un jour, il a disparu. Je crois que c'est un des ex de ma mère qui l'a pris. Un qui est resté habiter avec nous quelques temps. Ils sont peu, a avoir habité un temps avec elle. Lui, c'était un salaud. Je ne l'aimais pas. J'en ai aimé aucun, à part peut-être Marc, celui qui m'a appris à jouer de la batterie. Un australien. J'aimais bien sa manière d'être et puis il était gentil avec Roxane, contrairement aux autres. Roxane a toujours eu le don pour se mettre avec des connards. Bref, toujours est-il que ce type, qu'elle a quitté, est parti avec une partie de son fric, des trucs à elle et son chat. Je ne l'avais jamais vu dans une telle colère. Je me souviens être allé dormir chez Danielle quelques temps, parce qu'elle n'était pas en état de gérer autre chose que sa colère démesurée. Et moi, au final, j'étais un peu triste pour ce chat. Ouais, je crois que je ne m'entends pas avec les chats à cause de tout ça. C'est encore un truc de l'enfance. De toute façon, tout vient toujours de là. On est prisonniers de nos souvenirs. C'est comme ça.

- De quoi tu veux que je parle, Kurt ? J’évacue pas mes émotions comme ça moi.

Eiji balance le bâton à Crimson avec une force qui puise certainement sa source dans sa colère, ou un truc qui s'en rapproche. J'ai un petit sourire. Il est vrai pareil que moi. J'ai l'impression de me voir, bien plus jeune. Je ne sais pas à quel âge j'ai réussis à un peu plus me canaliser. Je suis colérique et impulsif. Mais j'ai appris à saper la colère, dans certaines situations. Je balance tous mes ressentiments en jouant au base-ball. Ou en faisant de la batterie, quand j'avais le temps d'en faire.

- Je sais pas... De ce qui te met en rogne? T'es pas du genre à parler, hein? J'ai tendance à croire que ça règle pas mal de truc, le dialogue. Ça sonne niais, hein?

J'ai un petit ricanement. Bien sûr que ça sonne niais. En fait, j'aime bien discuter avec les gens qui me sont proches. Avant, c'était compliqué, je n'avais qu'Aiden. Et lui n'avait que moi. On se complétait, on échangeait nos problèmes. Et puis quand on se faisait la gueule, on devait se contenir, se taire, puisqu'il n'y avait personne d'autre. Peut-être que c'est comme ça, que j'ai appris à me canaliser. Maintenant, il y a plus de monde. Je peux à nouveau discuter avec Aiden, mais je peux surtout parler à Venise. Elle sait pleins de trucs sur moi, maintenant. Elle rempli le rôle de ma copine, mais aussi de ma meilleure amie, de ma confidente. Et ça fait du bien, de lui parler. Je me sens complet, avec elle. Et maintenant, j'ai Eiji, s'il accepte de s'ouvrir un peu. Heather, ça viendra plus tard, peut-être. J'ai déjà ébauché quelque chose avec elle, une fois. Enfin bref, j'aime bien discuter avec les gens que j'aime. Ça libère. Peut-être qu'Eiji a besoin d'être libéré?

- T'as qu'à me parler de ce qu'il s'est passé avec Aiden.

Incendie le, si ça peut t'aider, Eiji. Je n'en prendrai pas ombrage.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 17 Jan - 20:33

Personnage utilisé : Eijiro Calore






Crimson détale à la suite du bâton, que j’ai coincé dans un buisson sans le vouloir. Bravo Eiji. Même pour ton chien tu fais n’importe quoi. Je lâche un autre soupire, même si Crimson est assez intelligent et débrouillard pour se débrouiller seul. Du coin de l’œil, je vois Kurt sourire. C’est quoi son problème ? Il se fou de ma gueule ? Ouais c’est sûr que c’est hilarant la situation dans laquelle je me trouve. Super drôle. C’est sûr que pour lui, tout va bien. Il a l’une des plus jolies filles de Cerfblanc pour copine, et en plus d’être farouche, elle est attentionnée. Attentionnée et beaucoup amoureuse. Alors oui c’est sûr que pour lui tout va bien. Il peut bien se moquer du monde. Même de son frère.


« Je sais pas... De ce qui te met en rogne ? T'es pas du genre à parler, hein ? J'ai tendance à croire que ça règle pas mal de truc, le dialogue. Ça sonne niais, hein ? »


Effectivement, je ne suis vraiment pas du genre à parler. J’ai toujours eu du mal à m’exprimer. En fait je ne l’ai jamais fait. Parce que je n’étais certainement pas le plus à plaindre. J’avais ma petite sœur à protéger. Ma mère à aider. Je n’avais pas le temps de me plaindre. Alors bien sûr, quand on ferme toujours sa gueule sur nos maux, on finit par ne plus savoir l’ouvrir. Kurt est du genre à discuter. Je trouve pas ça niais. Juste horriblement chiant. Je suis un homme d’action. Moins de parlote, plus d’action.


« T'as qu'à me parler de ce qu'il s'est passé avec Aiden. »


Je lâche un ricanement sombre. Il sait très bien ce qui s’est passé avec Aiden. Il veut juste que je parle. Sauf que j’en ai pas forcément envie. Moi aussi il faut que j’apprenne à me faire à l’idée qu’Heather n’est plus la seule personne avec qui je peux parler librement. Crimson revient, ventre à terre, avec un autre bâton. Comme s’il pensait que je n’allais pas le remarquer. Et puis il a ce regard qui veut tout dire : « T’as voulu me faire chier avec ton bâton, eh bah ça marche pas, je suis pas con. » Je m’agenouille, attrape le bâton et le fait assoir devant moi. Crimson, depuis qu’il est avec moi, est ma bouée de sauvetage. Qu’est-ce que je dois faire Crimsy ? Ouais, je dois avoir l’air con à parler à mon chien. Jvous emmerde tous. Je caresse doucement sa tête, son poitrail, lâche un autre soupire.


« Tu sais très bien ce qu’il s’est passé avec Aiden, me prend pas pour un con. »


Je lâche, d’un ton sec. Je sais très bien qu’il le sait. Au moins une grande partie. Aiden est son meilleur ami. Tout ça, ça commence vraiment à me casser les couilles. Je déteste me prendre la tête. J’aime vivre ma vie tranquillement, sans me faire chier avec des choses inutiles. Genre une embrouille à deux balles pour un type qui n’en vaut pas la peine.


« Aiden à voulu m’enculer. Il est pas tombé sur la bonne personne, c’est tout. »


On n’encule pas Eijiro Calore. Pas dans ce contexte là en tout cas.  

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Sam 20 Jan - 2:06


Eiji a un ricanement. C'est drôle, lui et moi possédons cette même manie. J'aime bien observer tous ces petits rapprochements, qui m'effrayaient tant, avant. Quand je dis "avant", je veux dire le soir où les deux sales gosses se sont pointés comme des fleurs pour m'annoncer leur grande nouvelle (grande nouvelle qui m'a plutôt mis en rogne, sur le coup). Mais maintenant, ça ne m'effraie plus. Je crois que je suis prêt à me dire que je peux être grand frère. C'est trop bizarre. Ça veut dire que je vais devoir changer des trucs, dans ma vie? J'ai déjà commencé à faire de la place, dans ma vie. J'avais déjà commencé pour Venise, je peux continuer pour Eiji et Heather. Il ne faut pas que ça en devienne une habitude: mon cœur, ça n'est pas non plus les portes ouvertes. J'aime bien Eiji. Et ça me fait chier, qu'il soit dans cet état. Au moins, grâce à Anar, j'ai un petit frère. Ça m'arracherai vraiment trop la gueule de le remercier, alors on va dire que je lui accorde juste un instant de répit dans ma haine sans borne. Un, deux, trois. Voilà, fin de la trêve. Il n'y aura pas d'appel. Anar, je le déteste. Il ne mérite pas que je l'appelle papa. Ce titre, personne ne l'aura jamais. Y'a que le coach, qui se rapproche d'un père, pour moi. C'est lui, qui m'a tiré de la merde. Lui, encore, qui m'a propulsé dans cette équipe. Il a transformé ma colère, énergie destructrice, en énergie créatrice. C'est quel philosophe, déjà, ce concept de création infinie à partir de tout? Bergson. L'Evolution Créatrice. Je peux au moins me dire que dans ce domaine là, je ne me plante jamais. Alors Anar, sans rancune ou presque, au moins le temps de me dire que j'ai un petit frère et une petite soeur. Et qu'au final et peut-être, je les aime bien.

Eiji réceptionne le bâton de Crimson, s'accroupit pour s'occuper de son chien. C'est lui, son meilleur ami. Moi, mon meilleur ami, c'est un sale petit blondinet qui flotte au grès des courants d'airs. Aiden est un pissenlit.

- Tu sais très bien ce qu’il s’est passé avec Aiden, me prend pas pour un con.

Je lève les yeux au ciel. Bien sûr que je sais. Enfin du moins, je crois m'en rappeler. Aiden n'est peut-être pas si hétéro qu'il l'a toujours soutenu, surtout quand il était très alcoolisé. C'est comme mon petit frère d'âme. Un petit con qui a peu assagit son arrogance à force de guerre avec moi. Qu'est ce qu'on s'est battu, les six premiers mois, quand il est arrivé à Cerf-Blanc. Québécois aux yeux rieurs, monsieur est recommandé par son équipe de Montréal, papa Lord est multi-millionnaire, peut-être même plus, sur des comptes à l'étranger. Alors moi, Kurt Hook, bien évidemment que j'ai eu envie de lui casser la gueule. D'une arrogance et d'un cynisme sans borne, Aiden réclamait son trône. Je lui ai vite appris qu'ici, on ne fonctionne pas comme ça. A grands coups de poings. Aiden n'aime pas se battre, pourtant il n'est pas mauvais. Aiden, c'est le genre de gars qui lâche des "ôte-toi de mon soleil" quand on menace lui refaire la face.

- Aiden à voulu m’enculer. Il est pas tombé sur la bonne personne, c’est tout.

J'ai un petit soupir. C'est peu, mais je me contenterai de ça. Je joue avec la neige en envoyant balader quelques flocons à grands coups de pieds.

- Ouais. C'est un petit enfoiré, quand il est paumé. Je crois que les événements récents lui ont... complètement filés entre les doigts. Il est... arrogant, un peu acide quand il est de mauvaise humeur et extrêmement condescendant, parfois. Et puis, il fait ses choix trop vite. Il faut le tempérer. Mais pour l'instant, c'est trop galère pour lui. Il est pas du genre à... tout faire en même temps. Enfin, si, justement. Et ça plante à chaque fois. Mais malgré tout ça, c'est mon meilleur ami. J'ai presque passé autant de temps chez lui, au Québec, que chez moi. Toutes les vacances, tous les jours fériés, tous les week-end à rallonge. Et j'ai pas beaucoup d'amis. De vrais amis, je veux dire. Je l'ai lui et... Billy bien sûr, mais c'est pas pareil. Enfin bref, tout ça pour te dire que... je le connais. Et je peux t'assurer qu'il n'a pas voulu te faire du mal volontairement.

Je me penche en avant, attrape une poignée de neige qui commence déjà à me couler entre les doigts.

- Je ne lui cherche pas d'excuses hein. Mais j'aimerai juste replacer le contexte. Y'a eu toute cette histoire avec Venise et puis la dispute qui a fait qu'il s'est certainement retrouvé tout seul, pendant un moment. Enfin, j'en suis même sûr, le connaissant et le voyant agir, il n'a pas dû se faire beaucoup d'amis.

Beaucoup d'ennemis, ça, en revanche, il sait le faire. Aiden sait parfaitement jouer les méchants.

- Et tout ça pour te dire qu'à mon avis, il remonte tout juste. Enfin, il essaye. Et puis, t'as certainement remarqué que Aiden est... enfin était hétéro. Et... Enfin il t'en parlera lui même, mais sa famille c'est un peu... Oh, merde hein, je vais pas tourner autours du pot: ils sont un peu conservateurs. Je peux pas en parler sans qu'il soit là, en fait je peux même pas en parler du tout, parce que ça le concerne lui, mais j'aimerai juste que tu comprenne que là, Aiden, il est un peu entrain de nager dans le vide. Il se noie dedans. Venise a été incroyable, à aller lui parler. Moi, j'ai été complètement con de ne pas voir tout ça. Mais même s'il s'est comporté en incroyable enfoiré, essaye juste de ne pas trop le détester. Je ne conçoit pas qu'on puisse tromper ses partenaires, moi non plus. J'ai toujours été très réglo là dessus. Aiden et bien...

Que dire? Aiden a toujours voleté dans un grand tourbillon. Il s'est laissé emporté lui même. Il est juste perdu, je suppose.

- C'est compliqué. J'ai pas encore eu l'occasion d'en parler avec lui, avec tout ça. J'irai le faire, plus tard. Je ne veux pas qu'il soit tout seul.

Parce que je ne veux pas qu'il arrive quoi que ce soit à ce petit imbécile. Et que je ne sais pas trop de quoi il serait capable, dans la plus grande des solitudes. On ne peut jamais savoir les limites, avec Aiden. Peut-être qu'il n'en a juste... pas. Allez-y, jetez vous dans le vide, il n'y a pas de barrières devant ce précipice.

- Du coup voilà. J'espère t'avoir un peu éclairé sur l'imbécile qui me sert de meilleur ami. Je me demande comment va Margaux, avec les conneries de Aiden. Et toi, comment tu vas Eiji?

Petit sourire, je sais déjà la réponse. Mais bon, ça sert à ça, les grands frères, ça pose des questions idiotes pour que les petits frères y répondent et se disent "mais qu'il est bête, elle est pourtant facile la réponse.". Et on ne pense jamais à Margaux. Elle aussi, elle doit se sentir bien seule, à l'heure qu'il est.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 21 Jan - 23:42

Personnage utilisé : Eijiro Calore






Crimson soupire doucement, apaisé par mes caresses. Kurt, quant à lui s’amuse à donner des grands coups de pieds dans la neige, envoyant des flocons partout autour de lui, dans les poils de Crimson notamment.


« Ouais. C'est un petit enfoiré, quand il est paumé. Je crois que les événements récents lui ont... complètement filés entre les doigts. Il est... arrogant, un peu acide quand il est de mauvaise humeur et extrêmement condescendant, parfois. Et puis, il fait ses choix trop vite. Il faut le tempérer. Mais pour l'instant, c'est trop galère pour lui. Il est pas du genre à... tout faire en même temps. Enfin, si, justement. Et ça plante à chaque fois. Mais malgré tout ça, c'est mon meilleur ami. J'ai presque passé autant de temps chez lui, au Québec, que chez moi. Toutes les vacances, tous les jours fériés, tous les week-end à rallonge. Et j'ai pas beaucoup d'amis. De vrais amis, je veux dire. Je l'ai lui et... Billy bien sûr, mais c'est pas pareil. Enfin bref, tout ça pour te dire que... je le connais. Et je peux t'assurer qu'il n'a pas voulu te faire du mal volontairement. »


Qu’est-ce qu’il essaye de faire ? M’amadouer ? Ça marchera pas. J’ai très bien cerné quelle genre de personne était Aiden. J’ai très bien compris comment il marche. Je suis loin d’être con. J’ai peut-être pas ma place à l’école mais j’ai pas 2 de QI. Loin de là. Il ne sait pas ce qui lui arrive, ok. Je le comprends tout à fait. Je suis passé par là moi aussi. Mais dans ce cas là, il ne faut pas vouloir accélérer les choses. Pas comme il l’a fait. Il a certainement prit le baiser que je lui ai donné pendant le jeu pour quelque chose de sérieux. Ça l’était. Mais ça ne voulait pas dire qu’il fallait passer à la vitesse supérieure. Sauf qu’il était trop bourré pour le comprendre. Oui c’est ton meilleur ami Kurt. Qu’est-ce que tu veux que ça me fasse ? C’est cool pour toi. Tu ne lui cherche pas d’excuse ? Ah oui ? Eh bien on dirait pourtant. Peut-être qu’il ne s’est pas fait beaucoup d’amis pendant ce laps de temps entre l’histoire de Venise et sa dispute avec Kurt, certes. Et alors ?


« Et tout ça pour te dire qu'à mon avis, il remonte tout juste. Enfin, il essaye. Et puis, t'as certainement remarqué que Aiden est... enfin était hétéro. Et... Enfin il t'en parlera lui même, mais sa famille c'est un peu... Oh, merde hein, je vais pas tourner autours du pot : ils sont un peu conservateurs. Je peux pas en parler sans qu'il soit là, en fait je peux même pas en parler du tout, parce que ça le concerne lui, mais j'aimerai juste que tu comprenne que là, Aiden, il est un peu entrain de nager dans le vide. Il se noie dedans. Venise a été incroyable, à aller lui parler. Moi, j'ai été complètement con de ne pas voir tout ça. Mais même s'il s'est comporté en incroyable enfoiré, essaye juste de ne pas trop le détester. Je ne conçois pas qu'on puisse tromper ses partenaires, moi non plus. J'ai toujours été très réglo là dessus. Aiden et bien... »


Il remonte juste. Je sais merci. C’est pas toi qui l’a récupéré le premier jour où je suis arrivé. Je sais déjà tout ce que tu me dis Kurt. Je sais déjà dans quel état il est. Ce n’est pas la peine de vouloir me faire culpabiliser. Venise a été incroyable. Ouais. Et moi alors ? Moi aussi je lui ai parlé. Moi aussi j’ai tenté de l’aider. Mais ça tout le monde l’oublie hein. Venise rayonne peut-être plus que moi. Et c’est bien ça le problème. Quand je ne rayonne pas, je ne suis rien. Le soleil s’éteint, le soleil voit quelque chose passer devant lui. L’éclipse ne durera peut-être pas longtemps. Ou pas. En attendant le soleil s’éteint. Le soleil souffre lui aussi. Il ne peut pas sourire tout le temps. Où est ma lune ? J’ai besoin de ma lune. Sauf que ma lune est occupée avec le plus gros soleil. Plus le soleil brille, plus la lune s’efface. C’est ce que cherche Heather. Et moi je ne suis plus rien. Je suis seul. Aiden l’est aussi, ouais. Mais tout le monde regarde prince. Tout le monde oublie le pauvre petit paysan qui se bat depuis sa naissance pour survivre. Le soleil va s’éteindre et personne ne le verra. Le soleil sombre. Comme il l’a toujours fait. Lentement. Seul.


« Et toi, comment tu vas Eiji ? »


Mal.
Sa question me fait sursauter, je lève les yeux vers lui, comme si je le voyais pour la première fois. De quoi on parlait déjà ? Je suis perdu. Le monde s’était effondré autour de moi et le retour sur Terre est brutal. Comment je vais ? Je ne sais pas. J’ai le cœur anesthésié. Des années que je ne sens plus la douleur. Sauf celle de la trahison. Elle a ce goût amer qui vous pique à chaque fois, elle trouve toujours le moyen de franchir la barrière de ronce qui entour votre cœur. Elle vous fait sombrer comme un lent poison. Encore une fois je la sens cette douleur. J’avais pourtant juré sur mon sang que plus personne ne me la ferais ressentir. Ça me met en rogne. Une rage indéfinissable qui fait frissonner ma peau. Comment je vais ? Mal. Je vais exploser. Allez-y pleurer sur le sort de votre ami ! Faîtes l’autruche, ne regardez pas le type qui s’effondre devant vous. Ne regardez pas ses signaux de détresse, la bouteille à la mer qu’il est. Ne venez pas le chercher. Laissez le couler.
Je vais mal.
Mais personne ne le voit.


« Je vais bien, merci. »


J’ai cette voix calme et blanche, cette voix douce et ce sourire lumineux. J’ai ce calme avant la tempête. Je suis seul. Laissez-moi l’être. Ce n’est pas grand-chose que je vous demande. Juste ce mince espoir qu’un jour on me remarque pour ce que je suis. Un type colérique et dépressif qui ne sait plus comment pleurer. Je ne veux pas qu’on me voit pour ce que je montre. Un type sûr de lui, un peu excentrique qui rigole à tout et que tout le monde aime. Crimson couine, me touche avec son bâton dans la gueule. T’as raison mon grand. Allons jouer dans la forêt.
Seul.


« Tu devrais peut-être allez voir Aiden, avant qu’il finisse par se jeter lui-même dans l’eau. »


Pendant que moi je me jette ailleurs.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mar 23 Jan - 23:35




Je crois que je l'ai perdu. Je le vois dans ses yeux. Je suis peut-être très nul pour ressentir ce genre de trucs, mais pas pour capter que quelque chose se passe. Moi et les émotions c'est... Enfin j'arrive pas très bien à les gérer chez moi, alors chez les autres hein... Et ça m'énerve, de ne pas savoir ce qu'il se passe dans la tête d'Eiji. C'est comme un fil coupé. Une connexion manquante. Une pièce du puzzle perdue. Et plus on se tue à chercher cette pièce, plus elle disparaît de notre vue, comme de la fumée. Il n'y a pas pire que ce sentiment de se sentir si proche du but, sans pour autant y arriver. Parle moi, Eiji. Mais je sais qu'il n'est pas du genre à parler. C'est facile à sentir, ça.

- Je vais bien, merci.

J'ai un microscopique soupir. C'est une porte qui se ferme. Pourtant, moi, les portes je les enfonce, d'habitude. Mais ça n'est pas la bonne solution. Il y a des puzzle que l'on ne peut pas résoudre seul.

- Tu devrais peut-être allez voir Aiden, avant qu’il finisse par se jeter lui-même dans l’eau.

Je suppose que c'est le point final de la discussion. Je suis vraiment pas très doué pour discuter de l'état d'esprit des gens. Pourtant j'aime bien discuter. J'aime vraiment bien discuter depuis que je peux le faire avec Venise. Avant je le faisais avec Aiden, aussi, mais c'est pas pareil. J'espère qu'après toute cette tempête, nous pourrons retrouver ce que nous avions perdu: la confiance. C'est un des piliers de toutes relations. En fait, c'est même le sol stable qui tient en place les piliers. Et notre sol a nous, il s'est littéralement fendu en deux. Il faut un peu de patience pour construire un pont par dessus cette faille, qui menace de nous engloutir à nouveau et à tous moments. Eiji a parlé de sauver Aiden de la noyade. C'est drôle de se dire que je ne pourrai jamais le faire, si ça arrivait réellement et non symboliquement un jour. Parce que je ne sais pas nager. Aiden le sait. Venise le sait. Roxane le sait. Ce sont les trois seules personnes sur cette terre à connaître la meilleure façon de me mettre dans l'incapacité la plus totale. J'ai un ricanement nerveux, enfonce mes mains dans mes poches. J'ai soudain froid.

- Tu nous rejoins hein? Reste pas tout seul, il pourrait y avoir des ours.

En réalité, ça n'est pas ça que je crains. C'est l'isolement. Dernier petit sourire pour mon petit frère, je me détourne en silence pour rejoindre le lac.


En fait c'est ça. C'est comme avant. Je ne sens rien. Il y a pleins de trucs qui me traversent, mais rien ne me touche. C'est comme si j'avais un champ magnétique autours de moi, qui repousse tout. Je sais pas trop si c'est bénéfique, ou non. On dirait une sorte d'état de choc. Comme l’œil d'une tempête. Je déteste cette sensation de vide, parce que je sais ce qui suit. Ça n'est pas le calme avant la tempête. C'est le calme pendant la tempête. Je suis dans l’œil du cyclone. Un cyclone que j'ai déclenché moi même, comme un parfait connard d'égoïste. C'est comme le regain, en médecine. Juste avant de mourir. J'espère juste que la tempête ne va pas trop s'éterniser, je ne sais pas trop comment je pourrai le supporter. La dernière fois, c'est Venise qui m'en a tiré in-extremis. Je ne peux pas toujours me reposer sur les autres. Il faut aussi que je puisse m'en sortir par moi même. Ou alors, peut-être que je me suis trompé. Je ne suis peut-être jamais sorti de la tempête. Pas encore. Le moment avant la soirée, où j'ai discuté avec Eiji, c'était ça, l’œil du cyclone. S'il me faut à nouveau traverser en sens inverse absolument tout ce que je viens de traverser... Je n'ai pas les épaules. Et personne ne peut les avoir pour moi.

J'ai jeté pleins de cailloux, dans le lac. Je suis super fort, aux ricochets. C'est simple: au Québec, y'a des lacs partout. J'habitude à côté d'un lac. Mes parents ont un chalet plus au nord, au Canada, en face d'un lac. Ça laisse de quoi s'entraîner aux ricochets des heures durant. Et puis c'est reposant, de faire des mouvements sans réfléchir, presque machinalement. Kurt dirait qu'il n'y a pas de mouvement machinal, chez l'homme. On est pas des machines. On pense, toujours. Et on fait toujours les choses pour une raison. Mais ça, je suis sûr qu'il l'a piqué à un philosophe quelconque. Et j'ai plus de cailloux. Venise et Heather discutent, dans leur coin. Elle a sondé Venise de ses yeux bleus. Et puis moi, avant. Je sais exactement ce qu'elle a vu en moi. Mon égoïsme, mes mensonges et mon incroyable capacité à fuir tout le temps. Fabuleux. J'adore me dire qu'elle me déteste sans jamais m'avoir parlé plus de deux minutes.

- Kurt mérite d'énormes claques, voilà ce que je pense. Il ne te mérite pas, mais alors pas du tout.

C'est sa réplique finale, qu'elle a lancé en plantant un instant ses yeux dans les miens. Et j'ai trouvé un autre cailloux, que j'ai lancé dans le lac. Gros con, gros con, gros con, gros con, gros con, gros con... Plouf. Six. Et l'insulte s'est noyée dans le lac. Elle a disparue sous sa surface noire et opaque, absorbée par l'onde froide. Et alors que je continue de m'évertuer à lancer toutes les pierres dans le lac, je reçois quelque chose dans le dos. Boule de neige. Je braque mes yeux sur cet immense dadais bouclé qui me regarde avec sa gueule des jours heureux. Il y a un truc, dans son attitude, qui montre qu'il tente de sauver les meubles. Il est pas très doué pour réconforter les gens. Mais bon, il a au moins le mérite d'essayer. Où est Eiji? Il a dû échouer, avec lui.

- Hé! T'arrête de balancer des trucs dans l'eau?
- C'est des cailloux.

J'avais oublié ma voix.

- J'ai remarqué, gros imbécile. Allez! Bat toi!

Nouvelle boule de neige qui atteint mon ventre. D'habitude j'aurai esquivé. Ça n'est pas d'habitude. J'ai un petit sourire, décide de saisir la perche que Kurt me tend. Après tout, j'ai dis que j'allais tenter de me sortir de la tempête. Et je lui renvois une boule de neige. Je passe en courant à côté de Venise et Heather, après que Kurt ait atteint ma tête avec un de ses projectiles gelés. Je m'arrête un instant, observe Venise avec un petit sourire.

- Avant d'achever Kurt, je lui dirai de te mentionner sur son testament.

Et je pars en courant.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 24 Jan - 9:57

Personnage utilisé : Venise Morlevent







Eiji est parti. Il ne faut pas être aveugle pour comprendre qu’il ne va pas bien. C’est certainement à cause de ce qu’il s’est passé avec Aiden. Boy… Je n’aurais pas dû faire cette soirée. Je crois que j’ai absolument tout gâché. Entre Kurt et moi, entre Eiji et Aiden. Encore une fois la tornade Venise est passée, et elle a tout saccagé sur son passage. Quelle conne je suis. J’ai envie de me foutre des claques. J’ai envie de partir d’ici ou de m’enfoncer dans la neige, qu’une avalanche vienne m’ensevelir pour me cacher de ma honte. Seul Kurt constitue le seul rempart contre cette panique qui m’envahie et cette envie d’hurler au combien je suis désolée d’exister. Sauf qu’Heather vient m’enlever mon rempart. J’étais pourtant bien dans ces bras.


« Bon, c'est bon, on a vu que vous vous aimiez éperdument et blablabla... Kurt, tu ne veux pas aller jouer ailleurs avec ton merveilleux petit frère? Venise et moi on a des trucs à se dire. »


Eiji a besoin de Kurt. Moi… C’est pas grave. Je suis toujours du genre à laisser ma place. Je ne compte pas autant que les autres. Pas autant qu’un petit frère qui semble au bord du gouffre. Ou qui est déjà en train de tomber. Heather m’attrape doucement le bras, m’éloigne de Kurt qui s’éloignait déjà de moi. Reviens vite, moi aussi j’ai besoin de toi. De quoi tu veux qu’on parle Heather ? De cette soirée catastrophique ? Du fait que j’ai fait du mal à ton frère ? Que ton autre frère et moi, on a tout gâché entre nous ? J’ai pas envie de parler. Je suis bien dans ma bulle. J’ai pas besoin de parler. Heather m’entraîne sur les bords du lac, du coin de l’œil je vois Aiden s’installer plus loin, seul. Pourquoi ne vient-il pas avec nous ? Si Kurt n’est pas là, Aiden peut m’aider lui… J’aime beaucoup Aiden. On a trop de similitude pour ne pas s’aimer. Et bizarrement… Je crois qu’il n’y a qu’avec lui, sans compter Luka, que j’arrive vraiment à parler. Il me parle, je lui parle. Avec Kurt aussi. Mais il me parle juste. J’ai du mal à lui donner ma voix en retour.


« Alors, comment c'était, cette soirée? J'ai eu quelques échos de Eiji et... Aiden n'a pas l'air de s'être très bien comporté, si? Et toi, Vee, comment ça va? T'as pas l'air dans ton assiette. Il s'est passé quelque chose dont tu veux discuter avec ta copine de classe d'art? »


Heather me fait un joli sourire, tente certainement d’avoir l’air ouverte, pour que je lui parle. Sauf que je n’ai pas envie de le faire. Ses yeux bleus me déstabilisent, la dernière fois que je lui ai ouvert un peu mon cœur, j’ai fini par m’engueuler avec Kurt. Je lâche un long soupire, que j’étouffe en me cachant dans mon écharpe. Lentement, je m’assoie sur un tronc d’arbre enlevant la neige. J’aurais les fesses mouillées. J’espère que Kurt ne va pas me virer de son pick-up à cause de ça. Les yeux perdus dans la vague, j’hésite toujours à lui parler. Pourquoi a-t-il fallu que je me retrouve au pied du mur comme ça ? Je n’ai plus rien de la lionne à qui je tentais de ressembler. La lionne s’est transformé en un petit lapin.


« J’ai tout gâché. J’ai voulue faire plaisir à tout le monde, tenter de rapprocher Aiden et Eiji, parce que c’était ce que souhaitait Aiden, être avec Eiji. J’ai voulue lui remonter le moral et au final, comme à chaque fois que je tente de faire quelque chose pour les autres, ça a foiré. Aiden et Kurt se sont engueulés, je me suis bourrée la gueule avec une bouteille de téquila parce que je supportais pas de voir Kurt dire des choses horribles à Aiden. Au final Aiden aussi était bourré. J’ai été débile de leur dire de s’embrasser. J’ai tout gâché. Eiji a toutes les raisons du monde de me détester. Et moi je ne pourrais certainement jamais me faire pardonner. Il l’aimait vraiment Aiden hein ? Je suis trop conne. »


La tête enfouie dans mon écharpe, les yeux humide du froid mordant et de ma honte, je soupire, lasse. Je suis trop conne. Vraiment trop conne. J’étais mieux quand j’étais toute seule. Au moins je ne blessais personne.


« J’ai fait un strip-tease à Kurt. C’est ce que je fais toujours quand je suis bourrée. Je chauffe les gens. Comme une vulgaire salope ouais. Je ne lui en veux pas. C’est de ma faute. Je ne sais pas m’arrêter. Il m’a emmené dans ma chambre et… On a gâché notre première fois. Enfin… On l’a pas vraiment fait. Kurt a juste fait ce que personne m’avait fait avant. Et je sais même pas si ça m’a plu ou pas. Enfin c’est pas important. C’est pas comme si on avait toujours fait attention à ce que je veux. Je l’aime. Alors c’est pas grave. »


Non c’est pas grave. Je n’en veux pas à Kurt. Et puis… Il s’est excusé. Il a prit soin de moi. Je ne peux pas lui en vouloir. Un bruit me tire de mes pensées. Kurt est revenu. Il parle avec Aiden, lui envoyant des boules de neige par la même occasion. Eiji n’est pas avec eux. D’un côté ça me rassure, le chien n’est plus là. De l’autre… Je me fais du soucis pour lui. Aiden se met à courir vers nous, se reçoit une boule de neige en pleine neige, neige qui finit sa course projetée sur nous. Aiden se met à courir vers nous, se reçoit une boule de neige en pleine neige, neige qui finit sa course projetée sur nous.


« Avant d'achever Kurt, je lui dirai de te mentionner sur son testament. »


Sa phrase m’arrache un sourire, il repart en courant avant de se faire à nouveau mitraillé sous les boules de neige de Kurt. D’un bond je me lève, attrape de la neige et la lance sur Aiden, qui finit par s’écraser dans son dos.


« J’espère que tu vas me mentionner dans ton propre testament ! »

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Jeu 25 Jan - 20:46




Kurt est parti derrière une petite bute pour se mettre à l'abris. Moi, j'ai déjà commencé à faire mes armes. Non, cette fois je ne mettrai pas de cailloux dans les boules de neige. Ça ferait trop mal et c'est pas gentil. Je me penche en avant pour esquiver les assauts de Kurt. C'est qu'il vise bien! Et puis il lance très fort. Moi aussi, je peux le faire. Pas aussi fort, mais peut-être aussi juste... Je reçois une boule de neige dans le dos. Alors Venise a décidé de se retourner contre moi? Je tourne la tête vers elle.

- J’espère que tu vas me mentionner dans ton propre testament !

J'ai un grand sourire. Qu'est ce que je pourrai lui filer, qui m'appartient, hein? A part mon fric, bien sûr. Mais c'est nul, je préférerai lui céder un truc qui m'appartient. Mes yeux se posent un instant sur mon bracelet. C'est trop personnel. Je l'emporterai dans ma tombe. Enfin, s'il ne se casse pas avant.. Ces pierres s'usent. Et ça fait un moment que je l'ai, ce bracelet de pierres bleues.

- Bien sûr! T'as qu'à me dire ce que tu veux et je te le filerai! J'ai pleins de colliers et de bracelets, si tu veux! Et puis aussi-

Une boule de neige m'atteint dans la nuque. Les flocons s'insinuent dans mon cou, fondent presque immédiatement. Je me tortille en lâchant quelques jurons.

- Allez, on parle moins et on agit plus!

Il se planque derrière son tas de neige, commençant certainement à former ses armes. Ok. Je ne vais pas perdre. Je me précipite derrière un tronc d'arbre couché, comment à faire un mur de neige sur ce dernier. Heather est toujours à côté du lac, son visage incroyablement soucieux qui ne veut pas tomber. Elle a le regard fixé dans la direction qu'a pris Eiji. Peut-être qu'elle hésite à le rejoindre. Moi aussi, j'ai très envie de le rejoindre. Mais je sais qu'il va m'envoyer chier. Et le pire, c'est qu'il aura raison. J'ai fait l'égoïste. La tempête s'annonce au loin. Kurt envoie une boule de neige sur Heather, qui l'insulte de tous les noms d'oiseaux avant de lui donner un grand coup de pied dans la poudreuse pour le recouvrir de neige. Ils font un beau tableau. J'entends les rires de Kurt, sonores et les grognements de Heather qui continue de donner des coups de pieds dans la poudreuse pour recouvrir son frère de neige. J'aurai vraiment bien aimé avoir un frère ou une sœur. Mais faut croire que mes parents ont déjà eu du mal à m'avoir, alors un autre enfant... Tant pis. Il faut accepter ce qui ne dépend pas de nous.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Ven 26 Jan - 20:04

Personnage utilisé : Venise Morlevent





« Bien sûr! T'as qu'à me dire ce que tu veux et je te le filerai! J'ai pleins de colliers et de bracelets, si tu veux! Et puis aussi-»


Alors qu’Aiden s’était arrêté pour me répondre, une boule de neige s’écrase dans son cou, il se met à se tortiller en lâchant des insultes. Je ricane, devant l’attitude d’Aiden. Ça fait du bien de rire.


«  Allez, on parle moins et on agit plus ! »


Kurt disparaît derrière sa montagne, Aiden se précipite derrière le tronc d’arbre où j’étais assise plus tôt. Ok ils veulent faire la guerre ? Pas de problème. Mais je vais où moi ? Une forme blanche passe devant mes yeux, finit par atteindre Heather qui se met elle aussi à jurer. La brune, à grands coups de pieds tente de faire s’écrouler son mur en recouvrant son frère de neige. Kurt a un rire sonore. J’adore son rire. Il fait toujours du bien, même quand notre cœur est tout triste. Je me précipite à ces côtés, le plaque dans la neige en lui sautant dessus et lance une boule de neige sur son visage.


«  Solidarité féminine ! »


Je dis, en ricanant comme une enfant. En vrai j’en profite juste pour me rapprocher de lui et le taquiner. J’adore le taquiner. En faite j’adore tout faire avec lui. Et je ne veux pas que ce qui s’est passé après cette soirée gâche tout entre nous. Vraiment pas. Je ferais tout pour rattraper ma connerie. Assise sur lui, je lui enlève doucement les flocons de neige encore présent dans ses cheveux bouclés. Non, je n’ai vraiment pas envie que toute cette histoire change quelque chose entre nous. Et après, il va falloir que je tente de rattraper les choses avec Eiji et Aiden.

~~~~


Personnage utilisé : Eijiro Calore





Kurt m’a laissé partir. Seul consigne, les rejoindre au bout d’un moment, que je ne reste pas seul trop longtemps. Ouais. Je le remercierais plus tard. C’est déjà cool de sa part de comprendre que j’ai besoin d’être seul. Que j’ai besoin d’être seul pour me faire à l’idée que ma jolie parure de soleil est en train de tomber. Je me suis enfoncé dans la forêt qui borde le lac, suivi de près par Crimson. Les mains dans les poches, j’ai d’abord passé ma colère à coup de pied dans la neige. Pourquoi je suis allé à cette putain de soirée ? Venise ne voulait pas mal faire, loin de là. Je suis juste très déçu de ce qui c’est passé. Au moins, ça renforce le fait que je n’aime pas les soirées. Je me force à venir, et voilà comme ça fini à chaque fois. Mal. Mal comme mon état. C’est là que j’ai sorti les mains des poches. Là que j’ai commencé à taper Taper tout ce qui m’entoure, c’est-à-dire les arbres. J’en ai marre de me prendre la tête. Je déteste ça. Je déteste ça et je fais toujours semblant de ne jamais me la prendre. Encore un mensonge que je cache derrière un joli masque. Le joli masque qui se fissure lentement. Aiden en est certainement l’élément déclencheur. J’en suis la cause. Je suis responsable de mon mal être, et ça me fou la haine. Tellement la haine que mes phalanges se mettent à saigner à force de mes coups dans l’écorce des arbres. J’ai tellement la haine, la rage, le dégoût contre mon incapacité à demander de l’aide. Contre ma fierté qui n’a pas de limite, en tout cas tellement éloignées qu’on ne les voit pas. Pourquoi est-ce que tout ça m’arrive ? Pourquoi est-ce qu’à chaque fois que quelqu’un m’intéresse vraiment au de-là de la partie sexuelle, ce quelqu’un me tire une balle dans le cœur ? Je crois qu’en fait, c’est moi qui provoque tout ça. J’ai pas peur de la mort. Je n’ai pas peur de poser mon front contre le canon du flingue en hurlant qu’on peut me buter. En fait c’est ça. Je suis maso pour en redemander à chaque fois. Frapper moi une fois, je chercherais toujours la deuxième baffe. Aiden a appuyé sur la détente parce que je l’ai cherché. Je n’en veux pas à Aiden et à sa lâcheté de n’avoir pas quitté sa copine. J’en veux à moi-même d’avoir pu continuer à rester dans ce cercle vicieux. Je n’en suis jamais sorti depuis que je suis né.

Avec tout ça, je n’ai pas dormi de la nuit. J’ai un sommeil assez… Chiant. Toujours léger. Et beaucoup trop régulier pour être agréable. Une nuit blanche et me voilà à m’énerver contre des arbres et mes briser les phalanges. J’ai sommeil. Et j’en ai marre d’avoir les yeux ouverts sur ma propre haine.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 28 Jan - 1:35




J'ai toujours été fort à la bataille de boules de neiges. Je lance juste, fort, vite. En même temps, c'est à ça que je suis formé. Ça doit me venir de Roxane. Elle aussi, elle lance juste, fort et vite. Surtout les tasses, contre les murs. Je peux au moins la remercier pour ça, je suppose. Ça et les yeux verts, bien sûr. J'aurai pu être blond. J'essaye de m'imaginer blond, derrière mon tas de neige, distrait un instant. C'est la gueule de bois qui m'empêche de me concentrer. Foutu alcool. Le rhum met toujours minable. C'est la règle du jeu. Une heure d'amusement pour vingt-quatre d'enfer. Et encore, un amusement bien triste. Je peux m'amuser sans alcool. Disons qu'hier, j'en avais besoin pour me donner le courage d'affronter la soirée. C'est lâche, hein? De la neige me submerge soudain, je pousse un cri de surprise. Heather m'arrose d'une flopée d'insultes toutes plus jolies les unes que les autres. Ça va, ça n'était qu'une boule de neige... Je me suis planqué derrière un mur de poudreuse et il faut croire que ma petite sœur n'a pas peur de venir m'affronter directement... à grands coups de pompes dans la neige. Heather me tire de mon bourdon et je l'en remercie du fond du cœur. Soudain, une tête blonde surgit de devant le soleil, m'arrachant un autre cri de surprise.

- Solidarité féminine !

J'ai un nouveau rire, me met à supplier de façon exagérer qu'on ne me tue pas. J'ai de la neige partout. Surtout dans mon cou et dans mes cheveux. Avec délicatesse, Venise retire la neige de mes boucles, encore plus denses que d'habitudes, à cause de l'humidité. Heather, après avoir poussé un cri de victoire, est allée à l'attaque du roi Aiden derrière son tronc d'arbre. Les combats ont cessé, de notre côté. J'ai un petit sourire, me redresse lentement sans écarter Venise et scelle nos lèvres avec toute la délicatesse dont je suis capable. Quelques secondes plus tard, je m'écarte pour glisser quelques mèches blondes derrière son oreille. Elle n'a pas surgit de devant mon soleil. Elle est le soleil. Mon soleil.

- J'ai perdu, je souffle. Tu m'as eu. On fait une alliance? Je suis sûr que si on s'allie, on est plus fort. Et on peut renverser la tornade Heather.

Je l'embrasse à nouveau, plus furtivement. Et pendant une demi seconde, j'ai presque oublié l'énorme connerie de la veille.




Aiden m'a mit de la neige partout. On s'est jeté de la poudreuse à la figure pendant que les deux escargots se bavaient dessus derrière leur montagne blanche. J'ai déversé toute ma haine sur ce con blond, je l'ai ensevelit sous des tonnes de flocons. Et puis il a fait pareil, sortant de sa cachette pour m'attraper les chevilles. Heureusement, y'a beaucoup de neige. Et j'ai les os solides. Si on avait été amis, lui et moi, ç'aurait pu s'apparenter à une simple bagarre. Mais il n'y a rien de plus désagréable qu'avoir plein de neige dans le cou et dans le dos. Je suis plutôt fière de moi, même si j'ai également fait les frais de la bataille que j'ai déclenché. Et il n'y a rien de plus satisfaisant que de voir ce petit imbécile se tordre dans tous les sens en grognant des tonnes de jurons en plein de langues différentes. Moi aussi, je peux le faire: je sais dire "je t'aime" et "je te baise" en plein de langues. Une fois que Aiden s'est redressé pour tenter d'enlever toute la neige que je lui ai mit dans le pull, je met met à observer les alentours. Eiji n'est toujours pas revenu. Je me tourne vers Aiden.

- Tu diras aux deux autres que je suis partie chercher mon frère.

C'était peut-être un peu sec, comme ton. Très sec, même. Et puis, sans attendre une quelconque réponse, je m'élance dans la forêt. Les traces ne sont pas très compliquées à suivre. D'abord nombreuses, mêlées à celles de Kurt. Et puis, on voit l'endroit où Kurt a fait demi-tour. Eiji a dû continuer tout seul. Je marches quelques instants, avant de tomber sur des arbres qui semblent de plus en plus dénudés de leurs écorces. Je m'arrête un instant devant l'un d'eux, fronce les sourcils. Et bien ce soir, ça sera couture. Le sang est frais. Eiji a dû se ruiner les mains. C'est pas de la neige que j'aurai dû lancer sur Aiden. C'est des cailloux. C'est comme ça qu'on puni les femmes que l'on soupçonne d'adultère, dans certains pays. Aiden est un mec adultère. On devrait le lapider. Au bout d'un moment, en suivant les traces et les écorces, je tombe sur une forme sombre, au sol. Estomaquée, je cours à sa rencontre. Eiji. Endormi. Dans la neige.

- Eiji, tu m'entends?.. Eiji réveille toi..

Je cherche sa respiration, dont je repère vite les petits nuages rassurants. Il y a Crimson, avec lui. Il faut qu'on rentre. L’hypothermie, c'est pas mon délire. Et voir mon frère en crever, c'est encore moins mont truc. Je continue de caresser ses cheveux, pour tenter de le réveiller en douceur. Debout, Eiji. Et après promis, tu pourras dormir autant que tu le voudras.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 28 Jan - 19:47

Personnage utilisé : Venise Morlevent





Sous moi, Kurt se met à gigoter, supplier qu’on ne l’achève pas. C’est vrai que c’est tentant de l’achever à coup de boule de neige. Mais il finirait par attraper froid. J’attends une exclamation victorieuse venant d’Heather, la neige a cessée de tomber au-dessus de nous. Heather a dû aller se trouver un autre adversaire. Kurt et moi pouvons enfin être seuls. Je plante mes yeux bleus dans ses prunelles vertes, il vient déposer un doux baiser sur mes lèvres. Qu’est-ce que j’aime ses lèvres. Cela faisait trop longtemps qu’elles n’avaient pas touchées les miennes.


« J’ai perdu. Tu m'as eu. On fait une alliance? Je suis sûr que si on s'allie, on est plus fort. Et on peut renverser la tornade Heather. »


Je glousse, nouveau baiser sur mes lèvres, bien trop chaste à mon goût. Je me redresse doucement, lui tend la main pour l’aider à se relever, restant assise à califourchon face à lui. Derrière la bute de neige, on est à l’abri des regards. Tant mieux. Une nouvelle fois, je pose mes lèvres doucement sur les siennes, passant doucement mes mains dans ses cheveux bouclés et humide. Je crois qu’on va tous finir par attraper froid si on ne rentre pas au chaud rapidement. Je soupire, frotte mon nez gelé contre le sien, haïssant en silence les effets de la gueule de bois sur mon corps.


« Ne pleure plus pour mes conneries, mon amour. »


Parce que je sais qu’il a pleuré sous la douche. Je sais qu’il se déteste alors que la seule personne qui doit ses détester en ce moment, c’est moi. C’est moi qui ai provoqué tout ce bordel. Et le karma s’est juste retourné sur moi, bien trop gentiment à mon goût. Lentement, je me lève, alors qu’Heather passe devant nous sans nous voir. Où va-t-elle comme ça ? Certainement rejoindre son jumeau. Attrapant la main de Kurt, je me dirige alors vers Aiden, toujours en train de pester contre la neige qui s’est infiltré dans ses vêtements.


« Aidy ? Tout va bien ? Heather est partie rejoindre Eiji ? »


Il hoche la tête, je fais de même. J’aimerais bien aller moi aussi. Pour savoir comment il va. Eiji semble du genre à s’isoler quand ça ne va pas. J’aimerais lui dire au combien je suis désolée de toujours provoquer le malheur autour de moi et de m’apparenter plus à une tornade qu’à un être humain mais à vrai dire… Je n’ose pas. Il ne va certainement pas apprécier. Ce n’est peut-être pas le bon moment. Mieux vaut… Je ne sais pas. Je ne sais pas quoi faire, et comme toujours, je panique. Respire Venise. Je lâche un soupire tremblant, sert la main de Kurt plus fort. Celui semble d’ailleurs sentir ma détresse, ou lire dans mes pensées, toujours est-il qu’il propose tout haut, ce que je n’osais pas dire.


« Je suis gelé, on bouge ? Il faudrait aller chercher Eiji et Heather. »


J’hoche vigoureusement la tête pour toute réponse.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 31 Jan - 22:39




La main de Venise glisse dans mes cheveux, j'en ronronnerai presque de plaisir. J'adore le contact, avec elle. J'adore vraiment ça. Ça me fait oublier le reste, même la sensation de la neige sous moi et le froid qui s'insinue lentement dans mes os, comme un serpent.

- Ne pleure plus pour mes conneries, mon amour.

Elle sait. Elle a compris. Je regarde ailleurs, sentant soudain la honte m'écraser comme un étau. Kurt Hook ne pleure pas. Jamais. Venise est l'un des seules personnes à m'avoir vu pleurer. A m'avoir vu vraiment pleurer. Et j'ai un peu honte, qu'elle sache. C'est comme en rajouter une couche. Elle n'a pas besoin de ça. Je ne veux pas qu'on s’apitoie sur mon sort. Surtout que mon sort est minime, au final. Venise ne m'a pas quitté pour ma connerie. Pourtant, elle aurait eu milles raisons de le faire. Heather passe, Venise se redresse et je fais de même. Sa main se glisse dans la mienne, j'ai un petit sourire en coin. Je sens l'eau gelée glisser dans mon dos. Tout mon corps est secoué d'un frisson. La neige dans le dos, surtout avec ma sensibilité, c'est vraiment horrible. L'une des pires sensation du monde... avec boire la tasse, bien sûr.

- Aidy ? Tout va bien ? Heather est partie rejoindre Eiji ?

C'est marrant, ce surnom qu'elle lui a donné. Ça lui va bien. Ça colle plus avec son espèce de caractère léger et instable. C'est marrant, la manière dont il a évolué. Quand il est arrivé, y'a des années, c'était le pire des enfoirés. Et puis lentement, il s'est calmé. Moi aussi, d'une certaine manière. On s'est calmé à deux, juste un peu. J'imagine que l'un atténuait l'autre. Aiden a gardé quelques passages de grande connardise et moi... et bien moi aussi. Mais bon, on ne change pas les gens. Ils ne peuvent se changer qu'eux même. Je crois qu'Aiden est encore entrain de changer, comme moi je le fais, lentement. C'est peut-être cela qu'on appelle la maturité.

Heather ne semble toujours pas revenir. Aiden, les yeux pointés vers la forêt, semble désirer les rejoindre. La main de Venise serre la mienne. J'ai compris, que vous vouliez y aller. J'ai un tout petit soupir.

- Je suis gelé, on bouge ? Il faudrait aller chercher Eiji et Heather.

Personne ne bronche, je passe mon bras autours des épaules de Venise et la serre contre moi. Elle va bientôt attraper froid, avec toute cette neige. Je ne veux pas qu'elle soit malade, c'est chiant, d'être malade. Moi j'ai de la chance, je suis très rarement malade. Quand je le suis, par contre, ça n'est pas juste un petit rhume. Et puis la fièvre, ça me fait planer. Et râler encore plus, aussi. Aiden aussi, d'ailleurs. Quand je le détestais encore, il y a quelques années, on était tombés malades à la même période. Et on était dans la même chambre, tous les deux à planer et à se lancer des insultes toute la journée. Quand j'y repense, je me dis que c'était drôle, quand même. Je sais même plus pourquoi on se faisait la guerre. Je crois qu'il n'y avait pas de raison. On était juste un peu cons.

- On va pas tarder, après, d'accord? Je commence à avoir froid, avec cet assaut en traître.

Je plante un baiser sur le sommet de son crâne avec un petit sourire. Aiden, de son côté, joue avec son téléphone et baille, un peu trop souvent à mon goût. Le sommeil alcoolisé n'est pas du tout réparateur. Je crois que tout le monde commence à être... complètement H.S. Et je crois aussi qu'on a tous eu notre dose de.. je sais même pas comment on peut appeler ça. Je sais pas si cette soirée nous a tous rapprochés ou l'inverse. Je suppose que ça a bien marché pour certains et que ça a été terrible pour d'autres. Enfin j'en sais rien, au final. C'est ni tout blanc ni tout noir. C'est nuancé. Je me met à chantonner du bout des lèvres, une musique d'un artiste que j'aime bien et que j'irai bien voir en concert, si seulement j'avais les moyens. Peut-être un jour. Nous rejoignons bientôt Heather et Eiji, tous deux redressés. Heather est affairée à retirer toute la neige des fringues de Eiji en grognant. Je crois voir une sorte d'éclair rougeâtre, sur les mains de mon petit frère. Et à certains endroits, la neige semble fondue, constellée d'éclats grenats. Je fronce les sourcils, m'avance, soucieux.


Lentement, Eiji s'est réveillé. J'ai tout de suite attrapé ses mains, pour les regarder, d'un air dubitatif. Je sais ce qu'il fait, quand il va mal. Je secoue la tête de droite à gauche, sors un paquet de mouchoirs pour essuyer ses mains. J'ai l'habitude de m'occuper de ses blessures. De m'occuper de chacune de ses blessures. Je le connais trop bien. C'est mon double, en même temps.

- Regarde moi ça. Je vais avoir du travail. Ça va peut-être laisser des traces.

Encore des traces. Il en a partout. Je déteste ne pas pouvoir résoudre tous ses problèmes.

- J'ai du désinfectant, dans la voiture. Avant de partir, je mettrai un coup sur tes mains. Sinon, une fois que le froid aura quitté tes mains, tu vas avoir vraiment mal. Donc on va profiter du fait que le froid a un peu endormi tout ça, d'accord?

Ça n'est pas une vraie question. Je vais le réparer. Et casser la figure d'Aiden, pour ce qu'il fait subir à la boule de nerf qui me sers de frère jumeau. On ne touche pas à mon frère. Le premier mouchoir est rapidement imbibé, j'en attrape un autre. Pendant quelques minutes, nous avons un peu discuté. Et puis, je les ai entendu. Les pas des trois personnes qui nous accompagnaient. On aurait peut-être pas dû venir ici. J'ai aidé Eiji a se relever, me suis mise très légèrement devant lui. Simple réflexe, barrière protectrice.

- On va y aller. Hein Eiji? C'était chouette, le lac enneigé. Je reviendrai, pour dessiner. Tu viens, Eiji? Crimson, on y va mon grand.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Ven 2 Fév - 20:11

Personnage utilisé : Eijiro Calore





Je me suis endormi. J’ai raté une nuit de sommeil et mon corps ne le supporte pas. Je suis fort en apparence. Je n’ai jamais dit que je n’avais aucune fragilité. Ce sommeil n’a été d’aucune utilité. Plus assommant que reposant. La plupart de mes nuits sont sans rêves, cette sieste a été cauchemardesque. Peter était revenu d’entre les morts et devinez avec qui il était reparti ? L’enfoiré de boucle d’or. Deux cons ensemble. Ça fait une aussi jolie paire que mes boules. Parce que les boules je les ai bien en ce moment. Le souvenir de Peter profite toujours des moments où je ne suis pas bien pour revenir, aussi vicieusement que sa disparition. Cette fois au moins, il y a une excuse logique à ça. Aiden aurait très bien pu remplacer Peter dans mon cœur. Sauf que lui, la trahison, il a eu la gentillesse de le faire avant que tout commence. C’est un mal pour un bien comme on dit.
J’ai mal dormi, il fait froid. Pourquoi je n’ai pas réussi à me réveiller rapidement. J’ai le sommeil léger. Mais les caresses d’Heather ont eue du mal à me faire revenir sur terre. J’ai ouvert lentement les yeux, Heather m’a attrapé les mains, une vive douleur s’est propagé dans mes bras. J’ai connu plus agréable comme réveil. Comme se réveiller chatouillé par les cheveux flamboyant d’une rousse joueuse.


« Regarde moi ça. Je vais avoir du travail. Ça va peut-être laisser des traces. »


Lentement, mes yeux se sont fixés sur mes mains, ensanglantées. J’ai lâché un long soupire, rejeté ma tête en arrière pour la taper contre le tronc d’arbre sur lequel je suis appuyé. Je suis déjà marqué. Mes mains sont pleines de cicatrices, comme mon corps d’ailleurs. Mes tatouages sont là pour recouvrir les cicatrices les moins jolies, celles dont je ne suis pas fier et que je voudrais oublier. La fougue de la jeunesse vous fait faire n’importe quoi.


« J'ai du désinfectant, dans la voiture. Avant de partir, je mettrai un coup sur tes mains. Sinon, une fois que le froid aura quitté tes mains, tu vas avoir vraiment mal. Donc on va profiter du fait que le froid a un peu endormi tout ça, d'accord ? »


J’ai déjà mal. J’ai froid. J’ai mal. Je n’ai envie que d’une seule chose, rentrer chez moi et m’enrouler dans la couverture de mon lit pour tenter de dormir paisiblement. Crimson pose sa tête sur mes jambes, sentant bien ma douleur. Voilà ce que j’ai besoin. Un lit douillet, un chocolat chaud, mon chien, dormir. Et peut-être ma sœur, si elle veut. Je ne veux pas la déranger avec mes problèmes. Je lui ai déjà causé trop de soucis.


« Ça sert à rien Heathy, te casse pas la tête. J’ai pas mal. Arrête je te dis, ça sert à rien ! »


Je repousse gentiment sa main qui tentait de nettoyer le sang avec des mouchoirs. J’ai pas mal. La douleur c’est dans la tête. On a continué à discuter dans le froid, jusqu’à ce que Crimson relève la tête brusquement, les oreilles en alerte, nous indiquant que nous ne serions très bientôt plus seuls. Génial. Heather m’a aidé à me relever, Kurt, Venise et Aiden sont apparu entre les arbres. Et je n’ai pu que me cacher derrière ma sœur, comme un con, en essayant de planquer mes mains tant bien que mal.


« On va y aller. Hein Eiji ? C'était chouette, le lac enneigé. Je reviendrai, pour dessiner. Tu viens, Eiji ? Crimson, on y va mon grand. »


Je crois que c’est le mieux à faire. Je suis frigorifié. Et puis j’ai l’air d’un con à rester planqué derrière ma sœur, les yeux rivés au sol, comme un gamin qui vient de se faire engueuler par sa mère. Sauf que ma mère s’est faites remplacée par ma sœur jumelle.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 4 Fév - 1:53




Je suis sûr d'avoir vu les mains d'Eiji briller. Il est habile à les cacher. Mais la façon qu'il a de se cacher derrière Heather ne trompe personne. Je décide de laisser tomber, on a tous eu... une trop grosse journée, même si on a pas fait grand chose. C'est comme une cocotte minute qui va bientôt exploser. A moins qu'elle ne l'ai déjà fait.

- On va y aller. Hein Eiji ? C'était chouette, le lac enneigé. Je reviendrai, pour dessiner. Tu viens, Eiji ? Crimson, on y va mon grand.

Je hoche la tête, m'écarte sur le chemin d'Eiji et Heather. Lentement, leurs silhouettes s'éloignent à travers la neige, entre les arbres. Aiden les observe s'éloigner en se tordant les mains. Je sais pourquoi il est comme ça. Quand il est tellement agité à l'intérieur, mais qu'il ne sait pas quoi faire. T'as joué au con, Aiden. Il faudra un peu de temps pour réparer ça. Peut-être même que le temps ne servira à rien du tout dans cette affaire. Mais à l'inverse d'il y a quelques heures, Aiden ne sera pas seul. Il n'affrontera pas la solitude une deuxième fois. Enfin, plus vraiment. J'essayerai d'être un ami un peu meilleur. Un soutien un peu meilleur. J'imagine que meilleur que nul, ça doit être possible.

- Je vais y aller aussi. J'ai pas mal de travail et... Enfin j'ai des trucs à régler donc... A plus tard.

Je n'ai rien le temps d'ajouter qu'Aiden file aussi entre les arbres. Du travail, hein? Il est sensé être un très bon menteur. Peut-être que son talent s'annule quand il se retrouve coincé. Je plante mes yeux dans ceux de Venise, nous restons là sans parler quelques secondes. Un grand frisson me secoue, je reprends conscience du froid polaire qui m'anime. Serrant Venise contre moi, j'ai un petit sourire en coin.

- Et si on rentrait, nous aussi? Je vais vraiment mourir de froid très, très bientôt.

Ça serait dommage, un peu quand même. Je serre sa main dans la mienne et nous marchons vers la sortie de la forêt. Venise et moi atteignons rapidement le pick-up. Je met la radio, malheureusement le chauffage ne marche pas dans cette voiture. J'ai pas assez d'argent pour le faire réparer. C'est pas grave, ça ne fait qu'un truc de plus qui ne marche pas. Je passe le pled à Venise, au cas où elle aurait vraiment froid. Et nous partons. J'espère juste qu'Aiden n'ira pas trop vite, la route risque d'être verglacée. Et encore une fois, je sais comment il est, avec sa caisse. Quand tout va mal, il se barre loin. Et il se défoule en roulant très vite. Trop vite. Un jour, ça lui coûtera la vie. Mais quel genre de père laisse une telle voiture entre les mains de son enfant? Arthur Lord, bien évidemment.

A part quelques petits coups de glisse dans les virages, nous sommes arrivés sains et saufs. Je rêve d'un chauffage ou d'un feu énorme. En plus, la gueule de bois n'arrange rien. J'entre en trombe, monte dans la chambre dans l'espoir de trouver des fringues propres et sèches. Arrivé dans la chambre, je retire mon pull et mon tee-shirt trempés en grognant. Je vais devoir m'acheter des trucs plus chauds. Et aussi me mettre un rappel pour ne plus jamais me laisser embarquer dans une bataille de boules de neige avec Venise ou Heather. C'est trop dangereux pour ma santé, je crois. Si avec tout ça, j'ai pas la crève, c'est que vraiment mon corps est un putain de champion. Je suis rarement malade, de toute façon. Enfin, ça va quoi. Disons que de ce côté là, je suis plutôt chanceux.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 4 Fév - 15:07

Personnage utilisé : Venise Morlevent





On a rejoint les autres rapidement. Même si la neige commence de nouveau à tomber, les empreintes de pas restent encore visibles. Aiden marche derrière nous, Kurt et moi avançons mains dans la main. Je ne sais toujours pas ce que je vais dire à Eiji. Enfin, je ne devrais peut-être pas m’excuser devant tout le monde, il n’apprécierait peut-être pas. Je ne sais pas quoi faire et je suis plus en train de paniquer qu’autre chose. Nous apercevons Heather, occupée à retirer la neige sur les vêtements de son frère. Il y a le chien aussi, je me cache par réflexe derrière Kurt.


« On va y aller. Hein Eiji ? C'était chouette, le lac enneigé. Je reviendrai, pour dessiner. Tu viens, Eiji ? Crimson, on y va mon grand. »


Déjà ? Même pas de… Petite discussion ? Enfin… Pas qu’on ait grand-chose à se dire… À part mettre les choses au clair une bonne fois pour toute. Je tourne la tête vers Aiden, pensant l’interroger du regard sur ce que nous devrions faire mais celui-ci semble encore plus perdu que moi, tortillant ses mains comme un enfant venant de faire une bêtise. Eiji, Heather et leur chien s’éloigne sans un au revoir, Aiden les regardes partir, mine triste sur le visage. J’ai envie de lui faire un câlin pour le réconforter. Lui dire que je suis sûr que tout finira pas s’arranger. C’est impossible qu’Eiji laisse tout tomber. Il lui a déjà pardonné une fois. Il peut très bien le refaire avec un peu de volonté.


« Je vais y aller aussi. J'ai pas mal de travail et... Enfin j'ai des trucs à régler donc... A plus tard. »


Personne ne dit rien. Kurt plante ses yeux dans les miens, je regarde Aiden s’éloigner, lâche un long soupire déçue. J’ai vraiment tout gâché. Donnez moi une médaille, appelez moi si vous avez besoin de quelqu’un pour foutre le bordel dans votre vie. Kurt me serre dans ses bras, j’enfouie ma tête dans son pull, respirant son odeur rassurante et calmant les flots de sanglots qui menacent de tomber.


« Et si on rentrait, nous aussi? Je vais vraiment mourir de froid très, très bientôt. »


J’hoche la tête et ensemble nous rejoignons le pick-up. Je passe le trajet blottie contre Kurt, partageant son plaid avec lui pour le réchauffer, l’esprit ailleurs. J’ai envie de tout envoyer balader. Eiji déteste Aiden, Aiden est encore plus triste qu’avant, Heather va apprendre à me détester et a envie d’égorger son frère et Kurt même s’il ne le montre pas se sent encore coupable de ce qu’il a fait. Je crois que je vais exploser. Hurler. Régler les problèmes à ma façon. Arrivé à la maison, Kurt monte directement dans ma chambre. Bart ne semble pas là, personne ne me répond lorsque je l’appelle. Effectivement, il a laissé un petit mot sur le bar. Il s’est trouvé un plan cul on dirait. Petit sourire aux lèvres, je monte les escaliers, entre dans ma chambre, mes yeux tombant sur le dos nu de Kurt. Je m’approche en soupirant, attrape ses vêtements trempés


« Je vais faire tourner une lessive avec tes affaires. Enlève le reste. »


Il enlève son pantalon, je l’attrape au vol et emmène le tout dans la salle de bain pour enlever mon pantalon, j’ai les fesses et les genoux trempés. Je reviens quelques secondes plus tard, m’approche de Kurt, me colle lentement contre son dos, enroulant mes bras autour de son torse froid.


« Ma chambre est mal isolée, pourquoi tu n’es pas sous la couette en train de te réchauffer ? »


Il est gelé. J’embrasse doucement son dos d’athlètes, entre ses omoplates, sens son corps frissonner plus qu’il ne le peut déjà.


« Tu veux qu’on se réchauffe à deux ? »


C’est clairement une invitation. Mieux vaut régler ce problème comme ça. Kurt arrêtera de se sentir coupable s’il comprend que je ne lui en veux pas. Et puis… Je ne me souviens absolument pas de ce qu’il m’a fait. Avoir une autre démonstration ne me dérange absolument pas.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 4 Fév - 22:56




J'entends les pas de Venise, dans les escaliers. A l'évidence, son frère n'est pas rentré. Tant mieux, il ne me cassera pas la gueule, comme ça. Pas que j'ai peur de lui hein mais.. Enfin, un peu quand même. Il est impressionnant. Et je sais que je mérite de me faire défoncer le crâne par un frère en colère. Il faut toujours craindre les grands frères, ils sont tenaces. Et ils n'ont souvent rien à perdre dans la bataille. Je me suis déjà fait tabassé par un grand frère en colère. J'ai failli me faire défoncer par un père en colère, une fois, aussi. Mais ça n'était pas pareil. Je n'en avais strictement rien à foutre. Et je ne me sentais pas coupable. C'était un jeu, pour moi. Le jeu du chat et de la souris. Il faut juste éviter de se faire attraper par le chat.

- Je vais faire tourner une lessive avec tes affaires. Enlève le reste.

J'ai un léger sursaut. Je ne l'avais pas entendu entrer. J'hoche la tête, attrape mes médaillons dans ma bouche et retire tant bien que mal mon pantalon. Je suis certain que trempé comme il est, si on le laissait dehors, il gèlerait. Venise repart, je sautille sur place dans l'espoir de me réchauffer. Je farfouille un peu dans l'espoir de me trouver autre chose, en plus de mon pull. J'ai aussi retiré mes chaussettes, aussi trempées que le reste. Faudrait peut-être que j'achète une combinaison intégrale, pour éviter de revenir trempé à chaque expédition neige. Je connais Aiden, c'est le premier à s'amuser à foutre de la neige dans le cou de tout le monde et à se barrer en courant comme un dératé. Si je dois en plus surveiller Venise, je crois que j'en mourrai d'épuisement. Je la sens se rapprocher, dans mon dos. Quand elle se colle contre moi, j'arrête de respirer.

- Ma chambre est mal isolée, pourquoi tu n’es pas sous la couette en train de te réchauffer ?

J'ai un petit sourire. J'ai déjà un peu plus chaud que tout à l'heure. Ses bras s'enroulent autours de mon torse, je pose mes mains sur ses poignets. Ses lèvres parcourent mon dos, se posent entre mes omoplates. Tout mon corps frissonne. Le froid étend la zone de sensibilité. Le froid, un choc, une mauvaise nuit... Il y a beaucoup (trop) de facteurs. Mais soudain, ces facteurs, je les bénis. Cette hypersensibilité a ses bons côtés. Elle rend les baisers de Venise électriques.

- Tu veux qu’on se réchauffe à deux ?

Je crois que mon cœur a raté un battement. J'attrape doucement ses poignets, desserre la prise qu'elle a sur mon torse pour me tourne vers elle. Petit soupir, je caresse doucement sa joue du pouce. Je ne sais pas si c'est une bonne idée. Probablement pas, en fait. Je ne la mérite pas. Je ne veux pas qu'elle se sente comme un chiffre. Je l'ai attendue, je peux l'attendre encore. J'attrape son menton, lui fait un petit sourire avant de l'embrasser délicatement.

- Est-ce que tu es sûre de ce que tu me demande?

Je ne voudrai pas la brusquer. Je ne voudrai pas qu'elle regrette. Mon cœur commence déjà à s'emballer. C'est terrible, on dirait un puceau qui s'apprête à faire sa première fois. Ma main libre glisse sur l'un de ses hanches à la peau veloutée. Je me rend soudain compte que mes mains doivent être glacées. Je frôle la peau de son bas ventre, perds mes yeux dans les siens.

- Je peux encore t'attendre autant de temps que tu le voudras. Je ne veux pas que tu regrette, Venise.

Ça serait le pire. Elle n'a franchement pas besoin de ça.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mar 6 Fév - 9:07

Personnage utilisé : Venise Morlevent





Ils semblent comprendre ce que je veux dire. En même temps, c’était assez explicite. Il attrape mes poignets, se tourne vers moi, caresse ma joue en soupirant. Je perds un peu mon sourire. Il n’a pas envie ? C’était  peut-être pas une bonne idée en fin de compte… Il n’a peut-être pas envie de faire ce genre de chose avec moi. Je baisse les yeux, terrible sentiment de honte qui m’envahis, pourquoi ne suis-je jamais si la même longueur d’onde que les autres ? Il attrape mon menton, relève la tête, mais soudain, je n’ai plus envie de le regarder. J’ai juste envie de me cacher sous ma couette, pleurer d’avoir encore voulue arranger les choses mais que ça n’ai encore une fois pas marché comme prévu. Il m’embrasse doucement, le genre de baiser doux et mignon qu’on se fait depuis que nous sommes ensemble. Ça n’a rien d’un baiser fougueux, invitant aux jeux charnels.


« Est-ce que tu es sûre de ce que tu me demande ? »


Je n’aurais rien proposé si je n’étais pas sûre de moi. Je ne veux plus que la dernière personne qui est eu accès à l’entrée de mon intimité soit un violeur. Je ne veux plus me dire que je ne me souviens même pas des caresses de mon copain. Je ne veux plus vivre dans le passé. Tous les hommes qui me sont passé dessus étaient des connards, où les sentiments n’étaient même pas partagés. Si Kurt m’aime vraiment, alors je veux aller plus loin avec lui. Plus loin que des simples câlins et un petit french kiss. Je sens son cœur tambouriner dans sa poitrine, une de ses mains se déplacer vers mes hanche, tout mon corps frissonne quand il effleure mon bas ventre. Je suis sûre de ce que je veux.


« Je peux encore t'attendre autant de temps que tu le voudras. Je ne veux pas que tu regrette, Venise. »


Il m’a déjà assez attendu. Je ne veux plus qu’il paye les frais de ma bêtise. Je suis prête. Je veux oublier Thomas et ses mains sur mon corps. Je ne regretterais pas, s’il le fait vraiment parce qu’il m’aime. Je me demande ce que ça fait de le faire avec quelqu’un qui nous aime. Une de mes mains passe dans ses cheveux, les attrapent sans les tirer lorsque mes lèvres se posent sur celles de Kurt. Ma langue danse avec la sienne, je fais en sorte que les baisers n’est plus rien des autres mignons que nous avons partagés. Je mordille sa lèvre inférieur, l’autre main se glisse sous l’élastique de son caleçon.


« Pourquoi tu crois que je t’ai proposé ça ? Je n’ai pas peur de regretter. Parce que ça n’arrivera pas. Je t’aime, et j’ai terriblement envie de savoir ce que tu m’as fait l’autre nuit. Je crois que je mérite bien une petite démonstration pour t’avoir pardonné aussi vite… »


Regard lubrique, je me lèche les lèvres et le pousse sur le lit. Panthère, que je suis, j’avance au dessus de lui, plongeant dans son cou pour laisser traîner ma langue, mes dents, sans pour autant laisser des marques. Peut-être qu'il n'aime pas ça. Moi j’adore le goût de sa peau. J’ai envie de goûter à chaque partie de son corps. Mes lèvres descendent vers ses clavicules, butinent un peu partout, avide de bien d’autres choses.


« Je suis sûre de ce que je veux. Et toi ? Est-ce que tu veux la même chose que moi ? »

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Jeu 8 Fév - 22:30




Je crois que la déçois un peu, à montrer autant d’incertitudes. Mais moi, tout ce que je veux, c'est qu'elle ne regrette pas. Qu'elle ne se dise pas se sentir comme un chiffre. Je ne veux pas tout gâcher, juste parce que j'ai terriblement envie d'elle. Sa main se glisse dans mes cheveux, Venise m'attire dans un baiser qui n'a rien d'innocent ou d'anodin. Mon cœur s'emballe, je sens déjà l'accélération de ma respiration. Je crois que je ne l'ai jamais fait, avec quelqu'un que j'aime vraiment. En même temps, je n'ai jamais aimé personne vraiment. Même moi, je ne me suis jamais accordé tant d'attention. La prétention n'est qu'un masque. Le plus bel exemple de la mascarade et du mensonge, c'est Aiden. Un caricature de lui même. Mais nous sommes tous des caricatures, n'est-ce pas? Je pourrai m'amuser à coller une émotion à chaque être humain que je connais. Une émotion, ou un sentiment. Je le ferai, c'est promis. Demain, ou peut-être un autre jour. Mais je le ferai. Une de ses mains descend plus bas, j'en ronronnerai presque. Un sourire que je n'arrive pas à cacher naît au coin de mes lèvres.

- Pourquoi tu crois que je t’ai proposé ça ? Je n’ai pas peur de regretter. Parce que ça n’arrivera pas. Je t’aime, et j’ai terriblement envie de savoir ce que tu m’as fait l’autre nuit. Je crois que je mérite bien une petite démonstration pour t’avoir pardonné aussi vite…

Je louche sur ses lèvres, me sens à peine tomber sur le lit. Elle passe au dessus de moi, sans que je n'ai le temps de rien faire. La sensation de ses lèvres, partout sur ma peau, est incroyable. Indéfinissable.

- Je suis sûre de ce que je veux. Et toi ? Est-ce que tu veux la même chose que moi ?

C'est le déclencheur. Si je le pouvais, j'en ronronnerai. J'attrape ses hanches, l'installe à califourchon sur moi pour me redresser légèrement, sans détacher mes lèvres des siennes. Mes doigts trouvent le bas de son haut, que je lui arrache en souriant. Je prends une seconde pour la contempler.

- Alors on en reviens là, toi sur moi vêtue d'un simple soutien-gorge?

Mes yeux brûlants croisent les siens, je passe une main dans son dos pour retirer la pièce de tissus qui gênera bientôt mes baisers. Nouvelle pause, juste histoire d'être sûr que tout cela est bien réel. Pourtant, je frissonne d'impatience. Tout mon corps est électrique, sous une tension insoutenable. C'est encore plus d'endroits à embrasser, comme une terre inconnue. Un paysage inexploré de mes yeux, dont ma mémoire est inculte. D'un tour de main, je dégage ses cheveux de son cou, embrasse sa gorge, avec avidité. Je l'aime démesurément.

Un coup de hanche et je la fais basculer au dessous. Elle veut une démonstration? Je vais lui donner plus que ça. Ça n'est pas quelque chose que je fais, d'habitude. Mais qu'est ce que je fais comme d'habitude, avec Venise? Exactement: absolument rien. Et c'est tant mieux. Je m'interrompt, juste une poignée de secondes, suspendu au dessus d'elle.

- J'espère que cette fois-ci, tu t'en souviendras. En tous cas, je ferai en sorte que tu t'en souvienne.

Sourire carnassier, mes lèvres descendent plus bas, toujours plus bas. Cette fois-ci, j'aimerai vraiment qu'elle s'en souvienne. On aura qu'à dire que ça sera juste le début. Et si elle l'accepte, nous irons plus loin. J'espère bien qu'elle acceptera d'aller plus loin. C'est la première fois que je suis stressé pour un truc pareil.

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Dans le lit de Mathilde
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Dim 11 Fév - 12:57

Personnage utilisé : Venise Morlevent





Mes lèvres continuent leur chemin, poussé par les frissons qui se dessinent rapidement sur la peau que j’aime démesurément. J’ai l’habitude de prendre les devants  lorsque les choses devenaient sérieuses. Mes ex étaient pour la plupart des machos et des flemmards. Pas assez macho pour être au-dessus, par contre. Ils aimaient tous que les femmes les chauffent, fasses ce qu’ils veulent sans avoir à trop bouger. J’ai toujours été à la limite de la soumission et de la domination. Autant vous dire que le respect dans le sexe, je ne l’ai jamais connu. Kurt m’attrape par les hanches, je me retrouve à califourchon face à lui, mes lèvres sur les siennes. Nos cœurs battent à l’unisson, s’emballent un peu plus à chaque moment. Les mains de Kurt viennent trouver le bas de mon tee-shirt, qu’il m’arrache en une fraction de seconde.


« Alors on en reviens là, toi sur moi vêtue d'un simple soutien-gorge ? »


Je me mords la lèvre, alors que je sens son regard plein d’envie parcourir mon corps dévêtu. Je suis en sous-vêtement sur lui, ce n’est pourtant pas la première fois depuis que nous sommes ensemble qu’il me voit si peu vêtu. Pourtant, à ce moment là, tout sonne comme une première fois. Je ne connais pas le Kurt de ces moments là, il ne me connait pas non plus. J’adore cette redécouverte. D’un claquement de doigt, mon soutien gorge se détache. Mes battements de cœur frénétique accélère ma respiration, je n’en peux déjà plus de sentir le corps de Kurt sous tension contre moi. J’ai envie de plus. De bien plus. Ses mains écarte mes cheveux, ses lèvres viennent prendre possession de mon cou, je lâche un long soupire d’aise et je me retrouve collée contre le matelas, Kurt au-dessus de moi. La fièvre qui nous emporte est vicieuse, terriblement agréable et terriblement insoutenable.


« J'espère que cette fois-ci, tu t'en souviendras. En tous cas, je ferai en sorte que tu t'en souviennes. »


Comment pourrais-je oublier ? Rien que ce qui se passe en ce moment ne peut disparaître de ma mémoire. Comme les miennes tout à l’heure, ses lèvres descendent, descendent encore et encore en laissant la sensation de leur passage sur mon corps, mon ventre, mes hanches. Ses mains arrachent la dernière pièce de tissus, ses lèvres franchissent cette barrière que les miennes ne franchiront pas. Le temps s’accélèrent, les gémissements de plaisir s’élèvent dans ma chambre, nos corps s’activent dans ce jeu charnel dont je suis certainement tombée accro maintenant. Je n’ai jamais ressenti un truc aussi fort, mon cœur me fait presque mal. Je l’aime, d’une façon indéfinissable, qu’aucun mot ne pourrait décrire, qu’aucun moment de charmes et de sexe ne pourrait expliquer. À présent je sais que je n’avais jamais connu le plaisir avant ça. Et si la fatigue ne nous avait pas emportés, j’aurais supplier que ce moment ne prennent jamais fin.



C’est le soleil qui m’a réveillé. Sortant tant bien que mal de ma léthargie, j’ai mis un moment à analyser les éléments qui m’entourent. Je suis dans les bras de Kurt, tous deux nus comme des vers. Tout me revient en mémoire rapidement, je lâche un ronron coquin alors que je pose mes lèvres délicatement sur le nez de mon amour, encore endormi. Il était crevé. Avec la soirée précédente, la gueule de bois, les jeux dans la neige et la nuit que nous avons passé, c’est normal. C’est même curieux que moi je n’en subisse pas les effets. Me redressant sur mon coude, ma main libre vient délicatement caresser sa joue, ses cheveux. Il est beau quand il dort. Il l’est tout le temps, mais j’aime son visage paisible, porté par les rêves qu’il fait. Je devrais peut-être le laisser dormir encore un peu. Il n’y a pas cours aujourd’hui, profitons-en.

_____________________
✹ 私を燃やし ☾


Funny lololol:
 

Venise charme en #B666D2▸Eijiro ricane en #6F0606▸Luka grogne en #096A09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Date d'inscription : 20/08/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi.
avatar

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   Mer 14 Fév - 14:59


C'était incroyable.

Il n'y a pas d'autres mots. Et ça ne peut que s'améliorer, je suppose. J'aurai aimé continuer, avec elle. Mais l'un comme l'autre, la fatigue nous a gagné. Moi le premier, je crois. Gueule de bois, peu de sommeil, bataille de boule de neige, partie de jambes de l'air... Il ne faut pas trop m'en demander. Alors j'ai sombré dans le sommeil, un sommeil sans rêve ni cauchemars. C'était parfait. Ça faisait quelques temps que je n'avais pas dormi comme ça. Rien pour vous distraire de votre repos. Juste la nuit, profonde et silencieuse, froide mais réconfortante. Un sommeil qui semble ne pas avoir de fin, mais qui passe pourtant en un claquement de doigts. Je crois que je sens quelque chose, sur ma joue. Dans mes cheveux, aussi. Ça m'arrache quelques frissons. Ça n'est pas désagréable, entre sommeil et réveil. Je dois être plus sur le chemin du réveil, à présent. Il n'y a qu'un pas entre les deux. Un mince fil rouge. Et lentement, je reprends conscience de mes sens et de mon corps contre celui de Venise. Un bâillement plus tard, j'ouvre un œil, puis l'autre.

- Bonjour, toi!

J'ai un petit sourire, referme les yeux en baillant. J'ai aucune idée de l'heure qu'il peut être. En fait, je m'en fiche pas mal. Tout ce qui compte, c'est ce que je ressens, là maintenant tout de suite. Plénitude. Mon dos me chauffe, un peu. Un peu beaucoup, même. Ça doit être à cause de griffes de ma tigresse. Je me demande si elle m'a laissé des marques. J'aime bien les marques, ça ne me dérange pas. Il y a des limites, bien sûr. Mais je n'y vois pas d'inconvénients. C'est comme... marquer un territoire. Même si j'avoue que parler de territoire pour un être humain c'est un peu.. un peu limite quoi. Je n'ose pas bouger. J'aimerai bien rester là, toute la journée. Je n'ai même pas froid. Elle et moi, nous avons franchis une étape. Une étape qui, avant, pour moi, ne voulait absolument rien dire. Parce je n'attendais aucune de mes ex. J'avais choisis de fonctionner comme ça. C'était la pire des attitudes, une attitude qui me fait honte et que je méprise, désormais. Les yeux ouverts, je m'amuse avec les cheveux de ma belle. Il n'y a rien de plus agréable que de la sentir, peau contre peau. Elle a la peau douce, sucrée. Une peau de reine. Je n'ai vraiment vraiment plus envie de sortir d'ici. C'est comme une petite bulle, comme si le monde était loin de nous, ou plutôt comme si nous étions loin du monde. Je n'ai pas envie de penser au reste, les soucis qui agitent le quotidien. C'est juste elle et moi, l'un contre l'autre, peau contre peau, pouls contre pouls.

Mais bientôt, il faudra retourner au quotidien. Je repense à Aiden et à Eiji, ces deux imbéciles coincés dans leur truc qui ne semble pas avoir de fin. J'ai envie de frapper Aiden pour sa connerie. Long soupir, je me masse les tempes. Nous rendons toujours tout compliqué, j'ai l'impression, alors qu'il suffirait de les pousser l'un contre l'autre pour qu'ils en finisse avec leurs histoires. On a qu'à faire ça. Ou alors peut-être ont-ils besoin de se déchirer à l'extrême pour mieux se trouver? Avec Venise, c'est un peu ce qu'il s'est passé. Il faudrait que j'aille parler à Aiden. Je n'aurai qu'à l'appeler, plus tard dans la journée. Et voilà, en quelques secondes à peine, je me suis tordu le cerveau cinquante six fois. C'est trop compliqué, tout ça. Oh, en fait, je pourrai juste me rendormir. Ça serait plus facile.

Après : Broken Heart

_____________________
Tips on how to woo the ladies:
 





I'll use you as a warning sign
That if you talk enough sense then you'll lose your mind
And I'll use you as a focal point
So I don't lose sight of what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alcohol will keep hate far away | Venise, Eiji, Kurt & Aiden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» VENISE ET SES GONDOLES
» Le pont de la constitution a VENISE
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passage secret de la Tess :: Game Bar-
Sauter vers: